Hariprasad CHAURASIA et l’Art de l’improvisation – par Henri TOURNIER

Hariprasad CHAURASIA et l’Art de l’improvisation – par Henri TOURNIER
(Accords Croisés / Harmonia Mundi)

La fascination qu’exerce sur divers publics la musique classique indienne tient à cet extraordinaire paradoxe : elle est à la fois un creuset pour les improvisations les plus sidérantes tout en reposant sur des règles de jeu ancestrales et inamovibles. Le Français Henri TOURNIER, nourri à la musique classique et à la musique de chambre, fait partie de ces musiciens occidentaux qui ont un beau jour décidé de se rendre en Inde suivre un enseignement poussé en musique indienne. Bouleversé à trente ans par l’écoute d’un disque du maître (Pandit) de la flûte indienne « bansuri » Hariprasad CHAURASIA, Henri TOURNIER est allé le rejoindre en 1989 à Bombay pour apprendre à déchiffrer les arcanes de la musique hindoustanie (de l’Inde du Nord). L’élève s’étant révélé particulièrement doué aux yeux et aux oreilles du maître, Henri TOURNIER deviendra l’assistant de CHAURASIA à son conservatoire de Rotterdam.

CHAURASIA fait en effet partie de ces grands noms de la musique savante indienne qui ont répandu l’enseignement de celle-ci bien au-delà des castes privilégiées du sous-continent indien – au sein desquelles elle se transmettait traditionnellement – et qui ont ainsi permis à de nombreux Occidentaux de se former à cet art millénaire. Le temps est révolu où la musique indienne se transmettait uniquement « intramuros », de génération en génération dans des familles de musiciens autochtones.

Du reste, Hariprasad CHAURASIA lui-même n’est pas issu d’une famille de musiciens : son père était catcheur ! Il lui a fallu éprouver courage, détermination et persévérance, pour, d’abord à l’âge de quinze ans, apprendre le chant en cachette, puis se tourner vers la flûte traditionnelle bansuri après avoir été émerveillé à l’écoute d’un concert diffusé à la radio du Pandit BHOLANATH, dont il deviendra l’élève. Plus tard, CHAURASIA devra recommencer de zéro tout son apprentissage de la flûte, en la tenant dans l’autre sens, tel un gaucher, pour être autorisé à suivre l’enseignement de la sitariste renommée Annapurna DEVI, la fille de Baba Allaudin KHAN et sœur de l’immense sarodiste Ali Akbar KHAN (disparu il y a peu). Cette nouvelle approche lui permettra d’avancer plus vite dans son initiation au « raga ». (Ce dernier ne doit pas se confondre avec une composition stricto sensu, il s’agit plutôt d’une « couleur » mélodique qui conditionne un ensemble de règles de jeu avec lesquelles un musicien soliste peut composer et improviser.)

Petit à petit, CHAURASIA s’est imposé comme une référence en musique indienne, tant par sa maîtrise des règles classiques que par ses innovations. Ouvrir un conservatoire en Europe participe donc de la volonté de CHAURASIA de faire profiter des mille et un charmes de la musique indienne à un public toujours plus vaste et désireux de se familiariser avec elle.

Cette volonté s’est aussi traduite par des collaborations avec plusieurs musiciens occidentaux évoluant notamment dans la sphère du jazz, comme Jan GARBAREK, John McLAUGHLIN, Larry CORYELL, et plus récemment N’Guyen LÊ. De plus, Hariprasad CHAURASIA et Henri TOURNIER se sont retrouvés à travailler ensemble pour la création du concerto Adi Anant, en compagnie de l’Ensemble TRANSES EUROPÉENNES du percussionniste Pablo CUECO.

De son côté, Henri TOURNIER peut se targuer d’avoir introduit le bansuri dans la musique contemporaine, à travers plusieurs créations, tout en étant impliqué dans des projets de rencontres dans les musiques du monde, dont plusieurs ont fait l’objet de parutions discographiques sur le label Accords Croisés (MAHWASH, Luzmila CARPIO, Keyvan CHEMIRANI, Liu FANG…).

Ce n’est donc pas une si grande surprise que de voir une fois de plus Henri TOURNIER et Hariprasad CHAURASIA collaborer ensemble sur un projet qui, à la base, émane d’une proposition d’ouvrage pédagogique faite aux professeurs du conservatoire de Rotterdam, où tous deux enseignent. Familier de l’enseignement et de l’esthétique de CHAURASIA, Henri TOURNIER a donc eu l’idée de réaliser un ouvrage décrivant la façon dont l’improvisation se construit et se développe dans la tradition musicale indienne, à travers l’art de CHAURASIA.

