GABRIEL YACOUB – Du Prince d’Orange aux mots d’un Archange

GABRIEL YACOUB

Du Prince d’Orange
aux mots d’un Archange

Gabriel-Yacoub-01Souvenirs… Souvenirs… Je l’ai découvert il y a déjà fort longtemps, en 1977 je crois, je ne me souviens plus très bien… Ce dont je me rappelle par contre fort bien, c’est d’une chanson qui passa un matin à la radio, et qui avait ce refrain plaintif et entêtant : «Couché tard, levé matin, C’est pas ça qui fait du bien, De l’eau fraîche et du pain vieux, Ça ne rend pas vigoureux…»

Je ne tardai pas à trouver le disque d’où provenait cette chanson dans le bac «Nouveautés» de la bibliothèque-discothèque de mon quartier. Le nom du groupe était inscrit en petit sur une pochette dominée par un ciel nocturne où s’entrelaçaient et se battaient tout en même temps deux serpents-dragons : MALICORNE. J’emmenai donc chez moi le précieux album de ce groupe au nom étrange, et j’écoutai.

* Malicorne

Ce fut un choc. Je n’avais jamais rien entendu de pareil. Toutes les mélodies étaient belles et chaque parole sonnait juste. De plus, il régnait sur cet album une mystérieuse atmosphère, indéfinissable, faite à la fois d’un réalisme cruel et d’un passé légendaire. Je tombai immédiatement et profondément sous le charme.

J’étais, oh misère ! le déserteur, couché tard, levé matin, poursuivant la blanche biche jusque dans le jardin du couvent…

Les jours suivants, j’empruntai dans ma bibliothèque-discothèque tous les autres albums que je pouvais trouver de ce groupe.

Nul doute, j’abordai un autre monde où les chemins qui mènent aux villages sont si rebelles qu’on s’y casse le nez et la cervelle. Où l’on marie à des anglais les filles des rois français. Où les roses forment un beau bouquet quand elles sont jolies. Et où, surtout, les écoliers sont assassins.

malicorne-4J’entrai ainsi de plain-pied, et irrémédiablement, dans l’univers foisonnant, passionnant et merveilleux des chansons traditionnelles. J’avais la tête pleine de refrains anciens, mais si nouveaux pour moi, et d’images terribles ou féeriques qui me venaient avec leurs paroles.

Bientôt, aussi, j’eus l’occasion de voir MALICORNE sur scène. Impossible de décrire la magie de ce concert. Les musiciens, habillés comme des pages du moyen-âge, distillaient des mélodies tour à tour délicates ou endiablées dans un climat de splendeur intemporelle.

Et puis il y avait ce chanteur, à la fois timide et assuré, effacé et présent, et dont la voix était si enivrante et si particulière… Une révélation… Comme un archange étrange descendu ici-bas pour y répandre ces complaintes d’un autre temps… Un archange Gabriel… Gabriel YACOUB.

YACOUB… YACOUB… Quel curieux nom pour un troubadour moderne si attaché à nous faire revivre les ballades traditionnelles du fin-fond de notre France de ce lointain avant…

Curieux, certes, mais parfaitement envoûtant…

Plus jamais de ma vie, ou presque, je n’allais rater un concert de son groupe (ou de lui-même maintenant) si par bonheur il avait lieu à Paris ou à proximité de la Capitale…

* L’extraordinaire tour de France

malicorne-l-extraordinaire-tour-de-franceMais revenons à MALICORNE, alors composé de Gabriel YACOUB, Hughes de COURSON, Laurent VERCAMBRE, Olivier ZDRZALIK et Marie YACOUB, et au temps où parut leur tout nouvel opus, dont le titre était déjà tout un programme : L’extraordinaire Tour de France d’Abélard Rousseau, dit Nivernais la Clef des Coeurs, Compagnon Charpentier du Devoir.

Tout de suite, je fus conquis. Je fredonnais continuellement la Danse des Damnés, la Fille dans le Désespoir et le très vengeur Compagnons qui roulez en Provence (J’adore la fin !).

