Sibérie (Musiques sibériennes d’hier et d’aujourd’hui)

Print Friendly, PDF & Email
Sibérie (Musiques sibériennes d’hier et d’aujourd’hui)
(RFI)

Quand il fait -65°C au plus fort de l’hiver, peut-on encore jouer de la musique ? Si les conditions ne le permettent guère, il reste toutefois possible de créer des musiques inspirées par ce climat de grand froid, qui en restituent pour ainsi dire l’âpreté. Et s’il n’est pas conseillé d’aller se balader à pied par des températures pareilles (on ne risquerait pas d’aller bien loin de toute façon), on peut toujours tenter une ballade à cheval. C’est pourquoi ces musiques froides accordent une grande place aux rythmes chevalins.

Et parce qu’il est conseillé de faire sa prière et de s’aliéner les bons augures des esprits avant de s’aventurer à l’extérieur avec de telles profondeurs climatiques, les musiques de ces terres froides sont, bien évidemment, imprégnées de chamanisme. Si vous ne l’aviez pas déjà deviné, vous êtes en Sibérie, et cet album est voué à vous en faire découvrir les trésors musicaux. Il ne s’agit pas pour autant d’enregistrements de terrain, mais d’un recueil de pièces composées par un duo d’artistes du Nord-Est de la Fédération russe, en République Sakha (Yakoutie), German et Claudia KHATYLAEV. Le champ culturel dépeint ici correspond donc en réalité à une partie précise du territoire sibérien.

Le couple KHATYLAEV n’est sûrement pas inconnu des amateurs de musiques de l’Extrême-Orient sibérien, puisque les très recommandables éditions Boréalia nous avaient déjà, en 2011, introduit à l’univers des KHATYLAEV avec le précieux CD Arctic Spirit, en forme de petit livre richement illustré et généreusement documenté d’informations sur les instruments et les compositions du duo. La fondatrice des éditions Boréalia, Émilie MAJ, a donc remis le couvert en produisant cet album sobrement intitulé Sibérie. Mais de CD il n’est pas réellement question.

Pour qui la perspective d’écouter de la musique sur un support discographique paraît extra-terrestre ou tout simplement encombrant, ces Musiques sibériennes d’hier et d’aujourd’hui ne se livrent qu’en version strictement et uniquement digitale, sur le site de RFI Instrumental, en vue de servir d’illustrations sonores à des projets radio ou audiovisuels.

Pas de livret, donc pas de texte de présentation ni de doctes informations sur ces musiques, si ce n’est la mention des titres des pièces enregistrées et les noms des artistes. On en est donc quitte à écouter ces chants et sons de Sakha « à l’aveugle », comme si on était déjà dans cet état intermédiaire entre le monde des vivants et celui des morts, propre à l’expérience chamanique !

Les vièle kyrympa, luth bas tansyr, tambour chamanique, diverses guimbardes et chants de Claudia et German KHATYLAEV introduisent l’auditeur dans un paysage sonore brut de fonte, acoustico-rustique, entre folklore revivifié, expérimentations contemporaines et filtrage drone et électro (sur les deux dernières pistes), qui suggère autant les marches pesantes dans les épaisseurs de neige, autour du cercle polaire, que les danses médiévales lors de soirées intimistes dans une cahute chauffée au bois perdue dans une région forestière, ou bien les voyages hors du corps lors de cérémonies secrètes.

Les compositions « animistes » des KHATYLAEV, dans lesquelles la voix est souvent un instrument parmi d’autres, évoquent les singularités des paysages sibériens, la nostalgie de cette terre natale, le culte du cheval, la magie qui se dégage de la Taïga, les confrontations surnaturelles entre le bon et le mauvais, le monde d’en bas, le mystère de la Création…

Pour qui aurait envie d’une initiation plus érudite et documentée sur ces musiques sibéro-yakoutes, le CD Arctic Spirit paru sur Boréalia servira de porte d’entrée indispensable. Mais pour qui se sent le courage de plonger sans bouée et sans filet dans cette envoûtante dimension sonique, alors l’écoute de cet album dématérialisé suffira à ouvrir les écoutilles de l’imaginaire.

Stéphane Fougère

Page : https://www.rfi-instrumental.com/fr/albums/siberie

 

Laisser un commentaire