TOHPATI – Tribal Dance

Print Friendly, PDF & Email
TOHPATI – Tribal Dance
(Moonjune Records)

tohpati-tribal-danceSi certains doutaient encore de la valeur du jazz-rock progressif indonésien, qu’ils écoutent donc ce nouvel et troisième album de TOHPATI. C’est une merveille ! L’opus commence avec un Rahwana qui met tout de suite l’auditeur dans le bain. La guitare de TOHPATI est virevoltante, affolante, souvent acérée, parfois aérienne, mais toujours précise, inattendue et excitante. Ce gars-là a de l’or entre les doigts, et ça s’entend !

Ce qui s’entend aussi, c’est l’assistance ultra-coordonnée et phénoménale de ses deux compères, à savoir Jimmy HASLIP, du très grand art à la basse, et Chad WACKERMAN, exceptionnel derrière sa batterie. Écoutez la partie centrale de Red Mask, admirez le jeu stylée de ces trois complices qui font passer une composition redoutable pour une partie de plaisir. Et tout est ainsi, joué à la perfection, avec une fluidité sans faille, mais aussi avec un sens de la mélodie fabuleux. Écoutez encore Supernatural, ça part dans tous les sens et pourtant c’est magique à suivre des oreilles bien installé dans un fauteuil.

Non, vraiment, TOHPATI est un immense musicien qui sait comment s’y prendre pour nous mener par le bout des tympans dans des univers musicaux grandioses, héroïques et parfois même dantesques. Et d’ailleurs si chacun des morceaux n’était pas précédé d’une petite carte postale sonore à l’image de l’Indonésie, il serait parfaitement impossible, hormis le style très particulier du jeu de Fender Stratocaster de TOHPATI, de distinguer cet album de ceux qui sortent chaque année dans le domaine du jazz-rock américain. C’est exactement du même niveau d’excellence, les étincelles du style guitariste de TOHPATI en plus ! On compare d’ailleurs souvent ce style à celui de Pat METHENY. D’autres le considère même comme un nouvel Allan HOLDWORTH, c’est tout dire !

En bref, ce Tribal Dance est pur chef-d’oeuvre. Incontournable !

Site : www.tohpati-music.com

Label : www.moonjune.com

Frédéric Gerchambeau

Laisser un commentaire