Régis HUIBAN – Le Train Birinik

Régis HUIBAN – Le Train Birinik
(Bemol Productions)

regis-huiban-le-train-birinikRégis HUIBAN apprend très jeune l’accordéon chromatique avant de jouer avec des groupes de bal puis d’intégrer le groupe de fest-noz TAN BAN TI. Il participe également à plusieurs projets, dont deux de Roland BECKER : le quintet de music-hall breton M. KERBEC ET SES BELOUZES et le duo burlesque KOF A KOF qui est un spectacle de rue où il se familiarise avec l’improvisation musicale et scénique et le jazz. Il est également membre de WIPIDOUP et SKOLVAN, deux références de la musique bretonne et du fest-noz.

Avec son quartet, Régis HUIBAN réalise un triptyque en hommage aux passeurs de mémoire. Après Sans Sommeil en 2005 et 1732 en 2009, son nouvel album intitulé Le Train Birinik nous offre un voyage à bord de ce train qui a parcouru le sud du pays Bigouden en sept stations, de Pont-l’Abbé à Saint-Guénolé, de 1907 à 1946. Le quartet est composé de Régis HUIBAN à l’accordéon chromatique, Philippe GLOAGUEN aux guitares, Julien Le MENTEC à la contrebasse (deux anciens compères de TAN BAN TI) et Loïc LARNICOL à la batterie. Ils sont entourés pour cet album-concept de Julie BONNAFONT au violon, Cécile GRENIER à l’alto, Mathilde CHEVREL au violoncelle et André LOSQUIN au bugle.

Les mélodies composées par Régis HUIBAN (avec Philippe GLOAGUEN sur les deux premiers titres) nous transportent avec ce Train Birinik dans une autre dimension et une autre époque à travers les sept titres qui portent chacun le nom d’une station. Dans ces compositions originales se mêlent des influences musicales aussi variées que le bal musette, la musique traditionnelle bretonne, le swing et le jazz, ainsi que la musique classique dans Guilvinec avec un clin d’œil à l’Hymne à la joie de BEETHOVEN, des rythmes brésiliens dans Treffiagat et Penmarc‘h, la musique de film sur l’ensemble du parcours, avec ses accélérations, ses ralentissements, ses airs contemplatifs des paysages, ses airs de fête et de nostalgie. Saint-Gué terminus est une pièce quasi-contemporaine qui évoque le lent redémarrage du train, sa locomotive qui fume et embrume l’atmosphère, l’accélération presque rock n’roll du convoi qui file à travers le paysage, puis le freinage des roues et l’arrivée lente, enfumée, la descente des voyageurs…

Les haltes du Train Birinik sont ponctuées de courts témoignages ou impressions de voyageurs lus, et le livret, orné de cartes postales et de photos d’époque, est aussi rempli d’informations et d’anecdotes.

Cette création est une belle façon de rendre hommage à une page d’histoire du pays Bigouden à travers le souvenir de ce train et l’illustration sonore de ses voyages.

Site : www.regishuiban.com

Label : www.bemolvpc.com

Sylvie Hamon

 

Laisser un commentaire