Carlos NÚÑEZ – Cinema do mar

Print Friendly, PDF & Email
Carlos NÚÑEZ – Cinema do mar
(Saint Georges / BMG / Sony)

En découvrant cet album de Carlos NÚÑEZ, une question se pose : qu’est-ce qui est donc passé par la tête du musicien ? Virtuose reconnu, surnommé le Jimi HENDRIX de la gaïta, Carlos nous avait habitué à des disques festifs ou sa fougue toute ibérique se mélangeait avec les autres musiques celtiques. Son précédent album, Un Galicien en Bretagne, était par exemple, entièrement consacré à la musique de ce pays qu’il affectionne particulièrement. Cette fois, Carlos nous livre un enregistrement dédié aux musiques de films. Sa participation à la bande originale du film Mar Adentro du cinéaste espagnol Alejandro AMENÁBAR y est sans doute pour beaucoup.

Fidèle à son habitude, Carlos a de nouveau su s’entourer. Outre ses complices habituels que sont son frère Xurxo (percussions diverses, basse, accordéon, guitares…) et Pancho ALVAREZ (bouzouki, viole, vielle…), il bénéficie ici entre autre de la présence des CHIEFTAINS, de ALTAN ou de SOLAS.

Le répertoire n’a par contre la plupart du temps que peu de rapports avec la musique celtique. Et que dire du traitement proposé à ce répertoire ! Si la musique reste très agréable à écouter, elle manque parfois d’ampleur et se retrouve souvent réduit à un format radio.

Ainsi des titres comme le Concerto de Aranjuez et surtout le Bolero de RAVEL sont expédiés en moins de trois minutes. Ce dernier d’ailleurs aurait mérité une longueur beaucoup plus conséquente afin de souligner la progression de la mélodie, et l’apport d’un pipe band sur le final n’aurait pas été inintéressant.

Suivent ensuite des thèmes connus comme les BO du Parrain et de The Mission ou encore un magnifique Prélude de BACH (2’49). La musique celtique est quand même présente par le biais du célébrissime Women of Ireland (expéditif : 2’29) que l’on peut entendre dans Barry Lyndon, de Tristan et Iseult tiré du film du même nom et dont le compositeur n’est autre que Paddy MOLONEY, et de The Sailor’s Hornpipe (2’11), traditionnel écossais archi connu entendu dans le film Popeye, et qui est l’un des titres les plus enjoué de l’album.

Deux extraits de Mar Adentro figurent bien évidemment au programme, Titulos Finale et El Viaje, et curieusement, ces titres dépassent les cinq minutes.

L’ensemble est quand même bien mélancolique et beaucoup moins festif comparé aux précédents enregistrement du sonneur. De plus, sa durée ne dépasse qu’à peine les quarante minutes.

Cinema do Mar est donc un album étrange dans la discographie de Carlos NÚÑEZ. Ce dernier a sans doute voulu se faire plaisir en enregistrant des titres qui lui tiennent à cœur. Mais était-ce bien utile ?

Didier LeGoff

Site : www.carlos-nunez.com

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n°18 – janvier 2006)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.