Mais le grand morceau de choix, le sommet de l’album, je me le réservais quand venait la mi-nuit et les ténèbres étoilées. Je veux évidemment parler de L’auberge Sanglante.

Pause pensive.

C’est quand même bizarre… Plus les chansons de MALICORNE étaient saignantes et horrifiantes, et plus les mélodies devenaient douces et accrocheuses. Et donc, conséquemment, plus il y avait de coeurs percés d’épées et d’atroces agonies, et plus je prenais plaisir à me plonger dans leurs chansons…

Tout cela était-il bien normal et naturel ? Une honte rougissante ne devait-elle pas me monter aux joues ? Que nenni !

Je crois que pendant ces chansons, tous les sentiments exprimés sont à la fois décuplés et sublimés. La beauté des paroles et des textes nous transportent tout simplement ailleurs. Nous sommes entre songe et théâtre, entre rêve et dramaturgie. Laissons-nous juste bercer par ces contes cruels comme des enfants au seuil du sommeil…

D’ailleurs Gabriel YACOUB, lors d’un concert inaugurant la sortie de L’extraordinaire Tour de France, montra bien qu’il avait conscience de cet état de fait. Je l’entends encore, un air faussement benoît et compassé sur le visage : «Et voici notre quart d’heure d’horreur !… Que les âmes sensibles et les esprits fragiles veuillent bien sortir dehors le temps de quelques chansons… Personne ne sort… Tant pis… Je vous aurais prévenu…».

Inutile de vous dire qu’à ces paroles, les sourires les plus béats vinrent aux lèvres des spectateurs. Et aux miennes !

Mais cet album n’était pas simplement… extraordinaire. Car si Almanach, un précédent album de MALICORNE, était déjà un essai, fort réussi, pour sortir de la seule compilation de chansons traditionnelles, L’extraordinaire Tour de France… était en soi une sorte de concept album. Visiblement, MALICORNE agrandissait le champ de ses inspirations et de ses orchestrations mais en plus il commençait à véritablement penser et structurer ses albums.

* Le Bestiaire

malicorne-le-bestiaireL’album suivant du groupe confirma, ô combien, cette nouvelle approche musicale…

En magasin, il fallait réellement connaître et faire une absolue confiance à MALICORNE pour prendre en main son Bestiaire… Car la pochette était franchement intrigante et, disons-le, quelque peu terrifiante… L’oeil menaçant et rougi d’un loup noir comme la mort observait tous vos gestes… Brrr !

Mais une fois la peur dépassée et le disque mis sur la platine, une incroyable exploration des mythes et des croyances ayant trait aux animaux pouvait commencer : une femme qui se change en mule, un renard qui se transforme en biche, un homme qui devient un cauchemar volant et passe dans les landes au milieu d’horribles bêtes, et un autre homme qui passe un hiver et deux étés parmi les loups. Difficile après cela de savoir qui est vraiment quoi et de ne pas se mettre à croire aux histoires les plus abracadabrantes…

Musicalement, le moins que l’on puisse dire, est que MALICORNE franchit là encore une nouvelle étape, avec un son plus nerveux et plus rock, et avec aussi une production plus présente et nettement plus travaillée. Une réelle évolution.

De mon point de vue, les deux morceaux de choix de cet album sont La Chasse Gallery (à frémir !) et plus encore Jean des Loups, longue suite très belle et souvent très émouvante. Mais je dois avouer que tout le reste de l’album est aussi fort beau, avec une mention particulière pour La mule chantée a cappella, ce qui est toujours un régal chez ce groupe maîtrisant admirablement les chants entremêlés.

* Balançoire en feu

malicorne-balancoire-en-feuSi Le Bestiaire avait été une véritable avancée, l’opus suivant de MALICORNE était carrément un saut. Il suffit d’ailleurs de voir la pochette de cet album pour s’en rendre compte. Car si L’extraordinaire Tour de France… avait encore un pied dans les traditions anciennes et Le Bestiaire une oreille tendue vers les antiques légendes animalières, Balançoire en Feu rompait complètement avec toutes les habitudes du groupe. Finies les chansons de nos arrière-pays, terminées les évocations du passé, nous étions en pleine modernité, et même crûment.

