ANTARTE – Isole

Print Friendly, PDF & Email
ANTARTE – Isole 
(Megafone / Differ-Ant)

À propos d’ANTARTE, un trio italien formé à Agrigento (Sicile) qui construit depuis 2008 une œuvre post-rock intégrant tour à tour une dimension psychédélique, folk ou expérimentale, on cite souvent, et pour d’excellentes raisons, MOGWAI, SIGUR ROS ou MUM. Cela situe au moins la qualité stratosphérique de la musique d’ANTARTE, tout autant que ses sources grandioses. Mais on aurait en revanche bien tort de s’arrêter là.

La musique d’ANTARTE, et notamment avec ce nouvel album, Isole, suit un chemin de plus en plus personnel, voire de plus en plus remarquable et original. Il ne s’agit plus seulement de la talentueuse relecture d’un genre mais, avec un sens renversant de la mélodie, d’une nouvelle ampleur de la douceur, d’une nouvelle emphase de l’extase. Rêve magnifié, envoûtement constant, Isole est un sommet du post-rock aux accents solaires et hypnotiques. Le mental peut tout à son aise y développer ses ailes sur des plages ascensionnelles, atemporelles. 

Composé de Lillo MOREALE (chant, guitare, violon), de Paolo VITA (guitare, piano) ainsi que de Gabriele CASTELLI (batterie), le groupe mélange avec passion post-rock et dream-pop avec un résultat toujours aussi entêtant et cinématographique. Il enfonce encore le clou avec ce nouvel Isole, qui flirte sans contredit possible avec la perfection. En huit morceaux immersifs, racés, dont la beauté vocale évoque parfois SIGUR ROS, nous le disions plus haut, la différence est pourtant joliment établie.

Le cheminement délicieusement hors-norme d’ANTARTE, un groupe désormais libre comme l’air, lui autorise de n’appartenir à aucun style précis. Ce qu’il précise pourtant avec Isole, c’est son identité, sa hauteur, sa singularité. Vous êtes prévenu(e)s, impossible de ne pas frissonner à l’écoute de Nessuno ou de Scirocco, deux morceaux faits de superbes envolées lyriques.

Impossible aussi de ne pas être sensible à la chaleur de I Tuoi Giorni et à la douceur sans pareil de Senza Luna. Isole, lancinant, magnifique et généreux, s’achève sur le très émouvant Buona Fortuna. Croyez-moi, ANTARTE a taillé là son plus beau bijou d’apaisement et de splendeur, le chef-d’œuvre étant Castelli Di Sabbia, un titre inondé d’espace et de lumière, d’accords obstinés mêlés d’échos, une plage certes triste mais tellement onctueuse.

C’est le chant sublime d’une métaphore de l’éphémère, ce château de sable au destin si fragile, caressé par les vagues avant de sombrer dans l’oubli. Et justement, mis en musique par ANTARTE, c’est inoubliable. 

Frédéric Gerchambeau

Page : www.facebook.com/antarteofficial/

https://antarte.bandcamp.com/album/isole

Label : megaphonemusic.blogspot.fr/

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.