Anthony PHILLIPS – Invisible Men

Print Friendly, PDF & Email
Anthony PHILLIPS : Invisible Men
(Esoteric Recordings)

Invisible Men est sans doute l’album le plus commercial d’Anthony PHILLIPS et le moins apprécié des fans de base, car il est vrai qu’il n’a rien à voir avec des albums comme The Geese and the Ghost ou Wise After the Event. Mais, personnellement, cet album a toujours fait partie des préférés avec ceux précédemment cités et aussi avec Sides et 1984. Il ressort aujourd’hui avec cette édition spéciale remasterisée et en version deluxe double CD.

Les chansons ont été enregistrées en 1982 et Invisible Men est d’abord sorti aux États-Unis en 1983, puis l’année suivante au Royaume-Uni. À cette époque, Anthony composait avec Richard SCOTT, son fidèle acolyte avec qui il avait auparavant enregistré le disque instrumental et très prog-synthétique, 1984, datant de 1981.

Tous les deux sont rejoints durant les sessions d’enregistrement par d’autres musiciens formant ainsi pour l’occasion un véritable groupe. Nous retrouvons par exemple les percussionnistes Joji HIROTA et  Morris PERT (ce dernier était également également présent sur 1984), les batteurs Jeff DUNNE et Paul ROBINSON ou trois musiciens aux cuivres dont le saxophoniste Bimbo ACOCK.

Sur cet album très coloré mais aussi très riche sur le plan des harmonies (le chant est partagé entre PHILLIPS et SCOTT) et des mélodies, se côtoient des guitares électriques, divers synthés (Arp 2600, Polymoog, Mellotron, Jupiter 8), des percussions variées, de la flûte, des cuivres (trombone, saxophone soprano, trompette sont présents sur plusieurs titres comme Sally, Guru ou It’s Not Easy) mais surtout le fameux Roland 808 Drum Machine (programmé par SCOTT). Cela donne un album très rythmé avec des chansons drôles (Golden Bodies aux saveurs exotiques et ensoleillées, Love in a Hot Air Balloon), des chansons d’amour (Falling for Love, I Want Your Heart) ou plus sérieuses en référence à la guerre des Malouines entre le Royaume-Uni et l’Argentine en 1982 (The Women were Watching, Exocet). 

C’est un album qui reste agréable à écouter même encore aujourd’hui avec de beaux passages chantés, des mélodies entraînantes et émouvantes (Traces reste une magnifique ballade), certes un peu datées il faut bien le reconnaître (avec parfois ces ambiances et ces sonorités très eighties assez démodées, surtout lorsque apparaissent les trompettes, le saxo ou certains claviers),  mais qui conservent une certaine fraîcheur.

Anthony PHILLIPS étonne avec ce disque varié et plutôt joyeux, car il s’éloigne volontairement de ce qu’il a fait notamment avec la série plus austère Private Parts & Pieces, qui propose des musiques à la guitare acoustique ou au piano.  Concernant les trois bonus du CD 1, nous les connaissions déjà : il y a le synthétique et space Trail of Tears, le poignant The Ballad of Penlee, chanté par SCOTT avec un superbe piano (en rapport avec le naufrage tragique du Penlee en 1981).  Par contre, Alex figure ici dans une version totalement inédite enregistrée avec un batteur aux studios Atmosphere.

Le CD 2 est constitué de seize nouveautés, enregistrées pour la plupart aux studios Englewood ; nous pouvons entendre des démos, des versions alternatives et surtout des out-takes (un peu dans le même esprit que Invisible Men mais en beaucoup moins bien) datant de 1982, 1983 et 1986 toujours avec le duo PHILLIPS-SCOTT. Provenant de Invisible Men, nous découvrons une démo bien aboutie de Golden Bodies, une version instrumentale de My Time has Come et une version revisitée de 1986 de Falling for Love interprétée par PHILLIPS seul (guitare, basse, claviers, drumbox).

Il y a aussi ce titre assez quelconque, Gimme Love, en 1986, prévu pour une futur album jamais paru et un tas d’autres inédits dont certains ne vont pas rester dans nos mémoires (Alien, Tonight). À côté de mélodies quelque peu absurdes qui ont franchement vieilli (Refugee from Love), il y a quand même quelques pépites comme  ce Mysterious Constitution of Comets avec Anthony à la guitare et aux claviers et Richard au Roland 808 ou cette belle pièce au piano intitulée Over and Over Again, ou encore cette autre version de Finale provenant également des studios Atmosphere.

Cette réédition spéciale remasterisée et en version deluxe double CD remet à la lumière du jour cet album particulier qui a tout de même un peu souffert du temps qui passe, car il reste très ancré dans le son (cette fusion pop prog-musique synthétique) des années 1980. Malgré tout, et c’est assez étonnant, nous l’écoutons toujours avec plaisir et nous conservons une certaine tendresse pour ce disque et ses chansons d’un autre temps, dont la pâte et le savoir-faire d’Anthony PHILLIPS sont  toujours présents et uniques.

Cédrick Pesqué

Sites : www.anthonyphillips.co.uk

Label : https://www.cherryred.co.uk/product/invisible-men-remastered-expanded-2cd-edition/

 

Laisser un commentaire