Et en prime, ou en guise de cerise sur le gâteau, comme on voudrait, MALICORNE s’offrait en plus les services d’un parolier. Et surtout pas de n’importe lequel, s’il vous plaît : Etienne RODA-GIL.

On imagine aisément que les fans avaient dû être secoués, voire désarçonnés.

Dommage pourtant pour ceux et celles qui n’avaient pas voulu suivre MALICORNE dans son évolution car l’album s’était révélé superbe, sinon troublant. Bon, évidemment, question atmosphère, le changement était radical. Cela dit Beau Charpentier et Quand le Cyprès étaient d’incontestables réussites, sans parler du très glacialement beau Chantier d’été… «La fille qui dort – Nue sur la plage – Sous le soleil de l’univers – Brille comme un revolver – Comme un revolver…». Sublime…

Bien sûr, certains eurent beau jeu de se demander si, dès lors, MALICORNE était encore MALICORNE. Oui, à ce moment-là MALICORNE, même transformé, était encore MALICORNE…

* Les Cathédrales de l’industrie

malicorne-les-cathedrales-de-l-industrieCependant, concernant l’opus suivant, cette question appellera une réponse différente, même si le nom de MALICORNE était inscrit en grosses lettres sur la pochette des Cathédrales de l’Industrie

Car il s’agissait en réalité du premier album solo de Gabriel YACOUB. Mais pour des raisons commerciales, le nom de Gabriel YACOUB n’étant par encore très connu (et donc «vendeur»…), l’album arborera tout de même le nom de MALICORNE…

Pourtant, il suffit de citer deux des titres de l’album pour se rendre compte tout de suite que quelque chose avait vraiment changé, que le ton était nettement plus personnel : Il me reste un voyage à faire et surtout Je resterai ici

Quant à l’album lui-même, outre que sa dominante était donnée aux séquenceurs et aux synthétiseurs, c’était un pur délice oscillant entre des chansons simples et humbles comme Dormeur et Le temps et des titres beaucoup plus musclés tels que Les Cathédrales de l’industrie et Big science. On remarquera quand même un (fabuleux !) Sorcier qui ramenait, le temps de cette chanson échevelée et au rythme sauvage, les habitué(e)s de l’ancien MALICORNE à un thème plus «traditionnel» pour ce groupe. «Caché dans les trous noirs des villes, Patient, silencieux, tranquille, Il attend son heure De malheur, de malheur ! C’est une tempête ! Il a le diable dans la tête…»

Ce très bel album fut un entre-deux, comme son titre le suggérait si bien, tel un pont entre l’ancien temps (Les Cathédrales) et les temps nouveaux (l’Industrie). Il fut aussi un dernier vrai pont entre MALICORNE et Gabriel YACOUB.

Chacun de ces ponts se devait d’être franchi. Et tel fut le cas…

Car l’album suivant allait libérer entièrement Gabriel YACOUB de MALICORNE, pareil à un papillon sortant de sa chrysalide… Mais l’archange Gabriel allait-il pour autant déployer prudemment ses ailes ? Du tout, du tout… Bien au contraire…

* Elementary level of faith

gabriel-yacoub-elementary-level-of-faithIl ne faut pas se fier au titre de l’album, Elementary Level of Faith (Tiens, le titre est en anglais…), la confiance en soi de Gabriel YACOUB n’était absolument pas «élémentaire», elle était même puissante et rayonnante…

Comme un ressort depuis trop longtemps comprimé, notre chanteur/compositeur enfin solo allait faire sévèrement assaut de modernité, voire d’avant-gardisme, à tous les niveaux…

Autant le dire tout de suite, cet album est très très très axé échantillonneur (ou sampleur si on préfère). Et comme en plus l’exactitude rigoureuse des séquenceurs digitaux domine tout l’album, on est non seulement à mille lieues du MALICORNE fraîchement dissous mais aussi à des milliers de kilomètres de la plupart des chansons que l’on peut habituellement écouter…

Terra incognita… Il faut s’avancer dans cet album en abandonnant toutes références…

Alors, et alors seulement, la beauté des séquences imbriquées se révèle dans leur minutieuse poésie. Et alors aussi seulement, les paroles superbes et touchantes de Gabriel YACOUB pourront enchanter votre esprit.

