HEDNINGARNA – (1)

HEDNINGARNA – (1)
(Alice Musik Produktion / Northside)

Au départ, ils n’étaient que trois… Avant de révolutionner la folk-world scandinave avec ses opus Kaksi !, Trä et Hippjokk, HEDNINGARNA n’était qu’un trio acoustique presque sans prétention, si ce n’est de jouer une musique qui correspondait à ses racines traditionnelles. C’est la principale leçon à retenir de cette réédition du tout premier album des « Infidèles » – ou des « Païens » – paru à l’origine sur un obscur label suédois, Alice Musik Produktion en 1989, soit deux ans après la création du groupe.

Ils n’étaient que trois, Anders STAKE (que l’on est prié d’appeler dorénavant NORUDDE), Hållbus Totte MATTSON et Björn TOLLIN, sans les chanteuses finlandaises, à qui HEDNINGARNA doit sans doute une partie de sa notoriété et de son succès « hors les murs ». Mais cette bienheureuse réédition permet de remettre les pendules à l’heure : les maîtres de bord étaient bien les trois susnommés. Du reste, il leur arrive encore de se produire en trio, entre deux périodes de changements de filles (!).

Hardanger fiddle, moraharpe, vièle à roue, cornemuse suédoise, tambour sur cadre, luth, flûte en bois ou en sureau, guimbarde, percussions : toute la panoplie d’instruments rustiques était déjà là et faisait valoir ses propriétés acoustiques, auxquelles le groupe n’avait pas encore fait subir de métamorphoses soniques.

Alors certes, ce premier album n’est pas aussi inventif que ses successeurs. Mais rien n’empêche d’y prendre plaisir, surtout si l’on est féru ou curieux de musique folk suédoise. Entièrement instrumental, il est constitué de thèmes traditionnels (vous avez intérêt à aimer la « polska », non trafiquée…) mais aussi de compositions d’Anders STAKE. Parmi elles, Fulinhalling/Scamphalling se distingue par son climat déjà plus ambient-primitif et amorçait la voie expérimentale que le groupe allait suivre. De même, les sons bourdonnants et grinçants à l’honneur dans la Polska after Olof Tillman définissent une partie du son « classique » du HEDNINGARNA à venir, (l’amplification en moins). Et on retrouve dans Lacknafta un thème qui sera repris dans une version plus vitaminée dans Fasa, sur l’album Hippjokk.

Ce premier essai de HEDNINGARNA attirera en priorité les « puristes folk », mais les fans des albums suivants pourront faire connaissance avec les germes d’une œuvre musicale dont les racines sont ici affichées sans fard ni fortifiant. Et elles s’avèrent déjà solides.

Site : www.hedningarna.net

Label : www.noside.com

Stéphane Fougère

(Chronique originale publiée dans ETHNOTEMPOS n°11 – octobre 2002)

 

Laisser un commentaire