Amando RISUEÑO – El Canto del viento

52 vues
Print Friendly, PDF & Email
Amando RISUEÑO – El Canto del viento
(Nuevo Mundo / In Ouïe Distribution)

Après les somptueux Tangos de mi Flor et Campo Abierto, El Canto del viento est donc le nouvel album d’Amando RISUEÑO consacré aux musiques traditionnelles de la vaste Argentine. Tout y est mesuré à l’aune de la simplicité et de la profondeur, jusqu’à l’insaisissable. Tout y semble aussi multiple qu’imaginaire, et pourtant tout n’y est qu’un, aussi varié qu’unique, mémoire réelle et douleurs vécues d’un peuple aussi bigarré qu’uni.

Les chansons que nous chante Amando RISUEÑO ne doivent pas seulement s’écouter tant elles ont d’abord vocation à se vivre pour faire perdurer la mémoire de ce dont elles sont le témoignage. Récits ruraux, récits urbains, désirs d’autrement, désirs d’autre chose, désirs d’ailleurs, Amando RISUEÑO et sa simple guitare se font l’écho de tant d’histoires simplement humaines, tellement universelles.

Amando RISUEÑO a commencé par étudier la guitare classique au Conservatoire National de Musique Carlos Lopez Buchardo de Buenos Aires. Il s’est consacré ensuite à la guitare jazz, puis s’est tourné vers le tango à l’Academia Nacional del Tango de Buenos Aires. C’est ce qui explique son jeu à la fois technique, élégant, raffiné et subtil, mêlant un héritage traditionnel à des références stylistiques plus modernes.

Fruit à la fois de la formation passée et des recherches personnelles actuelles d’Amando RISUEÑO, El Canto del viento est cependant et avant un hommage au guitariste, chanteur et poète argentin Atahualpa YUPANQUI, dont le présent disque est profondément inspiré. Atahualpa YUPANQUI avait transcendé les musiques traditionnelles d’Argentine pour créer une œuvre musicale et philosophique intemporelle.  Amando RISUEÑO continue admirablement cette mission.

El Canto del viento nous parle de grands espaces, d’horizon lointains, mais aussi de notre rapport intime à la terre, à la nature. Le cœur du répertoire d’Amando RISUEÑO se concentre sur la tradition du tango canción, mais il aime aussi à se plonger dans d’autres styles, comme la zamba, la milonga, la vidala, la chacarera, le carnavalito ou encore le candombe.

Si l’Argentine est une géographie, El Canto del viento est son voyage en chansons. Un voyage inoubliable, passionné et passionnant, toujours émerveillé, toujours vibrant. « Sur les plaines, les forêts et les montagnes, court un vent infini et généreux. Dans une immense poche invisible, il ramasse les sons, les mots et les rumeurs de notre terre. L

e cri, le chant, le sifflement, la prière, toute la vérité chantée ou pleurée par les hommes, les collines ou les oiseaux s’arrêtent dans la poche ensorcelée du Vent… » (Le Chant du vent – 1965, Atahualpa YUPANQUI).

Frédéric Gerchambeau

Site : www.amandorisueno.com/

Page : https://amando-risueno.bandcamp.com/

 

 

 

Laisser un commentaire