EMBRYO – It Do

EMBRYO – It Do
(Trikont)

Parmi les pionniers de cet univers musical bariolé que l’on a appelé krautrock, EMBRYO occupe une place de choix non pas tant parce qu’il incarne le mieux les canons du genre (si tant est qu’il y en ait), mais parce que la longévité et la probité de son activisme égale, voire dépasse, celle des autres têtes d’affiche de cette forme de « rock allemand ».

En fait, ce groupe, co-fondé par Christian BURCHARD et Edgar HOFFMAN, a tracé une voie artistique qui a constamment obligé les médias à repenser leurs référencements à son sujet. De groupe rock psychédélique abreuvé au jazz qu’il était au départ (début des années 1970), EMBRYO a combiné un genre original de jazz-rock original mêlé d’influences « exotiques » qui traduisait déjà son goût d’ailleurs, avant de virer précurseur d’une forme de mélange avec les musiques de cultures d’ailleurs, le plus souvent extra-européennes. La « world fusion », les Munichois d’EMBRYO l’ont initié non seulement en termes de genre musical, mais aussi en tant que mode de vie.

Après avoir aligné plusieurs perles discographiques au milieu des années 1970, certaines émanant de notables collaborations avec des jazzmen aventureux comme Mal WALDRON, Trilok GURTU ou Charlie MARIANO, les membres d’EMBRYO sont partis en quête d’un nouveau souffle artistique sur les routes de l’Inde, en bons « beatniks » qui se respectent. Ils ont multiplié les rencontres avec des musiciens locaux, ce dont témoignent les remarquables albums Reise, Life, ou encore l’indispensable vidéo Vagabunden Karawane. Le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Europe de l’Est et l’Extrême-Orient sont aussi passés dans le collimateur d’EMBRYO, dont les disques (Afrika, Ibn Battuta, Ni Hau, Istanbul-Casablanca, Freedom in Music, pour n’en citer que quelques-uns) sont devenus des carnets de voyages et de rencontres, où l’on croise les noms de musiciens d’autres cultures que l’on classe désormais dans la world music, tels le KARNATAKA COLLEGE OF PERCUSSION, Ross DALY, Paban Das BAUL, Ramesh SHOTHAM, El HOUSSAINE KILI, Xhizhi NIE, Yuri PARFENOV, etc.

Force nous est de constater que le nomadisme artistique que professe EMBRYO a non seulement renouvelé son inspiration musicale depuis maintenant presque un demi-siècle, mais a également illustré son refus de tout hiératisme idéologique dominant.

EMBRYO n’a jamais cherché à fonctionner comme un groupe de rock « normal », cherchant à séduire le plus grand public possible en capitalisant sur ses « succès » passés. (Ce gag serait en ce qui le concerne rigoureusement impossible…) EMBRYO est l’antithèse de la grosse machine mercantile et médiatique, quand bien même il a paradoxalement passé le plus clair de son temps sur les routes. Pas pour faire son show, mais bien pour échanger avec les autres, et sauter par-dessus les frontières culturelles et musicales.

Du reste, il serait plus judicieux de parler de collectif plutôt que de groupe concernant EMBRYO, tant sa formation a vu passer pléthore de musiciens. 47 ans plus tard, il serait donc absurde de demander une « reformation » des membres d’origine d’EMBRYO, ça n’aurait aucun sens. Toujours est-il que, depuis 47 ans, c’est bien le vibraphoniste, batteur et percussionniste Christian BURCHARD qui emmène cette caravane sonore sur diverses routes. Et depuis une dizaine d’années, sa fille, Marja BURCHARD, en fait également partie. Il faut croire que les contacts pris avec des acteurs de musiques traditionnelles ont donné à Christian BURCHARD le goût de la transmission. Et si ce nouvel album raconte une histoire, c’est bien celle-ci.

