Dominique MOLARD – B.R.O. Breizh Rythmik Orchestrad

Dominique MOLARD – B.R.O. Breizh Rythmik Orchestrad
(Tam Tam Production / Coop Breizh)

Il aura fallu attendre cinquante ans pour voir Dominique MOLARD sortir un disque sous son seul nom ! Aux novices envers tout ce qui regarde la scène musicale bretonne et qui liraient subrepticement ces lignes, précisons qu’on ne parle pas d’un individu qui aurait récemment découvert la musique à la faveur d’une épiphanie tardive, mais d’un artiste qui, s’étant enthousiasmé pour les caisses claires écossaises dès l’âge de onze ans, s’est impliqué dans la musique bretonne au point d’en avoir été une cheville ouvrière depuis effectivement une cinquantaine d’années, à l’instar de ses frères Jacky et Patrick MOLARD (avec lesquels il a fondé plusieurs groupes, OGHAM et SATANAZET dans les années 1970 et BAL TRIBAL dans les années 2000).

Avoir joué auprès de fortes personnalités musicales bretonnes, comme MYRDHIN et Alan STIVELL et dans des groupes de légende comme SKOLVAN, BLEIZI RUZ ou la CELTIC PROCESSION de Jacques PELLEN ne lui a curieusement pas permis d’accéder à la même notoriété que ses frères. Dominique MOLARD, en dépit de son implication dans une multitude de projets scéniques et discographiques est resté un peu dans l’ombre… sans doute parce qu’il y fait plus frais que sous les projecteurs ! Mais il y a un moment où il faut bien faire état (sinon étalage) de ce que l’on est et de ce que l’on a apporté à la musique. Cet album, entièrement conçu de manière artisanale, devrait y contribuer grandement.

Que les fins gourmets de musique bretonne prospectent dans leur discothèque bretonnante, ils y trouveront bien un disque de GWENDAL, de Soïg SIBIRIL, de BUGEL KOAR, de Manu LANN HUEL, de Gérard DELAHAYE, j’en passe et bien d’autres, dans lequel est crédité Dominique MOLARD, ici à la caisse claire, là au bodhran, ici encore à la derbouka, par là au tabla indien, là aussi aux os en bambou, plus loin au steel-drum… Il s’agit bien du même Dominique MOLARD ? Pour sûr ! En matière de musique bretonne, Dominique est LE maître es-percussions que tout le monde s’arrache ! Normal, la tradition bretonne n’a jamais vraiment accordé une grande place aux percussions dans son répertoire, et la région n’est guère réputée pour avoir créé de légendaires instruments de percussions. Alors Dominique MOLARD est allé en collecter un peu partout dans le monde, et a fait le lien entre la musique traditionnelle de Bretagne et diverses influences rythmiques émanant d’autres cultures.

Au demeurant, il n’est pas inutile de rappeler que si Dominique MOLARD n’avait pas encore tenté jusqu’ici l’aventure solo aux percussions, il avait quand même conçu, déjà dans les années 2000, le projet STOCK AN DAŇS avec trois autres percussionnistes (un CD chez feu Keltia Musique), qui proposait un véritable tour du monde percussif sur des thèmes de danses typiquement bretonnes.

Ce nouveau projet, qui restitue et synthétise de nombreuses années de recherches et de découvertes sur les rythmes de la musique bretonne, rassemble au moins autant d’instruments de percussions, mais est plus particulièrement axé sur le « hang ». Inutile de ressortir tous vos albums de musique pygmée, ouzbèke, inuit, caribéenne ou carnatique, le hang n’est pas à proprement parler un instrument traditionnel. Il s’agit en fait d’un instrument assez moderne, de la famille des idiophones, créé en 2000 (oui, après J.-C. !) par les Suisses Felix ROHNER et Sabina SCHÄRER, mais cependant inspiré par plusieurs instruments percussifs traditionnels, comme le gong, le gamelan, le steel-drum, ou tout simplement la cloche, et qui prend la forme d’une sorte de carapace de tortue extra-terrestre (non, on n’a pas dit ninja !).

Principalement attiré par le potentiel harmonique et mélodique du hang, Dominique MOLARD a tôt fait d’en ajouter un à son panthéon percussif et a composé plusieurs morceaux qui valorisent les vibrations harmoniques et les rondeurs mélodiques de cet instrument à partir d’une base rythmique. De là est né le Breizh Rythmik Orchestrad, en abrégé B.R.O., déterminé à montrer que la Bretagne est bel et bien un pays de rythmes (« bro », terme breton, signifie pays).

Dans chacune des quinze pièces de cet album, que ce soit une reprise de traditionnel ou une composition (Hang Plin Box, La Ritournelle, Back 2 Hangs…), un air de danse sautillant ou une complainte étirée (la gwerz Eliz Isa ou Ys la sonore, adapté d’un piobaireachd écossais), le hang est au centre du propos et des combinaisons d’instruments gravitent autour de lui, chaque fois différentes, en fonction de la dynamique et de l’atmosphère et des couleurs voulues : sanza, congas et tablas ici ; angklung, karkabou et grosse caisse harmonique là ; timbale, carillon et palmas plus loin ; handpans, gong, caxixi et balais tambour encore ailleurs… Le monde des percussions est vaste et ouvre le champ en mode panoramique, avec le hang pour tout « maître sonneur ».

Devenu un homme-orchestre, Dominique MOLARD fait montre dans ce disque d’un talent d’harmoniste qui force le respect, surtout quand on sait qu’il a tout fait quasiment tout seul, de l’enregistrement au mixage, jouant de tous les instruments et superposant les différentes pistes instrumentales, ce qui donne vraiment l’impression d’écouter un orchestre complet ! Avec ce Breizh Rythmik Orchestrad, Dominique MOLARD est devenu le « Steve SHEHAN de la musique bretonne ».

Une guitare basse (Tanguy MOLARD en invité), une guitare électrique, un violoncelle, une batterie, un bourdon de cornemuse, le chant d’un oiseau, le chant de l’océan, le chant de l’eau, le crépitement d’un feu et autres « bruitages de terrain » ajoutent aussi leurs empreintes sonores à ces horizons condensés et en même temps sertis de fins reliefs avec un sens aiguisé de l’orfèvrerie musicale. Au détour d’un Bal de Mer, on se fait aussi surprendre par la voix de Jessica BEL, ou encore on se laisse guider par celle de Bahia EL BACHA dans Maro del Fuego et Eliz Isa.

Le tout s’avère autant dansable que propice à la dérive onirique. Vous n’avez sûrement jamais entendu des classiques comme An Hini a Garan, Sivestrig ou Eliz Isa sonner de telle façon, de même que les compositions de Dominique MOLARD promettent de bousculer tous les a-priori liés à la musique bretonne. Même ceux qui avaient quelques scrupules face au genre dus aux caractéristiques sonores un rien déstabilisantes d’instruments aussi emblématiques que la bombarde ou le biniou se rendront compte qu’on peut écouter un répertoire breton sans avoir les oreilles écorchées de stridences. Avec le Breizh Rythmik Orchestrad, les sonorités se font plus enveloppantes, onduleuses, organiques, mêlant frappes frissonnantes et caresses piquantes, avec ce qu’il faut de saillies plus rock pour éviter de verser dans un environnement trop cotonneux.

Distillant de savoureuses résonances liquides, minérales et granitiques, ce Breizh Rythmik Orchestrad saura capter les esprits soucieux de reconnexion avec le monde des éléments.

Stéphane Fougère

Site : wwww.tamtamproduction.fr

Label : www.coop-breizh.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire