DULCIMER – Part en live

Print Friendly, PDF & Email
DULCIMER – Part en live
(autoproduction)

RYTHMES CROISÉS s’en fait régulièrement l’écho : la musique celtique, qu’elle soit bretonne ou irlandaise, n’est pas uniquement l’apanage des régions celtes. Dans toute la France, on rencontre de nombreuses formations qui excellent dans cet art. C’est le cas du groupe DULCIMER, originaire de la région bordelaise.

Les musiciens tournent principalement dans le Sud-Ouest où ils ont eu l’occasion de partager l’affiche avec Alan STIVELL, TRI YANN ou encore Dan AR BRAZ. Ils se sont néanmoins produits au Festival Interceltique OFF en 2002.

Il y a vingt ans, la formation enregistrait son premier CD, Slainte. Trois autres CD ont ensuite suivi, que nous avons eu l’occasion de chroniquer. Ce cinquième album est un enregistrement public capté dans leur fief girondin. Pour ce  concert,  DULCIMER bénéficiait du renfort de sonneurs de cornemuse, parmi lesquels le fidèle complice Mickael COZIEN, et de la chanteuse Florence GAZEL, créant ainsi un ensemble folk-rock-trad très engageant.

Le groupe reprend en grande partie des titres traditionnels issus des répertoires irlandais, pour la plupart, mais également écossais ou encore breton. On peut ainsi réentendre des classiques très connus comme The Wild Rover, Ye Jacobites by Name, The Star of the County Down, I’ll tell me Ma ou encore Port ui Mhuirghease (connu également sous les titres Suite irlandaise ou Morrison Jig).

Tout aussi renommé, The Foggy Dew bénéficie d’un sémillant solo de guitare et de la puissance de la voix de Florence.

Moins familier mais tout aussi efficace, Sean ca Céo, qui démarre l’album, permet de nous mettre dès le départ dans l’ambiance.

Trois compositions du chanteur et guitariste Alain BALEMBOIS (The Macintyre, The Sad Wedding, The Ladies of Arthur and Co) s’insèrent dans cet univers avec justesse.

L’inéluctable Jument de Michaud se joint également au groupe mais DULCIMER en propose une version légèrement modifiée et adaptée à sa région d’origine (il n’est plus seulement question de la « jument de Michaud et ses petits poulains » mais entre autres de la « femme de Michaud et ses petits marmots qui sont passés dans le chai et ont vidé le tonneau »).

En fin de concert, les musiciens dévoilent une superbe interprétation de l’hymne celte, Amazing Grace, et là-encore la voix de Laurence donne le frisson.

Le CD se termine par une interprétation débridée de Dirty Old Town, façon cabaret jazz de la Nouvelle Orléans.

Si dans le Bordelais, le vin est renommé mais doit néanmoins être consommé avec modération, le groupe DULCIMER est tout aussi marquant et leur musique peut en revanche s’apprécier sans aucune restriction.

Didier Le Goff

Site : http://groupe.dulcimer.free.fr/

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.