CECILE CORBEL – Roses

Print Friendly, PDF & Email
CECILE CORBEL – Roses
(Keltia Musique)

cecile-corbel-rosesDepuis 2006, à intervalles réguliers, Cécile CORBEL vient nous proposer un nouveau recueil de chansons. L’album Roses est déjà le quatrième. A l’écoute, on se retrouve d’emblée plongé dans un univers familier, mais qui en même temps reste très personnel, que l’on aime retrouver d’albums en albums. Comme les précédents, il a été concocté avec le complice habituel de Cécile, le musicien et arrangeur Simon CABY.

La plupart des titres ont été composés par le duo. Même si on ne peut pas toujours parler de musique celtique, on n’en est cependant jamais loin.

L’ambiance n’est pas toujours joyeuse et on peut même parfois parler de mélancolie. L’album aborde différents thèmes comme les croyances (Garden District, Prayer), la mer (Le Long de l’eau, Les Capitaines), les amours malheureuses (La Ballade de Rose ou le traditionnel breton Jenovefa, qui bénéficie d’une adaptation en langue anglaise). La harpiste propose également une nouvelle version de Hija Mia, qui figurait sur le tout premier CD paru en 2005 et qui, bien que séfarade, n’est pas si éloignée des mélodies celtes.

Deux instrumentaux trouvent leur place dans le répertoire. Folia, faisant irrésistiblement penser à LULLY, est inspiré par la danse du même nom, très célèbre au Portugal et en Italie. Eirin est un mélange de thèmes à danser bretons et irlandais qui clos l’album avec panache. Le titre bénéficie en outre du renfort du sonneur de WIG HA WAG, Cyrille BONNEAU.

Toutefois, la plage la plus étonnante est la reprise d’un tube de 1984 du chanteur britannique Nick KERSHAW, The Riddle. Cette version ne défigure absolument pas l’originale tout en la rhabillant brillamment.

Le disque fait la part belle aux cordes à commencer par celles de la harpe de Cécile. L’atmosphère générale ne se retrouve pas noyée sous un déluge de décibels et la voix si particulière et si attachante de Cécile nous transporte du début à la fin. On en vient à regretter que certains titres ne durent pas plus longtemps.

Si on tient compte du premier CD de Cécile et de celui de la musique du film Arriéty, cela commence à faire une belle carte de visite pour une artiste injustement boudée par les médias français et par les Victoires de la musique et autres cérémonies de récompenses.

Site : www.cecile-corbel.com

Didier LeGoff

 

 

Laisser un commentaire