Philippe CAUVIN – Nu

Philippe CAUVIN – Nu
(Musea)

PhilippeCauvin_NuRéapparu en 2014 sur scène et sur disque après une absence prolongée, le guitariste et vocaliste Philippe CAUVIN est aujourd’hui sur tous les fronts avec un projet éléphantesque, la réalisation et la publication d’un seul tenant de 6 CD ! Non, je n’ai pas dit un coffret de 6 CD, juste 6 CD disponibles séparément mais qui, réunis tous ensemble sur une même étagère, raconte CAUVIN, lettre par lettre. Chaque CD a la sienne et, le hasard faisant bien les choses, le nom CAUVIN fait justement 6 lettres, donc une par CD, ou le contraire ! Le premier CD – celui qui nous occupe présentement – porte donc sur sa tranche le n°… « C » !
Bien conscient que, entre Memento et son dernier, Voie nacrée, il s’est étalé rien moins que 30 ans, notre « danseur de cordes » a décidé de combler les manques de son parcours. Cette série de 6 albums totalement inédits représente donc une collection « 1978-2015 », soit le parcours d’une vie artistique dont on avait fait que deviner la pluralité d’angles.
Il ne s’agit pas de compilations, mais bien d’albums pensés comme œuvres distinctes, même si agencés à partir d’archives miraculeusement retrouvées et scrupuleusement nettoyées par l’ingénieur du son Guillaume THÉVENIN. Ce sont moins six albums d’un CAUVIN qui sont livrés en pâture aux oreilles disposées et aiguisées que six CAUVIN qui offre chacun leur hommage discographique à une certaine idée de la poésie musicale, une idée qui n’appartient somme toute qu’à un seul et unique créateur, Philippe CAUVIN. Ça peut paraître un rien schizophrénique, mais cette schizophrénie éditoriale a le mérite d’une plus grande cohérence dans la représentation des différents visages de Philippe CAUVIN.
Et parce qu’un parcours chronologique, donc horizontal, serait trop rigide pour définir la pluri-dimensionnalité de l’œuvre « cauvinale », le premier volume de cette collection commence par le présent (ou bien le passé proche, mais alors très proche !). Nous avions laissé Philippe CAUVIN sur sa Voie nacrée en 2014, laquelle avait figure de promesse de renouveau. Celle-ci n’est pas usurpée puisque ce CD en est, sur le plan esthétique, la suite directe. Constitué d’enregistrements de concerts donnés au Rocher de Palmer, à Cenon, en province bordelaise, en octobre 2014 et octobre 2015, ce CD présente le Philippe CAUVIN d’aujourd’hui, tel qu’en lui-même, sans fard ni masque, et il est on ne peut mieux baptisé… Nu.
Oui, n’en déplaise à la perverse pudibonderie du marché musical qui préfère promotionner les strasses et paillettes d’un soir, l’homme qui joue sur ce CD est nu, tel un Adam épanoui dont l’Eve est une guitare acoustique classique. Et force est de reconnaître qu’elle suffit à habiller l’homme et son espace, qu’il illumine par instants de son chant parachuté de cieux indécelables…
Quoi qu’il en soit, cette série de soliloques nudistes permet à la guitare cauvinale de décliner ses humeurs, inflexions, épanchements, regards et rêves éveillés au travers d’un vocabulaire en apparence restreint et frustre, mais en définitive d’une incomparable richesse de nuances. Une guitare, une voix, des cordes pincées, frottées, frappées, des onomatopées, des mélopées, des tirades, des envolées, des spirales, des vagues, des heurts, des détours, des déviations, des sautes d’humeur et autres variations de climat… le discours est dense, chargé, vibrant. Qu’il serpente entre les failles et les dorsales de la Rift Valley, qu’il marche sur un Chemin cahoteux en quête d’une Résilience à rebonds ou sur le fil fragile et vacillant d’un Funambule, qu’il se lance à corps perdu dans un Combat démesuré ou se laisse aller à une fructueuse Rêverie sauvage, CAUVIN le doux sorcier blanc pratique Un envoûtement radical, apte à livrer dans les interstices de ses notes le Secret de la musique des sphères…
En dépit de son caractère éminemment introspectif, cet album, Philippe CAUVIN l’a voulu en quelque sorte interactif puisqu’il a demandé à trois de ses admirateurs/admiratrices de bien vouloir remplir quelques lignes sur sa musique et, parmi ces lignes, de choisir certains mots qui serviraient à titrer ses compositions. Cette forme de fonctionnement collectif prouve que même une musique très « isolante » peut résonner en d’autres âmes et aboutir à une communion sous la forme d’un quartette imaginaire fait de plumes et de cordes. La musique nue de Philippe CAUVIN est une expérience à vivre en direct comme en différé. Une musique de repli dans un contexte live, donc ouvert, ne peut que nous inciter à reconsidérer notre vision de l’espace et de ses portées vibratoires…

Label : www.musearecords.com

Stéphane Fougère

 

Laisser un commentaire