Soïg SIBERIL – Habask

Soïg SIBERIL – Habask
(Coop Breizh)

En chroniquant un précédent album de Soïg SIBERIL, il s’agissait alors de Dek, j’avais déjà avoué, c’était en 2014 : « Personnellement, à l’écoute d’un pareil album, je veux dire aussi lumineux, apaisant ou encore onirique, je veux bien me contreficher pas mal de savoir si le guitariste à la manœuvre est moldave, guatémaltèque ou même martien. » En 2017, j’en suis toujours au même constat, ce que je trouve fascinant.

Je veux dire par là qu’il y a, heureusement, de très belles choses qui ne changent pas, et que c’est ainsi que Soïg SIBERIL est toujours un adepte résolu du mode d’accordage DADGAD, ce qui confère à ses mélodies une étrange magnificence teintée tantôt de blues, tantôt de jazz, ou encore d’une puissance magique qui sied bien à la Bretagne qu’il peint et dépeint si magistralement du bout de sa guitare.

Dans ma chronique de Dek, j’avais également écrit : « Quelqu’un a employé le terme de musique bienfaisante. C’est exactement cela, cette musique fait du bien, donner à entendre le merveilleusement beau fait toujours du bien. » Là encore, je ne peux que me répéter en boucle sans fin à propos de ce nouvel Habask. D’autant plus assurément qu’Habask signifie paisible, calme, serein en breton. Même si quelques mélodies joliment alambiquées et endiablées viennent semer le doute sur ce que veut dire serein dans l’esprit de notre compositeur breton, plus malicieux et doté d’humour qu’il n’y paraît a priori.

Habask est par ailleurs, par en-dessous, discrètement, un album émouvant et particulier, puisque dédié par Soïg SIBERIL à son frère Patrick, parti trop jeune trop vite. C’est de fait ce frère Patrick qui a initié Soïg à l’art de la six-cordes. Il était donc juste et souhaitable qu’un jour venu, au bon moment, notre Soïg lui rende un vibrant hommage en musique. Voilà qui est fait désormais, magnifiquement. 

Ajoutons enfin, pour ceux et celles qui ne seraient pas encore convaincus par la beauté d’Habask, que la symbiose, sur certains morceaux, entre la guitare acoustique de Soïg SIBERIL et celle, électrique, de Patrice MARZIN, nous rappelle certains climats de l’excellent album de compilation Screenplaying, sorti en 1993, qui regroupait les musiques de films composées par le célèbre guitar-hero écossais, Mark KNOPFLER, leader de l’ex-DIRE-STRAITS. 

Frédéric Gerchambeau

Site : www.soigsiberil.com

Label : http://www.coop-breizh.fr/

 

 

 

 

Laisser un commentaire