Abou DIARRA – Koya

Print Friendly, PDF & Email
Abou DIARRA – Koya
(Mix et Métisse / L’Autre Distribution)

Abou DIARRA est un chanteur et joueur de kamele n’goni (harpe-luth) originaire du sud du Mali. Après avoir été l’élève du célèbre musicien virtuose et aveugle surnommé VIEUX KANTÉ, il a traversé des villages reculés et les grandes villes d’Afrique de l’Ouest avec son instrument et s’est nourri à la fois des musiques traditionnelles et urbaines.

Il accompagne son chant, en langues mandingue et bambara, du kamele n’goni qu’il fait sonner tour à tour comme une guitare, une basse, une harpe ou même une percussion. C’est tout naturellement qu’il mêle son instrument et les rythmes traditionnels maliens avec des influences occidentales (blues, jazz, funk…) et chacun de ses albums est servi par la présence d’invités qui apportent des sons et des arrangements nouveaux.

Pour assurer la direction artistique de Koya, son quatrième album, Abou DIARRA a fait appel au maître du sampling Nicolas REPAC qui, avec ses machines et ses guitares, apporte à la musique une dynamique particulière. Ce magicien des sons sait habiller habilement de touches électro ou de ses riffs de guitare les compositions d’Abou DIARRA, créer des ambiances ensorceleuses ou accentuer le groove d’un morceau, tout en conservant le style épuré du blues malien qui domine l’album, et flirte parfois aussi avec le reggae (Tunga).

La présence de Vincent BURCHER à l’harmonica colore plusieurs titres d’un blues vibrant qui semble venu tout droit du Mississipi et les interventions aux flûtes peule et mandingue de Simon WINSE enchantent, aux côtés de la guitare de Daouda DEMBELÉ, des claviers de Moussa KOITA, des percussions d’Amadou DAOU, de la batterie de Martin CORITON et de la basse de Jean-Sébastien MASANET. La choriste Mariam TOUNKARA apporte avec sa voix puissante une touche féminine indispensable et Toumani DIABATÉ, invité sur deux titres (Djarabi et Labanko), émerveille avec sa kora. Abou DIARRA a réalisé cet album en hommage à sa mère, Koyan DIALLO, dont la voix est samplée sur le superbe Koya Blues.

Toujours accompagné des musiciens du DONKO BAND, Abou DIARRA s’est entouré d’invités qui apportent une nouvelle esthétique à sa musique. Koya, plus blues que le précédent opus, navigue entre intimisme et groove grâce aux arrangements à la fois riches et délicats qui mettent en valeur les compositions sans dénaturer l’inspiration malienne.

Sylvie Hamon

Site : http://aboungoni.com/

Laisser un commentaire