ART ZOYD LIVE – Et avec votre esprit, La Forêt de samplers

74 vues
Print Friendly, PDF & Email
ART ZOYD LIVE – Et avec votre esprit, La Forêt de samplers
(Art Zoyd Studios / In-Possible Records / Absilone)

Ceci est la dernière création d’ART ZOYD en tant que formation musicale. « Dernière » au sens de nouvelle, et aussi au sens de… dernière, la der des der. Il faut savoir arrêter une aventure, et la disparition de Gérard HOURBETTE en 2018, qui en était le meneur, a obligé le groupe à tirer sa révérence en saluant du même coup la mémoire de son mentor.

Enregistré live au Phénix – Scène nationale à Valenciennes le 4 septembre 2020, entre deux périodes de confinement, ce double CD restitue l’intégralité de ce concert hommage à Gérard HOURBETTE produit par Art Zoyd Studios, et dont la direction artistique était assurée par Jérôme SOUDAN. Le groupe était formé par les musiciens qui ont côtoyé Gérard HOURBETTE durant ces quinze dernières années, à savoir Daniel KOSKOWITZ, Romuald CABARDOS et Jérôme SOUDAN aux percussions et traitements électroniques, Yukari BERTOCCHI-HAMADA aux claviers et électronique, et Nadia RATSIMANDRESY aux claviers, électronique et Ondes Martenot.

Cette ultime création scénique d’ART ZOYD peut être perçue comme la suite logique du répertoire de 44 1/2, un projet antérieur qui avait fait le pari fou de réinterpréter quelques-unes des compositions phares du groupe à travers ses multiples métamorphoses sur près d’un demi-siècle. Et avec votre esprit, La Forêt de samplers se veut plus modeste dans son balayage temporel, puisqu’il n’est constitué que de pièces issues des albums d’ART ZOYD parus durant ces dix dernières années, à l’exception de Falaise, plus ancienne mais réactualisée pour un spectacle pyrotechnique.

Le répertoire de 44 1/2 s’achevait sur Le Cœur médiateur, une pièce issue de Metropolis (2002) ; Et avec votre esprit, La Forêt de samplers reprend peu ou prou les choses à partir de cette époque, piochant dans u.B.I.Q.U.e. (La Chute des anges), Le Champ des larmes (Sepulchra, Egressus), La Chute de la Maison Usher (Paysage griffé, L’Appel de la nuit, Le Retour de Madeline), Eyecatcher (Théâtre de la vie, Forges, Eaux tourbillonnantes, Chambre rouge, Station 5, Hysteria) et dans des créations encore plus récentes intégrées au récent coffret Phase V (2018), à savoir Kairo / Les Particules noires (MOA) et Les Rives du futur (Tambour). Il n’y a donc pas de doublon avec le contenu de 44 1/2, à l’exception du Rêve de Debussy (extrait de Trois Rêves non valides), mais ici joué en intégralité, et Le Cœur médiateur (de Metropolis), qui clôture également cette Forêt de samplers.

Les connaisseurs se rappelleront qu’Et avec votre esprit était une composition de Gérard HOURBETTE intégrée à l’album Phase IV (1982) et s’interrogeront sur le choix de reprendre ce titre pour l’attribuer à cette création dont la matière musicale ne concerne en rien l’album en question. Tout simplement, cette composition, mêlant répétitivité et grandiloquence, minimalisme et magistralité, gravité et humour, semblait illustrer toute l’essence de l’univers sonore « hourbettien ».

Mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien la musique des dernières années d’ART ZOYD qui est ici interprétée, avec un dispositif électroacoustique couplé à une imposante installation de percussions. C’est bien pour cela que le titre de cette création a été « doublé » avec La Forêt de samplers, titre secondaire à double fond assurément aussi énigmatique (car nous n’avons pas non plus affaire à un procédé de type « zapping du best-of de Gérard HOURBETTE » , ce gag étant rigoureusement impensable).

Dans un précédent article qui tenait lieu de compte-rendu (lire ici), nous avions déjà évoqué la mise en scène de ce concert au Phénix, dont la dimension visuelle avait été sublimée par l’adjonction de projections vidéo sur le sol de la scène et avec la performance corporelle de la danseuse Azusa TAKEUCHI. Cette dimension n’est évidemment pas restituée par ce double CD, et l’on en est quitte pour se raccrocher à la pure matière musicale, en laissant notre esprit créer ses propres images à l’écoute des compositions de Gérard HOURBETTE, dont la nature abstraite autorise toutes les projections.

C’est donc à une expérience sonore sans filet que nous sommes conviés, et qui nous projette dans une arrière-cour mentale et imaginaire qui dit toute la détresse, la douleur et la perte de sens et de dignité d’un monde où l’humanité semble se vautrer dans sa propre aphasie tétanique, cédant les rênes à une organisation machinique qu’elle a créée et qui maintenant la dépasse, générant des nuages de troubles, des spirales d’angoisse, des vortex de cauchemars, des béances absurdes et grotesques et des coups de semonces sépulcraux.

Il y a cependant dans ce sombre maelström électro-indus-ambient quelques brins d’herbes folles auxquels se raccrocher, sous la forme de traits d’humour noir totalement incongrus, et dans lesquels se fait entendre la voix de Gérard HOURBETTE, dument déformée, pour singer un fragment de discours politique ou nous faire des jeux de mots absolument tuants (Piment d’espelette, un must !). On entend même la Marseillaise entre deux allers-simples pour les sous-sols chtoniens…

À défaut d’un DVD, cet album contient un splendide livret de 36 pages comprenant de nombreuses photos glanées à travers les époques (certaines assez saugrenues), des graffitis et des notes de Gérard HOURBETTE. L’une d’entre elles reflète ce qui se donne à saisir en filigrane de ce concert hommage : « Y a-t-il encore un public pour la musique quand elle dépasse les normes de la bienséance et du confort ? Et de la signification ? Et quel public ? Où ? Et pourquoi la musique, à l’instar d’autres « écritures », ne pourrait être une représentation d’un monde « difficile » au contraire d’un quelconque « papier peint sonore » ? »

À méditer pendant votre excursion dans cette ensorcelante Forêt de samplers d’où il serait impardonnable de sortir indemne. À vos souhaits.

Stéphane Fougère

Site : https://artzoydstudios.com

 

 

Laisser un commentaire