DELETED – Façade

DELETED – Façade
(Le Label Beige)

deleted-facadeEt dire que sans l’initiative d’Olivier DEGARDIN, toutes ces musiques de DELETED (Christophe PETCHANATZ de KLIMPEREI) auraient pu tomber dans l’oubli. Remercions-le, lui et son Label Beige, d’avoir eu la bonne idée de redonner vie à ces vingt morceaux parus à l’origine sur des K7 (aujourd’hui épuisées) entre 1988 et 1996.

Olivier a donc fait une sélection des meilleures compositions et les a regroupées sur un CD, certes en édition limitée à 150 exemplaires, mais avec un travail de mastering fort bien réalisé (par Axel KYROU de VOX POPULI et Ananda CHERER) malgré les difficultés rencontrées : pour certains titres en effet, il n’y avait plus les masters et « il a fallu repartir des copies cassette ».

L’atmosphère générale du disque sonne comme quelque chose provenant de ce qui se faisait de mieux dans les années 1980 au niveau de la scène underground. C’est une succession passionnante de titres parfois chantés mais majoritairement instrumentaux qui regorgent d’idées et d’ambitions soniques. Les ambiances sont très sombres, répétitives et lourdes. DELETED réactive l’esprit de la cold wave de bien belle façon, mais touche également à la musique expérimentale (Cérémonie, Façade ou la deuxième partie de Citizen), au minimalisme et à la dark ambient avec une touche indus, électro-pop, voire même un brin world (Buto VI par exemple avec des percussions d’un autre monde qui rappellent étrangement HELDON et le titre Elephanta composé par François AUGER).

Il est vrai qu’en écoutant ce CD beaucoup de choses reviennent à l’esprit : des groupes en particulier, des ambiances ou des univers typiques à des artistes que nous aimons. Nous pensons à SIGLO XX (notamment sur The World dont l’esprit cold se rapproche du son de cette formation belge mythique), mais aussi énormément à TUXEDOMOON (surtout à cause de ces lignes de basse si proches de celles de Peter PRINCIPLE sur de nombreux morceaux comme Plan, Le Pendu. The Dance, avec cette boîte à rythmes si nerveuse est en quelque sorte le Nervous Guy de DELETED). Nous trouvons aussi des similitudes avec le monde de Peter FROHMADER, le maître de la dark ambient et du gothique basé à MUNICH, avec des titres comme La Tranfiguration ou des pièces électro-dark telles que Wieder et Erg. Écoutez Next et vous serez surpris d’y entendre du SUICIDE. Croyez-moi et suivez la ligne de basse. Franchement, cela rappelle le duo VEGA – REV avec le titre Dance figurant sur le deuxième album. Nous avons six minutes de pur bonheur, avec une musique fortement tribale sur un rythme certes plus lent que celui des Américains mais tout aussi hypnotique, où s’ajoute en plus une guitare crimsonienne aux sons saturés.

Ce CD est idéal en période automnale où le grisâtre du ciel et la pluie nous accompagnent quotidiennement. Chaque morceau nous amène quelque part, apportant son lot d’extases soniques. DELETED présente des compositions captivantes et surprenantes, d’une grande richesse sonore, du fait d’une instrumentation originale et variée, intégrant aussi bien des sons électroniques, de la basse, de la guitare électrique, des percussions que des instruments classiques: il y a énormément de piano (par exemple, sur le très macabre et frohmadien Basalte ou sur Lagons, un superbe soundscape avec aussi des sons frippiens et une basse captivante), une flûte discrète sur Basalte ou un peu de cuivres (Il est Fou).

Que nous ayons des morceaux très courts (d’à peine quelques secondes à moins de trois minutes) ou dépassant les cinq-six minutes, des expérimentations à la ENO (Attendre aurait sa place sur l’album The Drop) ou un simple hymne à la tristesse (Just Before We Die), l’ensemble forme un paysage sonore cohérent, unique, sombre et froid mais non dénué d’émotions pures.

Site : https://lelabelbeige.bandcamp.com/releases

Cédrick Pesqué

Laisser un commentaire