ENSEMBLE AL KINDI & SHEIKH HABBOUSH – Transe soufie d’Alep

Print Friendly, PDF & Email
ENSEMBLE AL KINDÎ & SHEIKH HABBOUSH – