CAN – Tago Mago (40th Anniversary Edition)

CAN – Tago Mago (40th Anniversary Edition)
(Spoon / Mute)

Décidément Spoon et Mute en veulent à notre magot avec ce Tago Mago. La « Remastered Edition » date de 2004 seulement que, déjà, ils nous narguent avec cette 40th Anniversary Edition. Rappelons rapidement aux éventuels revenants d’une autre planète ce qu’est Tago Mago : un monument du krautrock édité à l’origine en double vinyle.

Le premier tome portait à son point de fusion le plus intense la formule rythmique et mélodique de CAN, avec quatre titres incandescents : Paperhouse, Mushroom, Oh Yeah et Halleluhwah.

Sur le deuxième tome, CAN faisait imploser son propre concept, disais-je, dans Au-delà du Rock, et présentait un versant psychédélique si radical qu’une frange d’aficionados, qui était pourtant aguerrie face à l’étrangeté, n’a jamais pu endurer. Il est vrai que ce trip sentait la magie noire, le vaudou.

Pour cette édition commémorative, Tago Mago redevient double et est revêtu d’un superbe packaging reprenant la pochette de la première édition anglaise (ci-dessus) qui reflète bien l’esprit et l’énergie du groupe. Lorsqu’on ouvre les rabats cartonnés on découvre un très beau fac-similé « mini-LP » avec l’autre pochette plus connue, celle à la tête d’homme orange informe au cerveau spaghettis, une illustration que les musiciens eux-mêmes qualifièrent de « vomit »…

Le CD bonus donne à entendre 45 minutes captées en concerts en 1972 (lieux et dates précises ne sont pas mentionnés) au cours desquelles sont joués Halleluhwah, Mushroom et Spoon. Le choix a porté sur des bandes d’une qualité exceptionnelle. Les nerds de CAN connaissent depuis longtemps des enregistrements de cette époque, au son cataclysmique mais à la limite de l’inécoutable (pour mémoire, le Finale d’un concert à Colchester au cours de cette même année 1972 publié dans la CAN Box). Sur ce CD, la prise de son trouve un parfait équilibre entre qualité studio et déchaînement scénique.

Si vous n’avez pas encore Tago Mago dans votre compactothèque, c’est donc le moment idéal de soigner cette carie de format Grand Canyon. Pour les autres, il serait quand même bienvenu de la part de Spoon et Mute de faire une édition séparée du CD bonus.

Site : www.spoonrecords.com

Eric Deshayes

(Chronique originale publiée dans
TRAVERSES n°31 – janvier 2012)

 

 

Laisser un commentaire