Beaucoup de chansons de cet opus, réalisé en association avec Ivan LANTOS et Nikki MATHESON, sont de véritables merveilles, comme Séduction ou Bon an, mal an. Ou encore comme Mon enfant… «Tu es arrivée à la fin d’un été, Et alors sans rien dire, sans rien me demander, Tu as pris mes sourires et mon coeur tout entier, Un amour que je n’ai jamais imaginé. Un petit oiseau dans le creux de ma main, Dans un creux de ma vie où je n’attendais rien, Un peu de la douceur des souvenirs anciens, D’un amour qui tient parfois à deux fois rien, Mon enfant a la couleur des coquillages à l’intérieur…»

Mais au-delà de cela, cet opus posait aussi et surtout la question de savoir qui était vraiment Gabriel YACOUB…

On le croyait chanteur inconditionnel de ritournelles traditionnelles et voilà qu’il mutait soudain en un forçat d’une musique électronique nappée de paroles d’une poésie précise et envoûtante…

Étrange, ce bonhomme… Changeant. Passionnant… Il méritait vraiment qu’on le suive dans son chemin…

Et pourtant, que son chemin était sinueux…

* Bel

gabriel-yacoub-belCar après un album extrêmement digital, voici qu’il revenait à une orchestration nettement plus classique, voire franchement quatuor-à-cordisé…

Bel, le nouvel opus, donc, de Gabriel YACOUB fut, de mon point de vue, un album d’une atmosphère assez particulière. Très varié, voire disparate, il jetait une passerelle entre les mélodies et les thèmes qu’aurait pu aborder le MALICORNE de jadis et les thèmes bien plus actuels qu’accostait maintenant Gabriel YACOUB en solo. Je crois que l’on peut voir Bel comme un dernier regard de Gabriel YACOUB sur son passé musical qu’il mélangeait à un nouveau pas vers un futur mélodique qu’il cherchait peut-être encore un peu.

Là où Elementary Level of Faith brillait par une inventivité débridée, certainement pour mieux rompre avec un passé encore trop présent, Bel hésitait, comme pour faire pardonner cet album précédent qui avait été si loin dans l’innovation à tout crin. Ou alors reprenait-il le temps d’explorer plus calmement tous les horizons déjà pointés par les autres albums. Ainsi Bel fut à la fois un résumé et un rubicon.

Cet album contient de nombreuses perles comme Je pense à toi, D’abord je ne me souviens plus (que Gabriel YACOUB reprend fréquemment en concert), Les choses les + simples (un autre titre souvent joué par Gabriel YACOUB en concert) ou encore Je serai ta lune (plus qu’une perle, un diamant)…

«Frotter doucement tes tempes de glaçon, Et vivre sur tes lèvres quand tu ne dis plus rien, Caresser lentement tes pieds et ton talon, Et puis les réchauffer dans mes deux mains serrées… Et je serai ta lune, Ta lune et tes étoiles, Mais pour un temps seulement, Car nul n’est parfait N’est parfait Parfait… »

* Quatre

gabriel-yacoub-quatreL’album suivant de Gabriel YACOUB fut… Quatre.

Quatre fut, selon moi, l’album de la maturité en solo de Gabriel YACOUB. Les Cathédrales de l’Industrie amorçait le futur, Elementary level of faith brisait le passé, Bel hésitait à nouveau entre passé et futur, mais Quatre, lui, d’emblée, marquait la volonté de dépasser, de transcender même, passé, présent et futur. Ce qui fit de Quatre un album à la fois très équilibré, très riche et surtout très maîtrisé.

