Ahmed AG KAEDY / ORION CONGREGATION (ⴰⵎⵏⵔ ⴰⵙⴰⴼⵓ – Amanar Assafou)

Print Friendly, PDF & Email
Ahmed AG KAEDY / ORION CONGREGATION
(ⴰⵎⵏⵔ ⴰⵙⴰⴼⵓ – Amanar Assafou)
(Schneeball)

Un musicien malien et un musicien nigérien de culture touareg + des musiciens berlinois de culture “underground”… voilà une formation qui risque fort de démontrer que le très discuté “mulktikulti” n’est pas si mort qu’il y paraît, n’en déplaise à certains discours politiciens. N’allez pas vous imaginer qu’il s’agit pour autant d’un produit marketing surfant sur des mots d’ordre politiquement correct, on a plutôt affaire à une rencontre inopinée, capturée sur le vif dans un club de Berlin qui ne sacrifie en rien aux “gimmicks” des musiques actuelles urbaines. Le son dominant ici est à la fois ancré dans le groove touareg et dans un jazz-rock psychédélique aux relents de “vieille musique nouvelle”, et la démarche artistique relève principalement de la “jam session”. La rencontre se révèle plutôt inédite mais a néanmoins une histoire qui s’est elle-même écrite en toile de fond des troubles politiques qui agitent l’Afrique du Nord-Ouest.

Au cœur de cette inattendue fusion musicale se trouve Ahmed AG KAEDY, compositeur, chanteur et guitariste du groupe AMANAR de Kidal (capitale de la région du même nom au Mali, située au cœur du massif montagneux appelé Adrar des Ifoghas). Révélé par le documentaire Mali Blues (2016), aux côtés de Fatoumata DIAWARA, Bassekou KOUYATE et MASTER SOUMY, Ahmed AG KAEDY y témoignait de la dramatique situation politique au Nord-Mali, notamment à Kidal, où les ethnies touareg se déchirent sur fond de rébellion (notamment en 2012) et où la Charia y est imposée par des salafistes, interdisant de fait toute expression musicale. Ces derniers ayant menacé Ahmed AG KAEDY de lui couper les doigts s’il continuait à jouer de la guitare, il a dû s’exiler à Bamako (Sud-Mali), où il vit toujours. Quant on sait qu’Ahmed avait, plus jeune, opté par défaut pour la lutte armée mais qu’il a finalement bifurqué vers une lutte plus culturelle et éducative qui passe par la musique, on se dit que certains destins sont décidément inéluctables… Et quand les paroles de chansons d’Ahmed en appellent à la rébellion, il faut comprendre qu’il parle d’une véritable rébellion”, laquelle passe par l’éducation et l’information des jeunes pour tenter de réunifier le Mali et pour recouvrer une identité culturelle touareg.

Considéré comme l’héritier de la musique moderne touareg incarnée par les TINARIWEN et autres TERAKAFT, le groupe AMANAR DE KIDAL est devenu le favori des jeunes Touaregs… pardon, des jeunes “Kel Tamasheq” (terme par lequel ceux que nous nommons Touaregs se définissent eux-mêmes, et qui signifie “ceux qui parlent le tamasheq” (langue berbère]). Il a de plus été honoré d’un Prix de la révélation au fameux Festival du Désert de Tombouctou en 2010. Il y est du reste retourné plusieurs fois, et a bénéficié de la “caravane” du festival, laquelle est passée en 2014 par… Berlin !

C’est là qu’Ahmed AG KAEDY a fait connaissance avec des musiciens issus de différents groupes versés dans plusieurs types de fusion (afro-jazz, free jazz, ethno-jazz…). Lors du retour de son groupe à Berlin en 2016, le big band de jazz berlinois OMNIVERSAL EARKESTRA lui propose de jouer un concert commun, qui permettra à AMANAR d’être le premier groupe kel tamasheq à jouer du Duke ELLINGTON et du SUN RA ! L’année suivante, Ahmed AG KAEDY et Mahalmadané TRAORE (le batteur d’AMANAR), de retour à Berlin, se voient proposer de fonder ORION CONGREGATION (qui se traduit en tamasheq par “Amanar Assafou” ; c’est ce nom qui apparait en tifinagh (écriture berbère) sur la pochette du présent album, paru en LP et en CD) avec des musiciens de différents groupes berlinois.

Pour le concert d’où est issu cet album, ils jouent avec des membres du groupe ONOM AGEMO & THE DISCO JUMPERS et avec l’organiste Michael WEHMEYER, qui a joué à plusieurs reprises avec le mythique groupe vétéran EMBRYO, sur lequel il a récemment réalisé un film à partir de ses archives vidéo. (On notera au passage que cet album d’ORION CONGREGATION est dédié au fondateur d’EMBRYO, Christian BURCHARD à titre d’hommage pour avoir ouvert la voie des fusions trans-continentales.)

La formation d’ORION CONGREGATION à l’œuvre dans ce concert aux BLO-Ateliers de Berlin est donc un septet qui voit à moitié double. Jugez-en : un guitariste/chanteur, un bassiste, un claviériste/saxophoniste, deux organistes et deux batteurs/percussionnistes. Cela donne un son épais aux combinaisons variées et aux rebondissements affolants fondés sur des figures rythmiques et mélodiques répétitives. S’exprimant dans sa langue tamasheq, Ahmed AG KAEDY fait état de ses blessures, de ses rêves, de ses interrogations pour son peuple, et joue de courtes phrases de guitare bluesy, tandis que le bassiste Kalle ENKELMANN burine une assise rythmique de plomb, et que les deux batteurs et percussionnistes (Mahalmadane TRAORE et Bernd OEZSEVIM) assoient des motifs rythmiques haletants, sur lesquels les orgues de Jorg HOCHAPFEL et Michael WEHMEYER dessinent des spirales grisantes comme des traces de vent dans les sables, alors que Johannes SCHLIBERMACHER y fait résonner de brûlantes rasades de saxophone ou propulse le tout sur orbite de son synthétiseur au son très “sci-fi”. ORION CONGREGATION trace ainsi un circuit qui part du Sahel pour se projeter sur Saturne, l’antre du “Roi Soleil”. Avouez que ce n’est pas exactement le trajet que proposent généralement les agences de voyage”!

Qui eut pensé que le blues du désert pourrait se transformer en chant intersidéral ? Et pourtant ce soir-là, le public berlinois a été convié à ce trip sonore hallucinatoire, et n’a pas manqué de manifester son enthousiasme, à en juger par les cris et sifflements extatiques qui se font entendre subrepticement dans cet enregistrement somptueux. Le groove rugueux et extatique que manifeste sans détour ni garde-fous la musique d’ORION CONGREGATION y révèle ses reliefs ondoyants. Ahmed AG KAEDY et ses complices peuvent se targuer d’avoir initié une nouvelle forme de rébellion des sens.

Stéphane Fougère

Page : www.facebook.com/orioncongregation/

Label : www.schneeball-records.de

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.