007LTE – …éternel

007LTE – …éternel
(Autoproduction)

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer le groupe 007LTE dans le compte-rendu de l’édition 2016 du Festival Interceltique de Lorient. Le groupe se produisait dans le OFF de la célèbre manifestation pour la deuxième année et sa prestation avait alors recueilli des nombreux suffrages positifs.

007LTE est une formation de folk-rock celtique, originaire du Tarn, créée au printemps 2015 et composée de six membres, Bastien (Basse), Ludo (guitare), Camille (violon), Martine (accordéon), Laurent (chant) et Jérôme (batterie).

Les choses sont allées très vite puisque qu’après un premier essai discographique, passés quelques mois d’existence seulement, le groupe a fait paraître en 2016 son premier album, … éternel.

La première (bonne) impression que l’on peut avoir en découvrant le disque est surtout visuelle. La pochette que ce soit le recto ou le verso est absolument magnifique et est l’œuvre de l’accordéoniste, Martine LATASTE.

Le groupe bénéficie de la caution de Nicolas BESSE, le guitariste de la formation toulousaine DOOLIN’ dont deux membres, Jacob FOURNEL (flûtes) et Wilfried BESSE (chœurs) interviennent d’ailleurs sur le CD

007LTE officie dans les reprises de chansons francophones du répertoire celtique. Présenter de cette façon, cela aurait pu laisser augurer une énième compilation de morceaux maintes fois entendus (La Jument de Michao par exemple). Il n’en est absolument rien et le contenu de l’album est résolument attrayant.

Cela semble logique, c’est vers la Bretagne que se tourne d’abord 007LTE. On  retrouve ainsi L’hirondelle (Gilles SERVAT), Les Nains de jardins (MERZHIN), Le Petit Bistrot (RED CARDELL)  et trois titres de TRI YANN, un classique, Pelot d’Hennebont, et deux morceaux moins connus, Les Néréides et Le Baleinier.

Mais on peut, au fil des plages, faire des rencontres qui pourraient se révéler improbables. 007LTE est en effet également allé puiser vers le répertoire de groupes québécois, pas si connus de ce côté–ci de l’Atlantique, peu médiatisés et plus orientés pour certains vers le punk celtique. Cela permet donc de découvrir La Ballade de Jonathan Lewis et La Sainte Nitouche (BODH’AKTAN), Tous les chemins mènent au rhum (CORRIGAN FEST) dans des interprétations néanmoins plus apaisées, ainsi qu’une très jolie version de Les Étoiles filantes (LES COW BOYS FRINGANTS).

Un instrumental, Boffyflow ans spike, de l’Irlandais VAN MORRISSON, pour lequel la flûte apporte un grain de sel (ou de celte) supplémentaire, s’immisce dans cet univers jusque-là entièrement chanté.

Quant à Naufrage, il s’agit d’une audacieuse et réussie reprise d’un titre des POGUES, Young Ned of the Hill, adapté en français, qui peut laisser augurer d’autres démarches similaires dans le futur.

Le fait de se concentrer sur un répertoire essentiellement composé de reprises et de surcroît en français limite évidemment le choix des morceaux. Les musiciens ont su néanmoins faire une sélection singulière et s’approprier des chansons sans les reproduire à l’identique. Les voix sont justes et bien posées. Les instruments sonnent élégamment avec de belles envolées de violon et d’accordéon.

On ne peut que souhaiter à 007LTE de suivre le même chemin que DOOLIN’.

Didier Le Goff

Site : http://www.007lte.fr/

 

 

 

Laisser un commentaire