Bob DRAKE – The Skull Mailbox and Other Horrors

Print Friendly, PDF & Email
Bob DRAKE – The Skull Mailbox and Other Horrors
(ReR Megacorp/Orkhêstra)

Un crâne en guise de boîte aux lettres et d’autres horreurs, voilà ce que nous propose Bob DRAKE pour illustrer son dernier disque distribué par ReR Megacorp. Seul à bord, armé d’une guitare, d’une basse, d’une batterie, d’un orgue électrique et d’ustensiles divers (boîtes de conserve, canettes de bière usagées, tubes de métal…), ainsi que de sa voix toujours si proche de celle de Jon ANDERSON, Bob DRAKE a ajouté à ses compositions des bruits enregistrés dans la campagne du Sud de la France, tels que le vent, des chiens, des pigeons, les machines de la ferme…

Inspiré d’auteurs fantastiques (Elliott O’DONNELL, H.P. LOVECRAFT et Joseph STEFANO, l’auteur de Psychose et de sa suite en 1998), il développe des atmosphères inquiétantes tout au long de ce CD. 27 courtes pièces composent cet album. The Skull Mailbox and Other Horrors nous entraîne dans le décor d’un film d’épouvante où sont alternés les moments de suspense, accompagnés par des compositions calmes et progressives (et pourtant courtes), et moments d’horreur, voire de terreur, suggérés principalement par la guitare électrique qui devient soit plaintive, soit agressive, et par le chant très suggestif de Bob DRAKE.

On y retrouve quelques références au cinéma et à la littérature : Cellar of Madness (dont l’ambiance de plus en plus oppressante rappelle le film L’Antre de la folie de CARPENTER) ; It (Ça) de Stephen KING ; They Live in The Well (Ils vivent dans les murs) se réfère au Sous-sol de la peur de Wes CRAVEN…

Le traitement musical effraie autant, voire davantage, qu’un film. L’histoire s’achève dans la maison du médium, où les atmosphères s’enchaînent afin de mieux étourdir l’auditeur, après un sursaut final. À conseiller aux amateurs de sensations fortes.

Sylvie Hamon

(Chronique originale publiée dans
TRAVERSES n°12 – décembre 2002)

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.