Le Festival de Cornouaille de Quimper 2012

Print Friendly, PDF & Email

Le Cornouaille de Quimper

du 24 au 29 juillet 2012

Créé en 1923 par Louis LE BOURHIS, la Fête des Reines de Cornouaille est devenu depuis 2010 le Cornouaille de Quimper. Mais qu’importe le nom, le doyen des festivals bretons est devenu au fil du temps le symbole d’une ville, d’une culture et un rendez-vous incontournable !

festival-cornouaille-quimper-2012

Cette 89e édition a atteint sur six jours une fréquentation totale de 180 000 à 200 000 personnes dont 50 000 entrées payantes, soit sensiblement la même chose que l’année précédente. Même si ce chiffre peut paraître impressionnant, on est cependant loin du gigantisme de L’Interceltique de Lorient et des Vieilles Charrues de Carhaix. Le Cornouaille demeure un festival familial à taille humaine. Les 70 stands (culture, gastronomie, artisanat, tourisme) installés le long des Quais en fête de l’Odet et les quatre sites où se déroulent les concerts sont regroupés dans le centre historique de la cité et sont très proches les uns des autres. Il est donc possible sans trop se fatiguer de participer aux conférences, animations musicales, ateliers danses, fest-noz et spectacles qui s’enchaînent dès la fin de la matinée jusqu’au milieu de la nuit.

C’est sous le chapiteau de la Place Saint-Corentin, à l’ombre de la Cathédrale et sous un soleil éclatant que dix concours se sont échelonnés pendant toute la semaine : d’abord, le fameux Trophée Dastum dédié au chant traditionnel, aux solistes et duos amateurs a cappella. Puis les jours suivants, le Ceili (tout instrument), le Mac Callum (soliste cornemuse de moins de 20 ans), sans oublier la célèbre Plume de Paon (décernée aux sonneurs par couples depuis plus de soixante ans) et beaucoup d’autres. Enfin, le samedi, une quinzaine de Bagadoù se sont disputés le titre de champion national 3e catégorie.

L’Espace Evêché tout proche proposait quand à lui un forfait très attractif (10 euros !) permettant d’assister à trois spectacles par soir.

Le Trio EDF (EWEN-DELAHAYE-FAVENNEC) a ouvert le bal le premier soir avec un spectacle de plus en plus « électrique », toujours rempli de générosité et d’humour, avant de laisser la place aux cinq jeunes musiciens de SIN ANTESIA puis au virtuose du uillean-pipe Ronan LE BARS.

Impossible bien sûr de tout voir, mais citons le charismatique Armel AN HEJER considéré comme un des plus grands chanteurs breton de la nouvelle génération, les quatre « cousines » délurées du groupe RAGGALENDO, les toujours jeunes FRERES GUICHEN, les GORISTES qui fêtaient l’année dernière leurs 20 ans d’existence (et dont le fameux « humour Brestois » nous a, avouons le, quelque peu échappé !), la création HAMON-MARTIN (Blue and Black Zebra), le groupe écossais BREABACH, le flûtiste Sylvain BAROU accompagné par le joueur de lyra crétois Stélio PETRAKIS, Alan KELLY et son « Gang » venu d’Irlande et encore Graeme ALLWRIGHT qui a plus de 85 ans continue de tracer sa route.

La grande toile du Gradlon (2 500 places) installée place la Résistance accueillaient « les poids lourds » de la scène celtique.

Sharon CORR, la violoniste et chanteuse du groupe irlandais THE CORRS a été la première à remplir le chapiteau. Les jours suivants, se sont succédés la rencontre « fest rock » entre la formation RED CARDELL et le BAGAD KEMPER, les 40 ans de scène de TRI YANN et SONERIEN DU ou encore l’exception serbe Emir KUSTURIKA flanqué du NO SMOKING ORCHESTRA.

Deux soirées auront marqué particulièrement nos esprits : Ian ANDERSON, le leader du groupe légendaire JETHRO TULL qui, à plus de 65 ans, a rejoué en compagnie de ses excellents musiciens l’intégrale des célèbres albums Thick as Brick (Le premier est paru en 1972 et une suite intitulée Thick as a Brick 2 est sortie en 2012.) avec une énergie impressionnante. Quand à la Canadienne Loreena MCKENNITT, formidablement épaulée par son groupe (dont la belle violoncelliste/chanteuse Caroline LAVELLE), elle a fait vibrer son auditoire grâce à la subtilité de son répertoire et sa voix unique.

Au Théâtre de Cornouaille, le concert de GABRIEL ET MARIE DE MALICORNE affichait complet depuis longtemps. Très heureux de retrouver les deux voix principales du groupe folk français le plus célèbre et leurs musiciens (Gilles CHABENAT, Romain PERSONNAT, Yannick HARDOUIN, David POURADIER DUTEIL), le public a pu apprécier cinq chansons nouvelles, une pincée du répertoire solo de Gabriel YACOUB, quelques incontournables de MALICORNE et l’arrivée de Dan AR BRAZ et Gael LEFEVERE (du groupe HIKS à la bombarde) sur l’historique Pierre de Grenoble

Belles retrouvailles, malgré les tâtonnements propres à une première et la gêne provoquée par un spectateur très bavard pendant toute la soirée.

Au même endroit étaient programmés les jours suivants : Bahoteries, création réunissant le BAGAD RONSED-MOR-LOCOAL-MENDON, l’USINE A CANARDS BRASS BAND et le trio BROU-QUIMBERT-HAMON dans une création axée autour du répertoire de Haute-Bretagne. Puis Tud Fiction par l’Ensemble chorégraphique EOSTIGED AR STANGALA de kerfeunteun-Quimper (Champion de Bretagne Kendalc’h 2011). Enfin Du Côté de chez Soïg, concert intimiste et chaleureux avec Jamie MAC MENEMY, Lors JOUIN, Nolwenn KORBELL et Karl GOURIOU réunis pour fêter les 30 ans de scène auprès du guitariste et maître de l’accord ouvert Soïg SIBERIL.

Le Dimanche, c’est tout Quimper qui était en fête avec le célèbre défilé réunissant 3000 danseurs et sonneurs en costume à travers les rues du centre-ville, Le Triomphe des Sonneurs, l’élection de la Reine de Cornouaille 2012 et un fest-noz géant qui s’est prolongé très tard dans la nuit.

Les réjouissances se sont terminées sur les quais par un grand spectacle nocturne : L’Odyssée Mécanique, orchestré par la COMPAGNIE LOUXOR.

Une belle édition. On attend avec impatience la 90e !

Site : http://www.festival-cornouaille.bzh/

Frantz-Minh Raimbourg

 

 

Laisser un commentaire