Mieux encore, Quatre nous accueillait sur sa pochette avec un Gabriel YACOUB sculpteur. Eh oui, nous nous demandions déjà précédemment qui pouvait être au fond Gabriel YACOUB, eh bien la réponse devenait de moins en moins évidente à trouver, rendant aussi et par là même la recherche de plus en plus passionnante.

En effet, sur la pochette de ce nouvel opus, une sculpture créée par l’assemblage d’objets plus ou moins hétéroclites nous suggère les quatre directions transcendées en leur centre par un milieu du monde nettement plus massif. Curieusement ce centre semble se déliter et se fendre…

Est-ce pour cela que cet album débute par un Solide qui évoque plutôt la fragilité ? «Traîné par la légende qui pousse au fond de moi, Et par le souvenir de la première fois, J’ai laissé ma fatigue sur les rues pavées, Et sur l’herbe d’oubli qui chante sous mes pieds… Marcher pour la raison et réchauffer l’ennui, De la douce lumière de tous mes esprits, Descendre les cavernes les deux mains en avant, Rechercher en silence mes rêves d’enfant…»

Mais dans ce monde changeant et souvent plein d’illusions, qui peut dire le solide et qui peut nommer le fragile ?

Quatre est un opus abondant, voire débordant. On y passe des rêves de l’enfance à l’évocation du lointain Liban, et de la douleur de l’exil à l’au-delà des indiens Navajo, tout en s’envolant pour une traversée des mers après une veillée chaleureuse en famille. Mieux, Gabriel YACOUB s’y dévoile un peu, dans son passé ancré à l’Orient et dans ses amours contrariées par un océan décidément trop grand. Et c’est cette touche de la vie très personnelle de Gabriel YACOUB qui rend cet album si émouvant et si attachant. On y découvre également un Gabriel YACOUB nouveau et plus sûr de lui reprenant magnifiquement une des plus belles chansons de l’immense Jacques BREL.

Après un album si fastueux, quel pouvait être la prochaine étape pour Gabriel YACOUB ?

* Babel

gabriel-yacoub-babelLa réponse viendra avec Babel et sa pochette joliment tournoyante. (B-A-B-E-L, 5 lettres, 5e album solo…)

Visiblement, Quatre avait dû être particulièrement bien reçu par le petit monde des chanteurs/chanteuses/compositeurs. Car Babel nous présenta non seulement un duo de voix aussi inattendu qu’inédit entre Gabriel YACOUB et Stephan EICHER sur L’eau, le feu et toi, mais aussi un choeur extraordinairement chatoyant à l’oreille des soeurs Kate et Anna McGARRIGLE sur Désir.

Autre caractéristique de cet album, il regorge de compositions émanant des musiciens qui entourent Gabriel YACOUB. Dans cet opus, tous ont leurs quelques minutes de gloire (très méritée) : Nicolaïvan MINGOT, son stupéfiant guitariste, Patrice CLÉMENTIN, son talentueux claviériste, Yannick HARDOUIN, son impeccable bassiste, et last but not least at all, Jean-Pierre ARNOUX, son génial (et très regretté) batteur.

Si Quatre était un album «riche», celui-ci pourrait être qualifié de «facile». Je veux dire par là : d’un abord facile. Car pour ce qui est de la qualité des paroles et des musiques, on atteint des sommets. Écoutez Pluie d’elle, Désir et Je suis le vent et vous aurez déjà compris de quoi je veux parler. Et c’est sans évoquer L’eau, le feu et toi, Mes mains, et le tout à fait somptueux Rêves à-demi… «Les rêves se partagent comme on partage un fruit, Même nuit même coeur mêmes promesses aussi, Mais les ombres séparent nos rêves à-demi, Je m’en veux d’être seul je lui en veux aussi, De ne pas traverser avec moi cette nuit, Dépasser la pâleur de ces matins petits, Alors celle que j’aime tourne le dos que j’aime, Elle regarde le mur de son côté du lit, En me laissant avec nos rêves à-demi…»

Autant dire qu’avec cet album Gabriel YACOUB s’imposait encore un peu plus (mais toujours trop secrètement) dans le firmament de la chanson française.

