Brian ENO – Film Music 1976 – 2020

103 vues

Print Friendly, PDF & Email
Brian ENO – Film Music 1976 – 2020
(Opal Records)

Brian ENO (“One Brain”) est un très grand organisateur de concepts autour de la musique, de ses musiques (Discreet Music, Ambient Music, Music for Airports, Music for Installations, musique pour la navette spatiale Apollo, duos chantés avec John CALE, David BYRNE, chansons décalées avec lui-même, électronique en duo avec Robert FRIPP, collaborations diverses et variées de NICO (The End), John CALE (Fear) TALKING HEADS (Fear of Music) et autres fleurons du monde pop du XXe siècle.

En 1976, pour étrenner son concept de disparition des paroles et voix au fur et à mesure de ses albums solos, il publie le tome 1 de ses Music for Films qui avait la particularité d’être un assemblage de morceaux écrits pour des films imaginaires (ceux-ci ont d’ailleurs été repris dans des courts, moyens et longs métrages pour le cinéma, la TV et la publicité).

Ses premières collaborations ayant été avec le cinéaste expérimental Derek JARMAN pour les deux premiers longs métrages de celui-ci (Sébastiane et Jubilee), ENO a été sollicité depuis par d’éminents cinéastes (David LYNCH pour Dune), Peter JACKSON, Ralph BAKHSHI, Steven SODERBERGH, Danny BOYLE et Dario ARGENTO, entre autres.

Un deuxième et un troisième Music for Films sont sortis au fil des années, ceux-ci étant à la fois des compilations plutôt mal fagotées et faites à la va-vite d’œuvres portées au cinéma et des collaborations avec Daniel LANOIS et Roger ENO.

Assez curieusement, cet album  Film Music 1976 – 2020 (et non plus Music for Films ni “Films Music”) semble vouloir se démarquer des deux précédents. En effet il y figure des morceaux portés à l’écran (sans ordre chronologique précis) mais pas nécessairement au cinéma (séries TV, documentaires etc.). Ce CD s’apparente donc, plutôt qu’à une autre compilation, à un catalogue raisonné et distingué de la carrière du musicien en 17 morceaux qui instaurent une continuité et un bel équilibre dans les propositions depuis maintenant 45 ans (2 morceaux pour les années 1970, 3 pour les années 1980, 4 pour les années 1990, 3 pour les années 2000, 4 pour les années 2010 et 1 pour l’année 2020).

On y trouve quelques chefs-d’œuvre indispensables : Final Sunset et Dover Beach,  Prophecy Theme et les Top Boy Series, deux morceaux chantés magnifiques, Under ainsi que You Don’t miss Your Water, perle chaloupée de William BELL figurant dans Married to the Mob de Jonathan DEMME et introuvable depuis bien longtemps).

D’aucuns diront que la plupart de ces musiques peuvent être retrouvées sur les CD des films eux-mêmes, c’est sans compter qu’ici l’intérêt est de les retrouver sans les autres musiques qui polluent les morceaux (Par exemple pour Dune et la musique (!) de TOTO qui surcharge le film alors que Prophecy Theme le sauve !).

Le CD commence par un petit morceau planant (Top Boy Theme 2011) à la Terry RILEY (grande influence d’ENO) qui installe une atmosphère apaisée et un peu cotonneuse se poursuivant avec Ship in a Bottle (même époque aux alentours de la fin des années 2000) avec une basse très en avant et des arpèges de VCS3, instrument qu’ENO n’a jamais abandonné ; ensuite Blood Red de 2005 revient aux thèmes “ambient” développés à l’époque, et le bonheur est atteint avec Under (1992), chanté par notre musicien qui considérait pourtant que les paroles de ses chansons (et celles des autres) étaient “accessoires”. Là on retrouve des accents de Before and After Science qui clôture en 1977 l’aventure des quatre albums solo chantés et un petit côté Laurie ANDERSON langoureux.

Les autres titres s’enchaînent parfaitement (avec un son magnifique, toujours très bien placé et méticuleux), l’agencement des morceaux donnant une cohérence à l’ensemble et se mettant en valeur les uns par rapport aux autres (climats tendus et textures sombres suivis par des accalmies vaporeuses et des sonorités en apesanteur lumineuse). Le morceau de 2020, Reasonable Question, un peu à la KRAFTWERK en version alambiquée, montre bien que les tiroirs de Brian ENO sont encore remplis de merveilles et que le musicien est loin d’avoir dit son dernier mot musical.

Plus qu’un bilan, ce CD est une invitation à revisiter la carrière et les choix filmographiques de ce splendide non-musicien et augure d’un futur radieux pour notre plus grand plaisir et nos longues attentes récompensées en 2020.

Xavier Béal

Site : www.enoshop.co.uk/

 

 

 

Laisser un commentaire