TRAVIS & FRIPP – Discretion

TRAVIS & FRIPP – Discretion
(Panegyric Recordings)

travis-fripp-discretionA la sortie de ce live, une question simple s’est immédiatement posée: que peuvent nous offrir de plus TRAVIS et FRIPP, après les albums Thread, Follow et le Live at Coventry Cathedral ? Discretion est une nouvelle escapade live en 2010 avec huit titres extraits de concerts donnés dans les villes de Newlyn, Barcelone, Madrid et Rome. Certes, tout cela est bien fait. La musique constituée de soundscapes accompagnés d’instruments à vent (flûte alto, saxophone soprano) s’adresse aux rêveurs et aux plus émotifs d’entre nous. C’est une musique planante, quasi-sacrée qui touche nos âmes et qu’il faut écouter de préférence la nuit pour en percevoir toute sa poésie. Mais en vérité, cela tourne un peu en rond; le duo n’apportant pas grand chose de plus. Au niveau de l’interprétation par exemple, c’est plutôt statique : les versions en live ne diffèrent pas énormément des versions originales en studio ; d’où un risque d’ennui durant l’écoute.

De plus, Discretion fait un peu office de doublon avec le live filmé en Cornouailles, à Falmouth et Newlyn les 29 et 30 octobre 2010 figurant sur le DVD de Follow et qui proposait déjà des versions de The Power to Believe / Pastorale et Rotary Symmetrical.

Reste cependant que c’est un live de bonne facture incluant tout de même deux inédits (Refract, A Careful Distance), où nous sommes vite transportés loin dans les cieux par cette fusion entre des nappes mélancoliques et des sons sensuels procurés par les instruments de TRAVIS. C’est avant tout une musique qui appelle à l’apaisement et à la douceur (la belle version du Power to Believe de KC reliée avec Pastorale ou Soaring & Gliding), parfois non dénuée d’une certaine agressivité (avec Rotary Symmetrical, le morceau le plus intriguant de Follow, enregistré ici à Barcelone). Le duo joue sur les contrastes, les couleurs, les passions, offrant de belles émotions (Duet for the End of Time).

Il y a également deux titres bonus mixés par Steven WILSON : Forgotten Days issu du concert à Madrid, à l’origine un des trois bonus tracks audio du DVD de Follow, et, seule surprise du disque, Rhapsody on the Theme from Starless joué à Rome, une improvisation basée sur un classique de KING CRIMSON… Une assez belle manière de réactiver l’intérêt pour ce type de composition, quatre ans avant que le KC nouvelle formule rejoue justement intégralement sur scène ce morceau provenant de l’album Red. Toutefois, sur Discretion, nous avons droit à une approche étonnante, façon soundscape, de Starless, où nous reconnaissons uniquement le thème principal à la guitare. Sur le précédent live, le duo s’était amusé à reprendre Moonchild, autre classique du premier album. Décidément, FRIPP nous étonnera toujours.

Ce CD / DVD intéressera sans doute les fans les plus endurcis ou éventuellement les nouveaux venus : Discretion reste un bon point de départ pour découvrir ce duo pas si ordinaire. Les autres, avides de sensations musicales plus obliques, opteront, et nous ne leur donnons pas tort, pour le triple CD de FRIPP & ENO, le fameux Live in Paris, à l’Olympia datant du 28 mai 1975 que nous pouvons écouter enfin en version officielle avec un troisième cd de bonus (contenant notamment la très rare face B, Later on, parue sur le 45t. de Brian ENO, Seven Deadly Finns, et diverses « test loop » prises durant le soundcheck). Cette aventure musicale reste bien plus visionnaire et révolutionnaire que le duo TRAVIS – FRIPP qui semble désormais au point mort, comme prisonnier de son propre univers souffrant d’un immobilisme plus qu’évident.

Sites : www.theotravis.com et www.dgmlive.com

Cédrick Pesqué

 

 

Laisser un commentaire