Alain KREMSKI s’est retiré dans son « temple inconnu »

Print Friendly, PDF & Email

Alain KREMSKI

s’est retiré dans son “temple inconnu”

Le compositeur, pianiste et percussionniste français Alain KREMSKI nous a quittés le 28 décembre dernier, à 78 ans. Son parcours musical, qui l’a mené de la musique contemporaine aux musiques mystiques orientales, témoigne d’une rare profondeur et d’une démarche empreinte d’une forte résonance spirituelle.

Fils du pianiste Serge Petitgirard et frère cadet du compositeur et chef d’orchestre Laurent Petitgirard, il s’était formé en composition musicale dans la classe de Darius Milhaud et avait écrit sa première œuvre pour orchestre à 17 ans, laquelle fut remarquée par un jury qui comptait Nadia Boulanger, Igor Stravinsky et Aaron Copland. À 22 ans, il avait obtenu le premier Grand Prix de Rome et d’autres prix sont venus jalonner son parcours en musique contemporaine.

Mais sa passion pour les spiritualités bouddhistes et taoïstes et pour les instruments et les répertoires de musiques sacrées orientales et extrêmes-orientales l’ont orienté sur une voie différente et, en 1976, il avait inventé un « nouvel instrument de musique » constitué de 120 cloches d’Iran datant de plus de 200 ans. D’autres cloches (de Chine, de Syrie, d’Afghanistan…), puis des cymbales tibétaines, des gongs accordés, des plaques rituelles birmanes, des bols bouddhiques japonais et autres instruments utilisés dans les monastères asiatiques sont venus enrichir son instrumentarium.

Une majeure partie de son œuvre discographique présente des œuvres qui allie la rigueur de l’écriture et la liberté de l’improvisation, alliant piano et bols tibétains (Vibrations, Paysage sacré, Exils), piano et gongs (Résonance/Mouvements, Mouvements/Résonance) ou bien essentiellement conçues à partir de cloches et de gongs (Musique pour un temple inconnu, Musiques rituelles pour cloches et gongs) de bols tibétains (Book of Great Purity, Immensité) et de tout un assortiment de bols bouddhistes, gongs, cloches et plaques rituelles (La Lumière de la Terre pure, La Montagne de la Grande Pureté, Le Temple de la Montagne céleste).

D’autres œuvres pour piano seul illustrent une démarche similaire imprégnée des sagesses orientales et occidentales, comme Mégalithes et sa collection discographique (douze volumes) consacrée aux pièces musicales « recueillies » par Georges Ivanovitch Gurdjieff (1877-1949) au cours de ses voyages, et transcrites pour le piano par Thomas de Hartmann (1885-1956). Dans le même ordre d’idées, Alain KREMSKI avait orchestré toutes les danses sacrées et les parties chorales du film de Peter Brook, Rencontre avec des hommes remarquables, adapté du l’« autobiographie » éponyme de Gurdjieff. Il avait de même travaillé avec Carolyn Carlson, Michael Lonsdale, Jeanne Moreau, Aurore Clément…

En 2007, Anne Bramard-Blagny lui avait consacré un film documentaire qui a fait l’objet d’un DVD : Alain Kremski, à la source du son.

À travers toutes ses œuvres aptes à créer un climat méditatif, Alain KREMSKI avait cherché à éveiller l’être avec son espace intérieur, à faire résonner et vibrer sa dimension spirituelle intime et l’ouvrir à une autre perception du temps, une autre respiration, générant une énergie rassérénante, ouvrant un autre niveau de conscience…

Alain KREMSKI avait plusieurs fois interprété ses créations au Théâtre de l’Île Saint-Louis, à Paris. C’est là qu’il avait prévu de donner un nouveau concert vendredi 28 décembre 2018 avec la compositrice et chanteuse mezzo-soprano Catherine Braslavsky, de sensibilité voisine, avant d’être malheureusement atteint d’un accident vasculaire cérébral qui lui a été fatal.

Alain KREMSKI est allé rejoindre les immensités de son temple inconnu, mais son œuvre continuera à éveiller les auditeurs à un autre niveau de réalité.

Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Article : Stéphane Fougère
Photos : Sylvie Hamon

PS : RYTHMES CROISES avait assisté en 2017 à une création qu’Alain KREMSKI avait présenté avec la danseuse Ke WEN dans le cadre du festival Ville des Musiques du monde. Quelques photos sont disponibles ICI.

Discographie sélective Alain KREMSKI

Musique pour un temple inconnu – Cloches anciennes d’Iran, gongs, cymbales tibétaines (1978, Auvidis)

Musiques rituelles pour cloches et gongs (1979, Auvidis)

Mégalithes 1 (1982, Auvidis)

Vibrations (Improvisations pour piano et bols chantants tibétains) (1984, Auvidis)

Paysage sacré (Les Premières de Miribel) (1994, Lazer Productions)

Book of Great Purity (1994, Phonogram, Philips)

Immensité (Œuvres pour bols chantants tibétains) (1997, ShakeVision)

Gurdjieff/De Hartmann :

Voyage vers des lieux inaccessibles (Vol 1) 
Chercheurs de Vérité (Vol 2)
Récit de la résurrection du Christ
Méditation (Vol 4)
Musiques des Sayyids et des Derviches (Vol 5)
Rituel d’un ordre soufi (Vol 6)
Derviches trembleurs (Vol 7)
La Première Prière du derviche (Vol 8)
Les Cercles (Vol 9)
Hymne pour le jour de Noël (vol 10)
(2001, Naïve)
Retour de voyage (Vol 11)
Prière pour la miséricorde (Vol 12)
(2003, Naïve)

La Lumière de la Terre pure (avec Dominique Bertrand) (2003, Oxus Music)

Exils (2008, Archange Melody / Divox)

La Montagne de la Grande Pureté (2008, Discovery Label)

Résonance / Mouvements – Mouvement / Résonances (2009, Cézame / Frédéric Leibovitz Editeur)

Le Temple de la Montagne céleste (2014, Cézame / Tao Diffusion)

 

 

 

 

Un commentaire

  • Colliard annie

    Merci beaucoup Monsieur, pour votre magnifique page sur cet homme exceptionnel. Si vous pouvez en faire part au magazine”Pianiste” …qui omet de lui rendre hommage.!…..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.