ECLECTIC MAYBE BAND – Reflection in a Mœbius Ring Mirror

Print Friendly, PDF & Email
ECLECTIC MAYBE BAND – Reflection in a Mœbius Ring Mirror
(Discus Music)

Je vous ai déjà parlé de l’ECLECTIC MAYBE BAND. C’était à propos de la sortie par cette formation belge de l’album The Blind Night Watchers’ Mysterious Landscapes. J’évoquais un groupe hétérogène imaginaire ou à tout le moins improbable explorant des paysages mystérieux et étranges, allant même jusqu’à rendre audible et splendide jusqu’aux musiques les plus bizarres. Le chef, fort respecté, de la bande est Guy SEGERS, ancien bassiste de l’ultra-mythique UNIVERS ZÉRO, formation aussi historique que centrale dans son domaine et dont l’influence sur toute une génération de musiciens ne se dément pas et se poursuit encore sans faiblir.

Champion incontesté des harmonies hors-pistes, Guy SEGERS, pour s’aventurer dans les régions inexplorées de la musique, s’accompagne bien sûr du méga-top des musiciens belges assez audacieux pour le suivre dans ces territoires inconnus. Pour The Blind Night Watchers’ Mysterious Landscapes, il y avait ainsi Joe HIGHAM et Roland BINET aux saxos et à la flûte, Catherine SMET aux claviers, Michel DELVILLE à la guitare et Dirk WACHTELAER à la batterie. Pour ce nouveau disque, Reflection in a Moebius Ring Mirror, Guy SEGERS s’entoure de ces mêmes extraordinaires musiciens tout en ajoutant encore d’autres membres à son ECLECTIC MAYBE BAND. Il y a Dave NEWHOUSE à la clarinette, Jean-Pierre SOAREZ à la trompette, Ariane PLUMEREL au violon, VANDENBOGAERDEN au violoncelle, j’en oublie, je ne saurais ici donner le nom et l’instrument de tous les nouveaux et nouvelles. Mais ils apportent énormément en richesse sonore.

On passe, par rapport à l’album précédent, de l’orchestre de chambre à l’orchestre tout court. On en prend plein les oreilles dans le meilleur sens du terme, c’est étonnant, confondant, merveilleux. Guy SEGERS profite aussi, bien évidemment, de toutes les possibilités timbrales et de jeu de ces instruments nouveaux pour explorer encore plus de territoires soniques et d’une manière toujours plus neuve, surprenante et pourquoi pas étrange. On part réellement très loin dans l’univers inconnu et fascinant de la musique acoustique, électrique et électronique. Il s’agit là vraiment d’une superbe et incroyable odyssée dans la face cachée du son.

Cependant, l’une des additions parmi les plus notables est celle Martin ARCHER au saxo. C’est l’un des co-fondateurs des fabuleux ORCHESTRA OF THE UPPER ATMOSPHERE et COMBAT ASTRONOMY ; autant dire donc que dans son genre, il joue dans la catégorie super-méga-lourd. C’est par ailleurs le fondateur du label Discus, celui-là même sur lequel officie l’ECLECTIC MAYBE BAND. L’implication de Martin ARCHER dans ce Reflection in a Moebius Ring Mirror est dès lors la preuve de sa totale et bienveillante adhésion au contenu de cet album. Bouleversé, il faut bien le dire par l’arrivée, également, de Carla DIRATZ et Cathryn ROBSON au chant. Cela donne encore une dimension supplémentaire, tout aussi bienvenue que fort agréable, aux improvisations de cet ECLECTIC MAYBE BAND nouvelle version.

Vous l’aurez compris, ce Reflection In A Moebius Ring Mirror, en plus d’être un must dans son genre, est un pur régal !

Frédéric Gerchambeau

Pages : www.facebook.com/EclecticMaybeBand/

https://discusmusic.bandcamp.com/album/reflection-in-a-moebius-ring-mirror-83cd

Label : https://discus-music.co.uk/ 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.