MATCHING MOLE – March

Print Friendly, PDF & Email
MATCHING MOLE – March
(Cuneiform/Orkhêstra)

Attention, une archive peut en cacher une autre ! On a à peine eu le temps de digérer le premier volume des aventures scéniques de MATCHING MOLE paru en 2001 (Smoke Signals), que Cuneiform, prompt comme l’éclair, nous en fourgue un autre, ce qui élève à trois le nombre de CD live du groupe formé en 1971 par Robert WYATT puisque la BBC en avait déjà publié un en 1994. La discographie de MATCHING MOLE est désormais plus riche en albums live qu’en albums studio. C’est d’autant plus remarquable pour un groupe dont la durée de vie scénique n’a pas dépassé un an !

À défaut de pouvoir éviter les doublons dans le répertoire, on est au moins toujours assuré de ne jamais écouter exactement deux fois la même version d’un morceau – eu égard à la place allouée à l’improvisation –, ni le même set.

À l’instar de ses prédécesseurs, March livre une performance enregistrée lors de la tournée du quartet en Europe en 1972, pendant le mois de (le croirez-vous ?) mars. Le son est superbe, sans doute plus encore que sur Smoke Signals.

Quant au set, qui s’étale sur un peu plus de trois quarts d’heure, il propose deux morceaux du premier disque éponyme de MATCHING MOLE (Part of The Dance et Instant Pussy, dans lequel WYATT en rajoute dans la vocalisation outrée), deux morceaux qui apparaîtront peu après dans Little Red Record (March et Smoke Signals) et l’incendiaire pièce de Phil MILLER Lything and Gracing, dont on n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi le groupe ne l’a jamais casée sur un de ses disques studio.

Au chapitre des surprises, on découvre une adaptation par WYATT d’une ancienne chanson de Kevin AYERS (Vaguely, devenue No « Alf » Measures, dont une version était déjà disponible dans la compilation sur Robert Flotsam Jetsam)

Pour finir, il y a aussi une reprise instrumentale parfaitement inattendue d’un morceau de CARAVAN, Waterloo Lily, composé par Richard SINCLAIR. Le plus singulier dans cette affaire, c’est qu’il n’existait jusqu’ici aucune version scénique de ce morceau sur les disques live officiels de CARAVAN… Ce clin d’œil ne pouvait donc mieux tomber. Il est vrai que les renvois de balle sont fréquents dans la petite mais prolifique (à l’époque s’entend) famille canterburyenne.

Ah !, dernière chose : les deux taupes ont fait des petits !

Stéphane Fougère

(Chronique originale publiée dans
TRAVERSES n°12, décembre 2002)

Label : www.cuneiformrecords.com

Distribution : www.orkhestra.fr

 

 

Laisser un commentaire