DANGAA – Le Nouvel Âge du chant de gorge

Print Friendly, PDF & Email

DANGAA

Le Nouvel Âge du chant de gorge

hosooDès lors que le folklore d’une région ou d’un pays du monde commence à intéresser le public occidental ainsi que le marché de la world music, il se trouve toujours un artiste pour sacrifier son bagage traditionnel sur l’autel du modernisme fusionnel. En Mongolie, Dangaa KHOSBAYAR, jeune soliste de chant diphonique né dans les montagnes de l’Altaï, a bien voulu jouer ce rôle. Loin d’être le premier venu, DANGAA pratique le chant de gorge « khöömii » depuis l’âge de sept ans et a intégré plusieurs groupes ancrés dans la tradition, comme MANDUCHAI, UYANGA et EGSCHIGLEN (il est présent sur l’album Gobi), après avoir été consacré « meilleur chanteur mongol » à l’occasion d’un concours national en 1995. Ce faisant, il a également loué ses services gutturaux à l’excellent combo allemand de free-ethno-jazz EMBRYO (pour l’album Istanbul/Casablanca Tour 98 !), ainsi qu’au très lucratif CD Gregorian Masters of Chant, vol.2, dont vous avez certainement vu les affiches dans le métro ou dans la rue.

dangaa-altaiBref, DANGAA semble concerné par ses racines autant que par le rapprochement des cultures, et c’est dans cet esprit qu’il a pris part à l’album Altai (Blue Flame/DG Diffusion). Celui-ci, bien que présentant toutes les allures d’un disque solo de chant traditionnel dont le livret offre moult photos de yourtes et de chevaux dans les steppes sauvages pour bien faire comprendre de quoi il retourne, est en fait un projet conçu par un producteur et compositeur de world music allemand, Pat PANGEA, qui a signé la majorité des morceaux du disque.

DANGAA a donc prêté ses talents vocaux à des compositions aux consonances ethno-new age tel qu’il s’en fait de plus en plus dans le domaine de la world globale. Passe encore que l’on combine le khöömii à du didjeridoo samplé et à une basse MIDI (Native Calls), que l’on plaque des volutes synthétiques sur de très convaincantes imitations de cris d’animaux ou de créatures équivoques (Voices of Springtime, Witches and Shamanes), ou qu’on tire sur la corde toujours sympathique de «la sérénité des chants mongols» (Altai), mais quand le chant de DANGAA accompagne un sitar indien et des percussions orientales (Caravan to Kasachtan), on se demande si l’on n’est pas en train de sombrer dans le n’importe-quoi exotique. Certes, le chant de gorge de DANGAA est impressionnant de résonance et de profondeur harmonique, c’est un fait. Mais était-il utile de lui adjoindre ces nappes de clavier conventionnelles et ces rythmiques programmées à l’insurmontable platitude (Mongolian Mood, Grassland and Breeze) ?

Au fond, les plages les plus pertinentes sont encore celles composées par DANGAA lui-même, comme Shepherd at a Mountain Lake, dans lequel le khöömii se combine au bourdon de la traditionnelle vièle à tête de cheval, et Throat Singer’s Parade, véritable feu d’artifice de voix gutturales superposées et entrelacées qui procure de grisants frissons.

Comme quoi DANGAA avait mieux à faire que de servir de cobaye à un produit trop formaté, et l’on en regrette d’autant qu’il n’ait pas pris les rênes de la conception de cet album. Signalons quand même que DANGAA a depuis enregistré en autoproduction un album dans une veine plus traditionnelle sous le nom HOSOO.

Stéphane Fougère

Discographie DANGAA KHOSBAYAR :

Altai (Blue Flame/DG Diffusion, 2000)
Site web : https://www.facebook.com/blueflamerecords/

HOSOO – Höömij Legende (Autoproduction, 2001)
Site web : www.hosoo.de

Laisser un commentaire