PROMENADE – Noi al dir di Noi

PROMENADE – Noi al dir di Noi
(Fading Records)

Les groupes de rock progressif italiens n’en finissent plus de raviver la flamme de ce genre musical depuis quelques années. Et cette fois-ci, il semblerait que ce petit groupe de Gênes réussisse à nous mettre K.O dans les toutes premières secondes d’écoute de son premier album Noi al dir di Noi. C’est lorsqu’on s’y attend le moins, que la branche de l’arbre vient heurter le haut du crâne, même à faible allure lors d’une balade en forêt. Alors, on s’arrête immédiatement, on écoute.

PROMENADE est un groupe de rock progressif symphonique qui englobe pas mal d’autres genres mais pour le moment ça suffira. Composé de quatre musiciens survoltés et talentueux, cette formation italienne propose un premier album tout bonnement envoûtant, palpitant et très frais. En toute honnêteté, ce n’est pas tous les jours qu’il est donné d’écouter pareille chose. L’entrée en matière est certes abrupte, démonstrative, instrumentale mais a le mérite de poser les choses de manière très déterminée. L’émotion arrive ensuite avec un morceau comme Il Secondo Passo, Matteo le chanteur est aussi au piano, Stefano le bassiste est aussi au saxophone, tandis que Gianluca le guitariste tricote et Simone badigeonne.

Les quatre artistes envoient les couleurs magistralement, ça module sans arrêt, harmoniquement riche, mélodiquement travaillé au plus haut point, leur rock progressif ravive de belles sensations perdues. Il a la saveur de l’ancien avec un jeu moderne très développé. Quelques développements canterburyens, d’autres, jazz fusion surtout dans les sublimes soli de guitare à la Allan HOLDSWORTH, finissent de nous achever littéralement. La belle voix en italien colle parfaitement à cette musique rythmée et poétique. Quant à la production, puissante sans atteindre ni un son hard-rock ni métal, elle parfait l’ensemble majestueusement.

Noi al dir di Noi est un album passionnant, ultra démonstratif, mais aussi très mélodique et généreux en émotions comme sur Pantera, parfois même drôlement surprenant comme l’intégralité de Roccocò portant à merveille son nom. On est plus proche du parcours de santé voire de la compétition sportive que de la promenade, faisant passer ces trois quarts d’heure à une vitesse hallucinante. Une première victoire qui en annonce bien d’autres assurément. Bravo !

Aleksander Lézy

 

 

Laisser un commentaire