* Yacoub

gabriel-yacoub-yacoubSon opus suivant, et d’ailleurs le dernier à ce jour ne pouvait donc être qu’une confirmation en forme d’affirmation : Yacoub. Mais qu’affirme vraiment ce Yacoub placé au centre de quatre points ? Et même ce :Y: d’une si belle simplicité ? Et que disent réellement ces deux yeux grands ouverts qui nous regardent fixement ainsi que ce sourire si énigmatique ? Difficile de le savoir…

D’autant moins que dans cet album solo, Gabriel YACOUB n’a, c’est presque amusant de le noter, jamais été mieux entouré.

En effet, en plus de ses musiciens habituels, et en plus aussi de l’excellent Gilles CHABENAT à la vielle à roue déjà présent sur de précédents albums, il a aussi invité à la fête Jean-Claude AUCLIN au violoncelle, Nathalie RIVIÈRE au violon, Faycal KOURRICH au violon également, Ronan Le BARS à l’uillean pipe et Paul JOTHY aux percussions… pour ne citer qu’eux !

Le brillantissime groupe corse A FILETTA y fait aussi deux entrées très remarquables dans les choeurs, ainsi que la superbe voix de la chavirante Sylvie BERGER. Mieux encore, Bruno COULAIS, dont les musiques de film ne sont plus à vanter, a même prêté un peu de son immense talent pour l’arrangement des choeurs du groupe A FILETTA…

Fort bien, me direz-vous. Mais que tout cela donne-t-il à l’écoute ?

Je dirais que Yacoub est, à la première audition, un album quelque peu déroutant, même pour un vieil habitué comme moi (Eh oui, je «côtoie» tout de même Gabriel YACOUB depuis plus de 25 ans maintenant !). Car malgré l’armada de musiciens qui ont contribué à cet album, le son y est souvent presque ténu, comme si on n’avait retenu que les seules notes fondamentales de chaque compositions, ou comme si on avait mélangé, dans une alchimie mystérieuse, silence et musique.

Cependant, après deux ou trois écoutes, la grande beauté des chansons se révèle…

… A l’image de ces quelques paroles de Mes belles anciennes compagnes qui débute cet opus… «Une autre a pris le voile, Enfin son voile à elle, Comme d’autres prennent la mer, Le maquis le grand large, Pour penser à la mort, De moins en moins souvent, Elle parlait de Lisieux, Et des béatitudes, Ses pommettes rosées, Des roses imaginaires, Serrées contre son coeur, Débordant des deux mains…»

A mon sens, cet album qui comporte onze chansons se divise en 2 parties égales plus un titre.

Les cinq premiers titres sont lents, comme s’ils prenaient leur temps pour venir jusqu’à nous, chansons atmosphériques voguant à petit vent, toutes différentes et toutes très précieuses. Une mention particulière à You stay here, chanson déchirante qui a été mise en drame par un compositeur américain malheureusement fort peu connu ici mais extrêmement intéressant : Richard SHINDELL.

Les cinq titres suivants sont plus rythmés, avec une mention spéciale au Poids du passé qui ressemble franchement dans sa mélodie et dans l’intonation des paroles à un vrai chant révolutionnaire et qui bénéficie en plus d’un arrangement de cuivres assez redoutable et surtout complètement nouveau sur un album de Gabriel YACOUB.

L’opus se termine avec une reprise de L’Amour marin, paroles de Paul FORT et musique de Georges BRASSENS, hommage appuyé à ces deux personnages et preuve encore une fois que Gabriel YACOUB avance sur son chemin sans oublier de se souvenir et de saluer encore et encore les illustres figures de la chanson francophone.

Mais cette évocation rapide de la discographie de Gabriel YACOUB ne vous dira peut-être pas pourquoi je le mets au sommet lui et pas un autre.

