SLAPP HAPPY – Acnalbasac Noom

Print Friendly, PDF & Email
SLAPP HAPPY – Acnalbasac Noom
(ReR / Orkhêstra)

Pour mémoire, Acnalbasac Noom est en fait le deuxième album de SLAPP HAPPY, qui fut produit par Uwe NETTELBECK et enregistré en 1973 à Wümme avec les musiciens de FAUST. La maison de disques German Polydor avait hélas refusé de le sortir à l’époque, alors qu’elle en attendait paradoxalement beaucoup en termes commerciaux après l’échec de Sort of. Dagmar KRAUSE, Peter BLEGVAD et Anthony MOORE avaient alors réenregistré le disque en Angleterre avec d’autres musiciens et de nouveaux arrangements plus complexes et c’est finalement Virgin Records qui l’avait publié. Cette version est connue sous le titre Casablanca Moon, et c’est par souci de démarquage que la première mouture de ce disque, parue pour la première fois en 1982 sur le label de Chris CUTLER, ReR Megacorp, a été baptisée Acnalbasac Noom, soit Casablanca Moon en verlan.

Pour beaucoup, Acnalbasac Noom fait figure de « vraie » version : plus simple et directe, voire rugueuse, moins surproduite ou excentrique, elle fait ressortir plus ouvertement la fraîcheur printanière de façade de ces chansons qui sont quasiment toutes devenues des classiques représentatifs du style SLAPP HAPPY : une délicieuse pop « rousseauiste » volontiers narquoise sans pour autant virer au pastiche, et concoctée à base de simili-thèmes de valse, de tango, de bossa-nova, de cabaret ou de guinguette sur lesquels on a couché des textes très littéraires ambivalents, parfois mêmes troubles, grinçants et ironiques sous le vernis sémillant.

Et quoi de mieux qu’un air de tango pour chanter une bizarroïde histoire de meurtre (Casablanca Moon) ? On ne s’étonnera pas, dans ce contexte, d’entendre réciter du Arthur RIMBAUD, même s’il m’a fallu du temps avant de réaliser que Dagmar KRAUSE chantait un de ses poèmes en version originale dans Mr Rainbow ! La version Virgin de cet album en reprendra tous les morceaux à l’exception de Charlie ‘n Charlie (soit Sort Of en version chantée), qui sera remplacé par Haïku.

Après Desperate Straights, c’est donc au tour d’Acnalbasac Noom d’être réédité en CD. Il l’avait certes déjà été en 1990, augmenté de quatre morceaux bonus, dont le fameux single issu de la brève reformation du trio en 1983, Everybody’s Slimming / Blue-Eyed Williams. Mais cette nouvelle réédition bénéficie du savoir-faire avisé de Bob DRAKE. Sa remastérisation offre un son plus ample et une définition plus affinée qui saura ravir tous les amateurs de ce disque culte.

Néanmoins, cette réédition souffre d’un défaut d’indexation qui a malencontreusement placé deux morceaux (Michel Angelo et The Drum) sous le même numéro de plage. Du coup, il y a une plage vide ! Et comme pour le reste quasiment rien n’a changé dans l’artwork du CD, beaucoup y réfléchiront à deux fois avant de se séparer de leur ancienne édition CD.

Quant à ceux qui n’avaient pas encore cet opus en format CD, il faudra faire avec ce léger défaut, ou bien se mettre en quête de l’ancien pressage. C’est le moment où jamais de vous demander si l’argument de la remastérisation, qui seul motive cette réédition, est essentiel ou non…

Stéphane Fougère
(Chronique originale publiée dans
TRAVERSES n°18 – juillet 2005)

Label : www.rermegacorp.com

Distributeur : www.orkhestra.fr

PS : Cet album a été réédité en 2016 par le label allemand Tapete Records en format CD papersleeve et en LP + CD.

 

 

 

Laisser un commentaire