Nolwenn ARZEL – A nezh kalon (De toute mon âme)

Nolwenn ARZEL – A nezh kalon (De toute mon âme)
(Coop Breizh)

Nolwenn ARZEL est une jeune harpiste bretonne originaire du nord du Finistère. C’est en assistant à un concert de Gilles SERVAT et du groupe TRISKELL, des frères Pol et Hervé QUEFFÉLÉANT, lors d’une représentation de leur spectacle en commun, L’Albatros fou, que lui est venue sa vocation pour la harpe celtique. Pol QUEFFÉLÉANT fut ensuite un de ses professeurs. Nolwenn ARZEL enseigne aujourd’hui la harpe et poursuit en parallèle une carrière artistique. Elle a effectué les premières parties de Didier SQUIBAN et de Carlos NUÑEZ, a participé à la bande originale du dessin animé Le Chant de la mer aux côtés de Nolwenn LEROY et a à son actif cinq CD dont le dernier en date, A nezh kalon (de toute mon âme).

Même si ce nouvel enregistrement est produit sous son nom propre, c’est davantage à une œuvre de groupe que l’on a affaire ici. Nolwenn a en effet su s’entourer de musiciens expérimentés et reconnus sur les scènes bretonnes, Loïc BLÉJEAN (flûte et cornemuse irlandaise), Yvon MOLARD (percussions du monde) et Yann QUEFFÉLÉANT (guitare). Ces deux derniers ont d’ailleurs déjà eu l’occasion de collaborer avec une autre grande harpiste bretonne, Gwenaël KERLEO. Loin de servir de simples accompagnateurs, les musiciens créent avec Nolwenn une synergie et une homogénéité musicale intense. Les percussions instaurent même une atmosphère intrinsèque lors de chacune de leurs interventions.

L’album se partage entre titres instrumentaux et chansons. Les trois premiers titres, repris sous le terme générique de Kreizh Breizh Meskaj (mélange du Centre Bretagne) constitue une suite de trois danses (plinn, fisel, gavotte des montagnes). D’autres thèmes de danses sont mises en avant sur Valse blanche ou Mazurka, des compositions de Nolwenn, ou encore sur Personne n’en est la cause, un hanter dro comportant des paroles traditionnelles acerbes sur la condition féminine d’autrefois.

L’homme aux sabots est un hommage au grand-oncle de Nolwenn, Alphonse ARZEL, qui s’est battu pour que les communes souillées par le naufrage du pétrolier Amoco Cadiz soient indemnisées et dont la ténacité a été récompensée. Sur un traditionnel irlandais, Nolwenn a posé des paroles et les chante en duo avec un invité prestigieux en la personne de Gilles SERVAT. Ce dernier avait lui aussi dénoncé une autre ignominie maritime avec sa chanson Erika en l’an 2000.

Pachelbel’s Reel est une adaptation à l’irlandaise du célèbre canon du compositeur allemand Johann PACHELBEL qui a déjà inspiré de nombreux avatars (Rain and Tears des APHRODITE CHILDS ou encore La Maladie d’amour de Michel SARDOU). La mélodie démarre de manière classique, accélère progressivement, se transformant en véritable reel, pour se terminer plus posément alors que la cornemuse irlandaise s’associe à la harpe.

Coïncidence ou réelle volonté, le thème capillaire est proposé à deux reprises, tout d’abord avec le titre La Chevelure, une chanson du pays rennais, et ensuite avec Her Golden Hair, un traditionnel irlandais.

Pour reprendre le titre de l’album, on peut effectivement dire que Nolwenn ARZEL y a mis toute son âme. Cet enregistrement constitue quoi qu’il en soit une étape notable pour une artiste promise à un bel avenir.

Didier Le Goff

Site : https://www.nolwennarzel.com/

 

 

 

Laisser un commentaire