Dennis REA – Giant Steppes

43 vues
Print Friendly, PDF & Email

Dennis REA – Giant Steppes
(Moonjune)

Pour tout vous avouer, je ne sais pas très bien par quoi commencer dans la chronique de ce Giant Steppes tellement tout est géant dedans. À commencer par Dennis REA lui-même, guitariste à la discographie hors-norme, qui n’est jamais là où on l’attend et dont les variations de styles donnent le tournis, un véritable caméléon de la six-cordes. Rien que pour vous montrer l’ampleur du bonhomme, Dennis REA apparaît à ce jour dans plus de 40 albums du label Moonjune ! Et je ne parlerais pas du nombre de groupes dans lequel il a déjà joué ou du nombre de musiciens avec lequel il s’est associé pour un morceau, un album ou encore un autre projet, je n’en finirais plus !

Mais en plus d’être un surdoué de la guitare toujours super-occupé, Dennis REA se révèle carrément géant avec ce Giant Steppes. Non pas qu’il y accomplisse lui-même des exploits incroyables, mais parce que, justement, il laisse d’autres les accomplir à sa place. Certes, il sait tenir sa place d’excellent guitariste dans cet album. Sauf que le sujet n’est pas là. Le sujet est la fantastique bouffée d’air frais musical qu’il insuffle dans ce Giant Steppes en invitant musiciens et chanteurs/chanteuses des steppes à jouer sur ou pour cet album.

Ce qui fait qu’on a vite l’impression, tout à fait délicieuse d’ailleurs, de ne pas écouter un album, mais plutôt celle de voyager auditivement dans de lointaines contrées. Pour être franc, j’ai le net sentiment que Dennis REA s’est plus fait plaisir à faire découvrir qu’à faire par lui-même.

Qu’on ne s’y trompe pas cependant, même si elle part dans des directions stylistiques diverses, la musique que renferme Giant Steppes est tout à fait sublime et étonnante. Et cela va du jeu de guitare de Dennis REA à un panel d’instrumentistes locaux et de chanteurs et chanteuses aux voix tour à tout gutturales ou au contraire célestes. Mélangeant allègrement le field-recording, le jazz, le rock, la pop tibétaine, le chant russe, l’électro-acoustique, et tout un tas d’autres joyeusetés du même genre, Giant Steppes se vit et se ressent plus qu’il ne s’écoute !

C’est aussi un formidable témoignage ethnographique, qui laisse un sentiment de grandeur concernant les peuples de ces immenses steppes. Oui, oui, oui, en juste quatre morceaux et cinquante minutes, Dennis REA a fait de ce Giant Steppes un album aussi magnifique qu’imposant.

Frédéric Gerchambeau

Site : https://dennisrea.com/about

Page label : https://dennisrea-moonjune.bandcamp.com/album/giant-steppes

 

 

Laisser un commentaire