* Interlude : Et pourquoi au fait ?

Alors pourquoi Gabriel YACOUB ? Il m’est difficile de le dire vraiment.

Je crois que cela tient d’abord à la vérité intérieure de l’homme. Je pense que, fondamentalement, c’est quelqu’un qui n’a jamais fait aucune compromission d’aucune sorte dans son art, quitte à ne jamais faire exploser le moindre Top 50 et à rester ainsi éternellement dans l’ombre. Il fait juste ce qu’il aime et il le fait admirablement bien. Dans un monde où tout se monnaie et où l’on recherche de plus en plus le profit immédiat et direct, voir un homme qui suit sa route avec passion et obstination sans s’occuper des sirènes financières est déjà en soi un véritable bonheur.

Je crois que cela tient aussi à l’intelligence de l’homme qui a toujours su allier avec bonheur et harmonie les courants musicaux les plus variées ou les plus éloignés dans le temps, et ceci sans jamais dénaturer les sources de son inspiration. Mieux encore, il a redonné vie à tout un répertoire de chansons merveilleusement traditionnelles mais qui croulaient sous le poids de notre dédain. Il a su y reconnaître des perles et des rubis et il a su aussi nous les rendre aussi actuelles que si elles avaient été écrites hier.

Et faire fredonner des airs datant du moyen-âge au temps de la chanson pré-mâchée était là encore un véritable exploit. Et c’est sans parler de l’intelligence avec laquelle il a négocié son passage du monde des chants traditionnels à celui de la chanson française moderne et de qualité tout en restant véritablement lui-même dans chacun de ces deux univers…

Je crois que cela tient également à la gentillesse de l’homme. Il suffit de l’avoir vu une fois sur scène pour s’être rendu compte de sa vraie bonté modeste et de l’attachement qu’il met à faire de chaque concert une rencontre plutôt qu’un flot de chansons jetées en vrac. Certes, certains soirs il semble plus en retrait ou plus silencieux, mais dans son regard passe toujours la lumière de son profond respect pour le public qui est venu le voir et l’entendre chanter…

Il faudrait ajouter à ces trois premières raisons une raison plus centrale et plus essentielle encore. C’est que, tout simplement, ses paroles et ses mélodies sont parmi les plus belles qu’il m’ait été permis d’entendre.

Pas de mots compliqués, juste des mots de tous les jours mais assemblés joliment dans de superbes bouquets de phrases. Des mots vrais, qui viennent de son âme et qui parlent à notre esprit.

Pas d’harmonies savantes non plus, juste des notes claires et magiques qui se gravent dans le fond notre coeur et embellissent nos jours.

Pourtant les paroles et les mélodies de Gabriel YACOUB ne ressemblent en rien à ce qui se dit et se joue ailleurs. Et c’est peut-être cela qui le rend si unique et si précieux à mes yeux. Cela doit tenir à l’histoire même de Gabriel YACOUB, dont les racines plongent dans le lointain Liban mais qui a tiré ses premières inspirations musicales du blues de l’Amérique profonde.

Si l’on considère qu’il s’est ensuite tourné vers les chants traditionnels de nos provinces, on peut alors comprendre en quoi ses mélodies solos et ses paroles sont si éloignées de toutes celles jouées et chantées par les autres chanteurs…

* Trad. Arr.

gabriel-yacoub-trad-arrMais je crois surtout que ce qui fait que je place Gabriel YACOUB au sommet, je parle très personnellement, tient dans cet album solo et signé de son nom que je n’ai pas encore cité, certainement son premier véritable album solo : Trad. Arr.

Cet opus, difficile à trouver même s’il a été récemment réédité, est un joyau.

Certes il s’agit encore du Gabriel YACOUB de la période MALICORNE, mais il s’agit surtout d’un choix extrêmement intelligent et tout en finesse de chansons traditionnelles, choix fait par Gabriel YACOUB lui-même, pour lui-même et pour le plaisir de tous.

