MOTIS – Josquin Messonnier

MOTIS – Josquin Messonnier
(Musea Records)

tmp_13441-motis-josquin-messonnier-1171263987Depuis ses débuts, MOTIS est le média passionné autant que passionnant d’un multi-instrumentiste/ compositeur/ parolier surdoué, Emmanuel TISSOT – MOTIS pour les intimes – et de sa folle gageure : penser et s’exprimer à l’ère moderne comme dans l’ancien moyen-âge.

Les imprudents pourraient a priori se gausser de la douce lubie notre musicien s’ils n’étaient assiégés de toutes parts par les excellents albums déjà produits par le bonhomme. En plus du très superbe Ripaille, prédécesseur en tous points réussi du Josquin Messonnier ici présenté, citons seulement l’extraordinaire Prince des Hauteurs, dont on ne pourra jamais dire assez de bien.

Et pour résumer à gros traits le style de MOTIS, décrivons-le – l’exercice est périlleux mais tentons-le – comme une sorte de GENESIS médiéval et presque uni-personnel à la française mâtiné d’ANGE, d’ATOLL et de Gabriel YACOUB. Bref, que du lourd, même si, malheureusement et incompréhensiblement, MOTIS n’a pas encore pu hisser sa renommée à la hauteur de celle de ses illustres aînés. Le fera-t-il avec ce tout nouveau Josquin Messonnier ? Franchement, ça ne serait que pure et grande justice.

Car MOTIS, déjà impressionnant instrumentalement parlant tout au long de son parcours discographique, a ici encore franchi un palier : les trois musiciens présents sur l’album transcendent leur technique parfaite pour se lâcher et s’amuser, je dirais presque enfin. Du coup, le MOTIS au ton souvent ironique et mordant que j’appréciais déjà énormément s’est mué subitement en un étonnant générateur de fraîcheur harmonique sur fond de poésie positiviste. Le contrepied était osé, sinon risqué, mais le résultat, qu’on se le dise, est simplement sublime.

Je dois préciser, pour la bonne compréhension de l’affaire, que le Josquin Messonnier qui nous intéresse ici est un concept-album d’une cinquantaine de minutes ayant pour thème la naissance, l’enfance et l’adolescence du personnage jusqu’à ce que lui-même, par ses amours, donne naissance à un nouvel être. Le thème pourrait paraître simpliste, voire déjà traité et retraité ad nauseam. Mais c’est tout l’immense talent de MOTIS d’éclairer ce cycle de la vie d’une fugue instrumentale quasi-symphonique épicée de nombreuses fulgurances musicales d’une grande beauté.

En fait, j’ai l’audace de l’affirmer, c’est ici l’éclosion d’un nouveau MOTIS, plus intime, plus émotionnel, plus profond encore qu’auparavant. Rien que la façon de chanter d’Emmanuel est en une preuve flagrante. Il n’y va plus en force, sa voix vibre d’un timbre plus joliment fragile, s’essaie à des méandres jusqu’alors inédits et tente sans cesse de nouvelles manières mélodiques. Il y a quelque chose d’un nouvel élan vital dans tout ceci. Et c’est justement ce qui rend cet album si immédiatement attachant, en plus d’être, je le répète, tout simplement sublime.

Je ne veux pas en dire plus, ce serait gâcher les nombreuses surprises de toutes sortes que réserve cet album. Écoutez-le, réécoutez-le, c’est vraiment une très belle merveille de bout en bout.

Site : www.motisonline.com

Label : www.musearecords.com

Frédéric Gerchambeau

 

 

Laisser un commentaire