Gaby KERDONCUFF / LA COOPÉRATIVE

Print Friendly, PDF & Email
Gaby KERDONCUFF / LA COOPÉRATIVE
(Hirustica / Coop Breizh)

gabykerdoncuff_la_cooperativeCe n’est plus un secret pour personne, la Bretagne et la musique qui va avec est un espace privilégié de création. Sauf qu’il faut parfois du temps pour que certains projets tournent et accouchent d’une première étape discographique. Depuis sa création en 2002, LA COOPÉRATIVE du sonneur et trompettiste Gaby KERDONCUFF n’avait pas laissé de trace discographique. La patience étant la sœur de la qualité, cette lacune est aujourd’hui comblée avec la parution de ce coffret comprenant CD + DVD, tous deux enregistrés dans les conditions du live, et à deux époques différentes (en 2002 à Saint-Paul-de-Léon pour le DVD, et en 2006 à Lorient pour le CD).

On se doute que l’ampleur de la formation – neuf musiciens et une chanteuse – n’a pas plaidé en sa faveur pour circuler partout, mais LA COOPÉRATIVE s’est tout de même commise sur les scènes et les festivals les plus ouverts de Bretagne, proposant une nouvelle lecture de la tradition bretonne.

Dans LA COOPÉRATIVE, vous ne trouverez nulle trace de l’habituel duo biniou-bombarde, ni même du trio biniou-bombarde-tambour. En revanche, vous y trouverez un joli choix de cuivres : la trompette et le bugle de Gaby KERDONCUFF, les saxophone alto et soprano de Karl GOURIOU et les saxophone baryton, alto, hautbois et clarinette de Daniel BEAUSSIER.

Qu’on ne s’y trompe pas : le répertoire du groupe est immanquablement enraciné dans la mémoire bretonne, à base de danses plinn, hanter-dro ou de gwerzioù. Mais fort de son expérience de sonneur et de pionnier de l’introduction des cuivres dans la musique bretonne, Gaby KERDONCUFF déploie dans sa COOPÉRATIVE des timbres et des combinaisons harmoniques au moins peu communs et au mieux inédits, orientant le propos vers le jazz, mais en assaisonnant occasionnellement ses plats de parfums méditerranéens ou orientaux.

Aux cuivres cités plus haut s’ajoutent aussi les flûtes de Jean-Mathias PÉTRI, l’accordéon de Loïc le BORGNE, la contrebasse de Guillaume ROBERT, le vibraphone de Thomas DALLE et les percussions du monde de Dominique MOLARD, bref de quoi constituer une formation de musique bretonne atypique tirant vers le big-band de jazz, plutôt tendance salon en smoking que cave enfumée. Les bœufs débraillés ne sont pas au menu, et les échappées individuelles sérieusement encadrées, pour ne pas dire chronométrées. L’orchestre donne de préférence dans la coloration ludique et la volupté pétillante.

Et pour que la confusion des genres et l’ivresse des couleurs et des sens soient complètes, il fallait bien une voix qui soit autant rompue aux bases traditionnelles qu’ouverte aux autres vents : celle de Marthe VASSALLO s’imposait en toute logique.

LA COOPÉRATIVE distille une de ces liqueurs sonores qui allie à l’évidence de la mélodie la sophistication des arrangements, la rigueur de l’écriture et la légèreté des climats, l’exigence de discipline collective et le besoin d’évasion individuelle. Il n’y a pas ou peu de place pour les montées de tension progressives ou les explosions jouissives en pagaille, mais le penchant pour l’espièglerie parvient toutefois à filtrer dans les mailles de ce filet de luxe (le final de Ar plac’h inferniet, par exemple).

Plutôt que d’allumer des feux de forêt, LA COOPÉRATIVE préfère réveiller les feux-follets, de manière sans doute qu’ils puissent, non sans une certaine perversité, chatouiller les pas des danseurs…

Site label : www.hirustica.com

Stéphane Fougère

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°39 – été 2008)

Laisser un commentaire