On pourrait présenter It Do comme un énième disque de plus d’EMBRYO, mais compte tenu des circonstances, celui-ci a quelque chose de spécial qui le fait ressembler à une pierre angulaire, à un opus-pivot. D’abord, il s’agit d’un disque en bonne partie enregistré en studio, et non d’un album live ou d’une compilation live, comme EMBRYO avait pris l’habitude d’en faire de façon systématique compte tenu de son fonctionnement. De plus, il contient des morceaux récents ; ce n’est donc pas une archive de plus, comme la discographie « embryonnaire » avait tendance à s’en revêtir ces derniers temps. It Do est bel et bien un nouvel album, sans doute le premier depuis… Embryonnck (avec le NO-NECK BLUES BAND) en 2008 ? Comme le temps passe…

En clair, It Do montre où en est EMBRYO ici et maintenant. Il confirme que le noyau dur de la formation, aujourd’hui, est familial. Mais on y retrouve aussi les vieux potes, comme Jens POLLHEIDE, Lothar STAHL ou encore Roman BUNKA, qui continuent à faire un bout de chemin avec le père et la fille BURCHARD. Et on y croise d’autres noms jamais vus auparavant, comme Valentin ALTENBERGER au oud et Hasan GÖRGÜN à la derbouka. De toute façon, chez EMBRYO, on ne change pas de formation d’un disque à l’autre, mais plutôt d’une pièce musicale à l’autre dans un même album…

Porteur de treize morceaux qui lui valent une sortie à la fois en CD (bien plein !) et en double LP (avec CD inclus), It Do est riche en explorations musicales qui portent haut les valeurs de la tradition « embryonnaire ». On y découvre des pièces (West End Rast 1 et 2) conçues comme des guirlandes de maqâms moyen-orientaux qui mêlent santour, vibraphone, marimba, oud, flûte naï, basse et derbouka  ; d’autres (November Frühlling, Schneeball) explorent les gammes rythmiques des ragas indiens, avec la présence d’une autre paire familiale de Varanasi (Benarès), Deobrat et Prashant MISHRA, respectivement au sitar et au tabla. Avec Ya Rayah, Christian et Marja BURCHARD effectuent une plongée revigorante dans la musique gnawa marocaine en compagnie du chanteur et joueur de ghembri Youness KIROUCHE, fils d’Abderrahmane KIROUCHE « PACO » (ex-membre de NASS EL GHIWANE), et de deux autres musiciens du cru.

On sent l’album chargé d’inspirations et d’héritages : l’ombre tutélaire de Mal WALDRON y est présente à travers les reprises de Russian Melody et de Maroc Mix ; et le maître du rubab afghan Abdul Samad HABIBI, qui enseigne son art aux membres d’EMBRYO depuis des années, est convié à une adaptation très jazzy d’une mélodie traditionnelle tiré du raga Bhairavi et qui porte son nom, Habibi.

Mais surtout, It Do est le baptême du feu pour Marja BURCHARD, puisqu’elle y signe pour la première fois trois compositions, deux étant particulièrement marquées par les rythmes est-européens et proche-orientaux, en plus de souvenirs de voyage (Gleis Drei, Problem Yok). La passation porte admirablement ses fruits… Du reste il était temps puisque, depuis la sortie de ce disque, Christian BURCHARD n’est plus en état de jouer, ayant été victime d’une attaque cardiaque. C’est donc sa fille qui porte actuellement le flambeau d’EMBRYO.

Au-delà des belles pages musicales qu’il donne à écouter, It Do tourne une autre page, celle d’une époque, et ouvre sur une nouvelle ère. C’est désormais à la nouvelle génération d’EMBRYO de passer à l’action. Signe annonciateur, le titre de cet album a été choisi d’après une expression chère aux communautés hippies, « Do It ». « It Do » en est le verlan dadaïste, rappelant la dimension ludique, tant avec les mots qu’avec les sons, à l’œuvre chez EMBRYO. It Do ? Oui, ça le fait !

Stéphane Fougère

Site : www.embryo.de

Label : www.trikont.de

Laisser un commentaire