Prenant la forme d’un coffret livre-disque au format « long box », Hariprasad CHAURASIA et l’Art de l’improvisation comprend un généreux manuel de 200 pages dans lequel Henri TOURNIER définit les notions fondamentales de la musique classique indienne (le raga, le tâla, l’alap, le gat, le tihai, le layakari, le thumri, etc.) et dissèque les ragas enregistrés à cette occasion par CHAURASIA avec un pertinent système de transcription mettant en vis-à-vis la notation indienne et la notation occidentale contemporaine.

Il est donc possible à l’auditeur, qu’il soit simple curieux de sonorités indiennes ou amateur de science musicale indienne, étudiant néophyte ou un tant soi peu aguerri, de procéder à divers niveaux d’écoute des deux CD qui accompagnent cet ouvrage.

Au plaisir d’une simple écoute intuitive, il pourra, une fois assimilée la première partie théorique du livre, enchaîner avec une écoute plus approfondie des pièces contenues dans les albums en suivant conjointement les analyses du livre. Celles-ci permettent en effet de suivre quasiment « pas à pas » l’évolution des ragas joués par CHAURASIA par l’inscription de minutages qui correspondent à ceux qui défilent sur le compteur d’un lecteur CD.

On se souvient que pareille méthode a pu déjà être appliquée sur des albums 33 tours, mais il était alors plus difficile d’écouter une face de disque en suivant les minutages, à moins d’avoir une montre avec soi. Avec un lecteur CD, cette méthode révèle davantage son efficacité.

De plus, la reproduction de partitions autorise le musicien amateur à étudier les différentes étapes d’un raga. Elles permettent surtout de voir quelles parties d’un raga sont écrites et quelles sont celles improvisées. C’est ainsi toute l’organisation interne de l’improvisation dans la musique de CHAURASIA qui se révèle en pleine lumière et dévoile ses flamboyances.

Les cinq ragas consignés sur le premier CD offrent une approche on ne peut plus pédagogique de l’art hindoustani. Les trois premiers ragas (Yaman, Hansadhvani, Desh) joués par CHAURASIA accompagné au tabla par Ustad Faiyaz KHAN, sont plutôt courts, présentant l’essentiel des formes mélodiques de chacun d’eux et leurs variations. Ensuite, le tabliste Faiyaz KHAN présente et développe les cycles rythmiques choisis le temps d’une performance soliste, puis CHAURASIA nous invite à plonger dans le prélude arythmique du Raga Malkauns, l’alap, dont il développe les trois parties (alap, jhor, jhala). Enfin, les deux musiciens se retrouvent sur le Raga Bhimpalasi pour développer plus avant leurs improvisations.

Mais c’est surtout avec le second CD que tous les éléments de l’art de CHAURASIA se combinent avec toutes leurs nuances et subtilités dans une magistrale performance du Raga Gujari Todi, qui s’étale sur plus de trois quarts d’heure, et d’une pièce semi-classique basée sur le Raga Mishra Pilu, tous deux enregistrés dans le cadre d’un concert.

Illustré par les somptueuses peintures abstraites et vibrantes de Sujata BAJAJ, qui agissent comme de parfaits miroirs de l’univers émotionnel du raga, ce livre-disque, de par la profondeur de son approche théorique et l’exhaustivité de ses analyses, constitue le complément idéal au coffret paru en 1999 chez Nimbus Records, The Raga Guide : A Survey of 74 Ragas, auquel avait participé TOURNIER et CHAURASIA, et dont l’auteur, Joep BOR, a signé en retour la préface de Hariprasad CHAURASIA et l’Art de l’improvisation. C’est dire si ce dernier sera salué avec grands mérites par le public hexagonal amateur de musique hindoustanie, car il est rédigé en français, au contraire du Raga Guide qui était exclusivement écrit en anglais.

Cela dit, nos amis anglophones seront ravis d’apprendre qu’il existe également une version anglaise de ce livre-disque de Henri TOURNIER. Quoi qu’il en soit, ce dernier vient de combler un sacré vide en matière de littérature musicale française consacré à l’art du raga indien et à l’un de ses maîtres les plus inspirés. Doit-on encore ajouter que l’acquisition de ce livre-disque est indispensable à tout auditeur féru de musiques profondément vivantes et inspirantes ?

Stéphane Fougère

Sites : www.henritournier.fr

www.hariprasadchaurasia.com

Label : www.accords-croises.com

 

 

Laisser un commentaire