MELANZ NASYON – Dizan Maloya

MELANZ NASYON – Dizan Maloya
(Maloyallstars)

melanz-nasyon-dizan-maloyaDizan Maloya est une compilation qui marque les dix années d’existence du groupe réunionnais MELANZ NASYON. MELANZ NASYON, c’est une aventure qui débute au tout début de l’année 1995, lorsque les très jeunes Thomas MÉDOR et Stéphane GRONDIN assistent pour la toute première fois à un concert de Granmoun LÉLÉ, figure emblématique du maloya.

Ce style musical est un héritage de l’esclavage qui sévissait à La Réunion, alors que l’île s’appelait encore Bourbon. La musique, le chant et la danse représentaient les seuls moyens d’expression de ces esclaves, qui déclamaient ainsi, au travers de longues complaintes orales et rythmiques, leurs malheurs et leurs tourments, leurs rêves et leurs espoirs. On pourrait en effet comparer le maloya au blues américain, style musical à travers lequel les esclaves accablés extériorisaient leurs sentiments profonds, manifestaient leur mal du pays, se révoltaient aussi d’une certaine façon contre les mauvais traitements infligés par leurs maîtres. Le terme maloya viendrait d’ailleurs du malgache « maloy aho », ce qui signifie à peu près « dire ce qu’on a sur le cœur ».

Pour Thomas et Stéphane, c’est une véritable révélation et, très vite, avec leurs amis d’enfance issue du même quartier de Saint-Joseph, réputé « zone sensible », ils décident de former un groupe pour échapper à l’ennui et à la morosité quotidienne. Sans savoir encore ce qui les attend, la bande de jeunes gens fonde, avec les quelques rares instruments qui leurs tombent sous la main, une future institution du maloya baptisée MELANZ NASYON.

La fête de la musique 1996 permettra au groupe de faire ses premières armes sur scène. Celui-ci est alors composé de Thomas au chant et bongos, Stéphane au Kayamb, David au djembé, Sébastien au Piker, Vanessa au triangle et Daniel au roulèr. Après avoir assuré une première partie pour BASTER, formation très populaire à la réunion, nos six musiciens enchaîneront les concerts, les festivals locaux, et du même coup, les rencontres fort bénéfiques avec des figures de proue de la musique réunionnaise, tels que Danyel WARO, Firmin VIRY, le RWA KAF ou encore Gilbert POUNIA du groupe ZISKAKAN.

Les dates et lieux de prestations se multiplient, mais MELANZ NASYON ne publiera son premier album qu’en 1999. Anao, c’est son titre, sera acclamé par l’ensemble de la presse réunionnaise, spécialisée ou pas. Cet excellent disque sera très vite suivi, seulement quelques mois plus tard, par un Larg pa maloya lui aussi couvert d’éloges un peu partout lors de sa sortie.

Entre-temps, si certains musiciens ont quitté le navire, le groupe se sera enrichi de nouveaux arrivants, citons entre-autres Patrice PAYET (roulèr, chant), Loran DALO (congas), ou Vincent LAURET (Piker et triangle), ou Huguette HOARAU et Marie-Paule PAYET (chant). Aujourd’hui, MELANZ NASYON fait partie intégrante du paysage musical réunionnais, toujours emmené par ses fondateurs Thomas MÉDOR et Stéphane GRONDIN. Ce dernier est devenu avec le temps l’un des plus actifs défenseurs et promoteur du genre, allant même jusqu’à fonder son propre label, Maloyallstars Production. Signalons que la maison de disque a eu, tout récemment, l’heureuse idée d’immortaliser sur CD les meilleurs titres de Gramoun SELLO, l’une des dernières légendes du maloya traditionnel. Et Stéphane GRONDIN ne semble pas très de vouloir s’arrêter là !

Si MELANZ NASYON n’a jamais renié, bien au contraire, l’aspect revendicatif et engagé du maloya, il lui a apporté une nouvelle fraîcheur, une dimension festive presque inédite. Les chansons du groupe abordent, et ce depuis sa création, les problèmes quotidiens des réunionnais, le chômage, les ravages de l’alcool, mais toujours dans un véritable élan positif, avec un optimisme porté par les mots et la musique.

Le groupe, fier du brassage culturel dont il est né, se fait l’habile porte-parole de cette identité réunionnaise. Il sait également parodier certains aspects du mode de vie de ses congénères, tels que les fameux Ladi-lafé, ou les ragots de Madanm Klemans ! Ce célèbre titre fait partie des 15 grands classiques de MELANZ NASYON présents sur ce best-of. Pour réaliser l’album, le groupe s’est payé le luxe, pour notre plus grand plaisir, de tous les réenregistrer dans les conditions du live, d’où une grande homogénéité sonore appréciable sur la durée (les percussions sont cependant à mon avis quelque peu sous-mixées, dommage).

Si le maloya est une expérience à vivre de préférence en direct avec les musiciens et dans l’énergie du moment, le disque s’écoute avec le plus grand plaisir. Il constitue ainsi, pour tout amateur des rythmes traditionnels de l’océan indien, une petite anthologie de MELANZ NASYON, icône incontournable du maloya moderne.

Site : https://www.facebook.com/melanznasyon/

Philippe Vallin

 

Laisser un commentaire