LES ALLUMÉS DU CHALUMEAU – Les Allumés du chalumeau

LES ALLUMÉS DU CHALUMEAU
(Aremorica /AlbumTrad)

les-allumes-du-chalumeauIls sont deux, soufflent qui dans une veuze, qui dans une bombarde ou un saxophone baryton, et se font appeler LES ALLUMES DU CHALUMEAU. Normal. C’est leur premier CD, et il s’ouvre sur une pièce baptisée Pleins Gaz. Logique. Jusqu’ici donc, tout va bien. Mais on aura compris – en tout cas on aura vite fait de le comprendre – qu’il ne faut pas attendre quoi que ce soit d’orthodoxe dans l’approche de ces deux sonneurs.

Bref, si vous attendiez de la « bonne musique à danser » pour chauffer les festoù-noz, vous risquez la douche froide et n’aurez que vos yeux pour contempler le vide fascinant de la piste de danse, abandonnée de toutes et tous, tandis que le bar sera pris d’assaut. Bon, je ne dis pas, il y a bien des « patterns » rythmiques à la rigueur dansables dans cet album, mais les élucubrations mélodiques des chalumeaux en action et les peintures sonores élaborées par les machines attenantes auront tôt fait de vous envoyer dans le décor, ou plutôt dans des décors en quatre dimensions qui vous feront perdre toute notion rationnelle de l’espace-temps.

Oubliez la piste de danse, et embarquez illico dans une soucoupe volante, avec ce CD en musique de fond. S’il ne vous met pas la tête dans les étoiles, il fera indéniablement des étincelles dans votre cortex cérébral. Car ces gens-là ne respectent rien. Ils ne sont pas là pour ça et préfèrent s’amuser avec leurs chalumeaux comme deux gosses qui découvriraient le monde avec leur seau et leur pelle.

Mais attention, ce CD n’est pas un sketch, ni une pantalonnade, ni un pied de nez, tout au plus une langue tirée aux conventions. C’est avant tout une excursion de haut vol dans des territoires guère touristiques (ni commerciaux, cela va sans dire) ; c’est une exploration des possibilités sonores de la bombarde, de la veuze et du sax baryton, soudainement transformés en sirènes-derviches ; c’est une remise en perspective primale de leurs timbres et de leurs couleurs ; une mise en abyme de l’imaginaire qu’ils peuvent brosser dès qu’on les fait marcher à côté de leurs pompes (et de celles des danseurs). Ça ne s’improvise pas, me direz-vous ? Justement, si, et pas qu’un peu. Le disque a du reste été enregistré live, de manière à préserver toute manifestation de spontanéité et pour mettre en valeur l’attitude résolument ludique adoptée par nos experts en « triturage chalémique ».

Ronan LE GOURIÉREC et François ROBIN, puisqu’ils s’agit d’eux (ah bon, vous vous en doutiez ?), ne s’interdisent aucune expérimentation, mais ce n’est pas une raison pour confondre ce disque avec un laboratoire d’élites. Tout au plus a-t-il des allures d’initiation à la chimie en classe de neige, ou tout bonnement de cour de récréation décomplexée. On n’y fait pas n’importe quoi, on fait juste en sorte de réactiver le principe de plaisir de manière exponentielle ; plaisir de jouer, de s’égarer, de se faire la belle hors les murs, de faire l’école buissonnière, de réveiller les basse-cours (Codette, ou quand le chalumeau se prend pour une poule), de plonger dans Le Bop des marais (pas fangeux pour le coup), plaisir encore de se mouiller tout en gardant son Imperméable, ou de créer une nouvelle danse au seul cri du bourdon (Kerbourden, Bourdondaine).

A la recherche sonore s’ajoute évidemment la virtuosité des ALLUMÉS, jamais gratuitement étalée mais en inspiration constante, empruntant au be-bop, aux musiques africaines, au free jazz, au rock, à l’électro, le tout surgissant d’une malle à jouets comme des diables d’une boîte, avec ricanements de rigueur.

Certains n’y verront que du cirque, mais c’est alors un cirque sans cages, dont les clowns jouent plus la carte de l’émerveillement que de la seule farce et dont la piste est une route vers des contrées inattendues et des horizons mouvants (DB Bonsaï est vraiment sur la « far side »). C’est un monde nouveau que peignent François ROBIN et Ronan LE GOURIÉREC, celui de la Chalémie réunifiée. Doit-on appeler ses habitants des « Challumés » ? Ce sont en tout cas des pourvoyeurs de bonnes ondes, des rafraîchisseurs d’idées comme on en a bien besoin.

Pages : https://collectifalenvers.wordpress.com/autres-productions/les-allumes-du-chalumeau/

CD en vente sur : www.albumtrad.com

Stéphane Fougère

 

Laisser un commentaire