NILAMAYÉ – Las Flores del Sol

NILAMAYÉ – Las Flores del Sol
(Buda Musique / Socadisc – Bongo Joe)

Vous êtes amateur de musique traditionnelle afro-colombienne et pensez que les musiciens de cette scène doivent scrupuleusement respecter la tradition en reproduisant ad vitam eternam les mêmes codes ? Alors passez votre chemin, NILAMAYÉ n’est pas pour vous… Ou plutôt si, précipitez-vous sur ce CD, écoutez-le fermement, il vous fera sûrement réfléchir et nuancer votre position. Ce jeune groupe ne professe pas le respect, au sens de stricte obéissance, de la tradition (comme tous les jeunes qui se respectent…), mais manifeste un respect pour toutes les formes traditionnelles des musiques colombiennes, dans lesquels il a amplement plongé son inspiration pour en extraire sa propre lecture contemporaine.

Plusieurs années de recherches, de rencontres et de pratique dans les différentes régions de Colombie, de Baranquilla sur la côte de la Mer des Caraïbes jusqu’à Tumaco sur la côte du Pacifique en passant tant qu’à faire par Bogota dans le département central de Cundinamarca, ont permis à Jaime A. SALAZAR, le directeur artistique de NILAMAYÉ, de peaufiner un projet musical solide, érudit et passionné. Plutôt que de chercher à faire de la représentation ou de la reproduction muséale des différents vocabulaires musicaux locaux, NILAMAYÉ s’en est imprégné pour porter une proposition musicale fraîche et novatrice, mais forcément enracinée, faite de réarrangements de collectages et de compositions inscrites dans une esthétique nourrie de tradition.

Inspiré par les collectifs instrumentaux ancrés dans la tradition, comme les conjunto de tambora (ensembles de tambours) de la côte Nord (Atlantique) et les conjunto de marimba de la côte Sud (Pacifique), portés par le souffle vocal des cantadoras (chanteuses traditionnelles), NILAMAYÉ se compose de trois musiciens opérant principalement aux tambours : Jorge POSADA aux cununos (tambour-tonneau proche du conga) et alegre (tambour conique), et les bomberos (joueurs de tambour basse) « La Wey » SEGURA aux bombo arrullador (« tambour-berceuse ») et tambora (tambour cylindrique à deux membranes) ainsi qu’au marimba de chonta (xylophone à résonateurs), et Jaime A. SALAZAR au bombo golpeador (grand tambour basse), llamador (autre tambour conique) et maracas, et de deux cantadoras, Margaux DELATOUR et Alexandra CHARRY, dont le chant souvent responsorial (en réponse) est accompagné par des guasâs (hochets). Tous sont originaires de Colombie ; seule une des deux chanteuses est française, mais imprégnée évidemment de culture colombienne.

NILAMAYÉ a choisi pour titre de son premier album Las Florès del Sol (« les fleurs du soleil »), qui est ni plus ni moins la traduction hispanique du terme « Nilamayé » désignant chez l’ethnie Baruya, en Papouasie-Nouvelle Guinée, les cinq morceaux de bois taillés plantés au sommet d’une tsimia, la grande maison cérémoniale où se rassemblent tous les clans et les villages. Bien que n’ayant pas la prétention de réunir forcément toutes les musiques afro-colombiennes dans leur supposée forme « pure », cet album offre une beau panel de pièces imprégnées des cadences de la cumbia, du currulao et de sa variante, la juga, et du bunde. Le bullerengue (danse chantée alternant chant en vers et chant choral) et la chalupa (danse plus rythmée) y sont également représentés.

Alimentées par les rythmes exubérants des tambours, chaudement enveloppées par les sons du marimba de chonta, propulsées par la luxuriance et le pétillement du chant choral et responsorial des cantadoras, soutenues par la régularité rythmique brillante des hochets, ces Flores del Sol à la nature « fluviale » renvoient l’image de célébrations joyeuses et contagieuses, parfois aussi plus recueillies. NILAMAYÉ donne non seulement à écouter, mais aussi à voir, à sentir, à rêver, et sort la tradition d’un cadre figé pour l’inscrire dans une dynamique qui en élargit la vision.

Site : www.nilamaye.com

Labels :

Pour la version CD : www.budamusique.com

Pour la version LP : http://www.bongojoe.ch/label

Stéphane Fougère

 

 

 

 

Laisser un commentaire