JACK DUPON – Tête de chien (CD) – Les Ronfleurs dorment (DVD)

Print Friendly, PDF & Email
JACK DUPON – Tête de chien (CD) –
Les Ronfleurs dorment (DVD)
(TMG / Musea)

jack-dupon-tete-de-chienJACK DUPON a dix ans. Je sais que ça paraît bizarre, mais JACK DUPON a dix ans. Si tu m’crois pas, eh, tar’ ta tête de chien à la récré ! Bien sûr, il ne les fait pas vraiment. Du reste, il n’y a pas d’âge pour être JACK DUPON. Il suffit de savoir rêver et de jouer avec de la pâte à modeler…

Et puisque c’est son anniversaire, JACK DUPON nous offre, pour sa première décennie d’existence, un double cadeau : un CD et un DVD, vendus séparément mais qu’on peut acheter ensemble, vu que les deux supports exposent la même matière, à savoir un concert donné le 6 décembre 2013 à Vichy, en Auvergne, soit « at home » pour JACK DUPON. On vous le dit par gentillesse, parce qu’en fait il n’y a aucune mention du contenu sur les volets de ces deux digipacks !

Il faut aller fourrer son nez dans le livret bigarré planqué au fin fond d’une poche du digipack CD pour tenter d’essayer de déchiffrer les crédits usuels. Après de longues et fastidieuses recherches grapho-spéléologiques, on est en mesure de vous dévoiler que le CD (tout comme le DVD) contient six morceaux, tous déjà inclus dans le précédent album studio, Jesus l’Aventurier (voir notre chronique dans TRAVERSES n°34), sauf qu’ils sont ici en versions live. Du coup, le CD Tête de chien et le DVD Les Ronfleurs dorment (on en voit un effectivement ronfler sur la photo qui sert de couverture au CD, mais pas sur le DVD, histoire d’embrouiller encore plus les esprits !) sont non seulement complémentaires entre eux, mais peuvent passer pour des additifs au CD précédent puisqu’ils racontent les mêmes histoires de Margaretha, Ulysse, Raymond, Butch et Modestine. Peut-être que, pour ses 40 ans, JACK DUPON pourra envisager une réédition de ces trois opus dans un méga-coffret comprenant des outtakes, des bootlegs restaurés, des Blu-Ray et DVD-audio 5.1, sous le titre « Jesus le ronfleur à la tête de chien »…

Donc, c’est vrai, en termes de répertoire, il n’y a rien de neuf dans ce CD et ce DVD (si ce n’est Miaou, une suite épique de… 48 secondes !), mais l’interprétation scénique fait la différence, brute et hargneuse, faisant montre d’une niaque infaillible, sans pour autant s’égarer dans des errances démonstratives stériles. JACK DUPON reste sur les rails de ses partitions hautement foisonnantes et labyrinthiques, concédant seulement quelques prolongations dans le cas de la pièce d’introduction, Margaretha, et dans l’apothéose finale de Modestine. Dommage qu’on n’ait pas droit par exemple à des pièces improvisées, ou à une composition inédite, qui auraient démarqué le répertoire de ce concert du disque précédent. Mais quoi qu’il en soit, le contexte scénique ne sacrifie en rien la densité musicale et l’exubérance foutraque si typiques de l’univers de JACK DUPON, bien au contraire.

C’est là que le DVD fait la différence puisqu’il met en valeur une dimension visuelle à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre de JACK DUPON. En bons descendants des Pot-Head-Pixies de la planète GONG, les quatre complices « jackdupontesques », Philippe PRÉBET (guitare, chant), Arnaud M’DOIHOMA (basse, chant), Gregory POZZOLI (guitare, chant) et Thomas LARSEN (batterie, chant), ont aménagé la scène du « Onze Bis » avec des décors bien à eux, et eux-mêmes sont attifés de manière aussi fantasque que leur musique.

jack-dupon-les-ronfleurs-dormentEt ce n’est parce que c’est une autoproduction qu’il faut s’attendre à une captation « cheap » avec juste une caméra en plan fixe. Les Ronfleurs dorment bénéficient au contraire d’un montage dynamique à partir de plusieurs caméras placées à des angles différents, directement sur scène ou dans le public (qui entoure la scène). Cerise sur le gâteau, la captation du concert est incrustée de petits films dignes des clips que l’on peut voir sur le site du groupe, à savoir ouvertement burlesques et éminemment surréalistes. Il y a des dessins animés dans lesquels chaque musicien, transformé en personnage de pâte à modeler, façon Wallace & Gromit, est plongé dans une aventure aussi cauchemardesque que désopilante. D’autres films, joués cette fois par les musiciens en chair et en os, sont du même acabit et révèlent une belle maîtrise du média cinématographique. Les JACK DUPON sont décidément des extra-terrestres pluri-disciplinaires !

Aux auditeurs et spectateurs qui pourraient regretter l’incrustation de ces saynètes, JACK DUPON offre la possibilité de regarder la captation intégrale du concert sans elles. Mais ce serait se priver de bonnes tranches d’hilarité ! Avec Les Ronfleurs dorment, JACK DUPON se dévoile en intégralité : son sens de la déjante s’illustre aussi bien en son qu’en image et fait de lui un expert du « DIY ». Pour un (grand) enfant de dix ans, JACK DUPON affiche une liberté de penser, d’agir et de jouer résolument libertaire. Ça promet pour sa maturité à venir !

Site : www.jack-dupon-rock-progressif.net

Stéphane Fougère

 

 

 

Laisser un commentaire