De cet album, je pourrais déjà citer Le galant noyé, La chasse ou Mon ami, mon bel ami qui sont de fort bonnes chansons. Mais c’est surtout avec Les trois p’tits frères de Pontoise que cet album prend sa vraie dimension.

Il s’agit d’une chanson racontant un fait lointain de notre histoire, d’ailleurs sûrement déformé et amplifié au cours des différentes versions qui ont été faite de cette chanson : le massacre, en 1259, des habitants de Pontoise par des soldats commandés par l’un des proches du roi en représailles du procès, et de l’exécution expéditive en leur ville, de trois étudiants de Paris et frères dudit proche du roi Louis de l’époque.

Les paroles de cette chanson sont à la fois très simples et très fortes, mais elles sont avant tout servies par une musique exceptionnellement émouvante de Gabriel YACOUB.

Les dernières paroles en sont particulièrement tragiques. «Les dames qui sont en fenêtre, Elles s’écrient : Dieu tout puissant ! Pour l’amour de trois p’tits hommes, Faire mourir autant de gens ! Tant de gens, de demoiselles, Aussi des petits enfants. En ont fait brûler sept mille, Sans compter les innocents… Dans la ville de Pontoise, Les ruisseaux coulent de sang… Dans la ville de Pontoise, Les ch’vaux en ont jusqu’au flanc…»

C’est avec cette chanson que j’ai réellement compris le sens et la noblesse de ces chansons traditionnelles trop souvent raillées et délaissées de nos jours. Car c’est grâce à de telles chansons que l’on doit de connaître le quotidien ancien de nos prédécesseurs en ce pays, que l’on connaît leurs peines et leurs espoirs, leurs souffrances et leurs amours.

Beaucoup d’entre nous, tout gosse, ont certainement chanté La complainte de Mandrin. Mais combien se sont alors rendu compte de la véritable valeur de ces paroles qui ont traversé les siècles sans changer d’un iota et qui nous content toujours comme si c’était hier la triste fin d’un brigand ? Un journal chanté, voilà ce que nous avions en bouche en fredonnant La complainte de Mandrin

Et c’est donc à Gabriel YACOUB que je dois d’avoir vraiment découvert le sens précieux et pourtant souvent méprisé des chansons de nos terroirs.

Suite à cette révélation, je n’ai eu de cesse d’explorer encore et encore ces chants anciens qui nous contaient la condition des femmes au long des âges, la dure vie des soldats à l’époque des rois ou encore les refrains qui rythmaient le travail des marins. Toute une dimension nouvelle s’était ouverte à moi, un espace oublié où se mêlaient l’Histoire et le chant, les petites histoires et les longues antiennes…

Merci Gabriel, ma vie eut été bien moins belle sans ces merveilleuses et antiques mélodies.

Je terminerai ce texte sur quelques paroles tirées de Dans la ville où je suis (toujours sur l’album Trad. Arr.), paroles qui m’ont toujours énormément émues.

Même si le personnage principal de cette triste chanson est une pauvre malheureuse, permettez que je mette ces quelques paroles au masculin tant je les ai fredonnées et fredonnées encore… (Il manquera évidemment la mélodie, qui est fort belle)

«Creusez ma tombe, creusez-la bien. Plantez un arbre à ses quatre coins… Dessus ma tête, mettez une pierre, Dedans ma bouche, mettez de la terre, Et sur mon coeur, un pigeon blanc. Montrez au monde que je suis mort d’amour… Son argent fondra, son or s’en ira. Il ne sera pas plus riche que moi. Et moi je serai d’une verdeur!

DESSUS MON COEUR POUSSERA DES FLEURS…»

Article et photo : Frédéric Gerchambeau

Sites à visiter :

* http://www.gabrielyacoub.com

* http://perso.wanadoo.fr/frederic.gerchambeau/yacoub-intro-1.htm

Livre :

– Les choses les plus simples

Discographie complète (sauf compilations) disponible sur le site de Gabriel

 

Laisser un commentaire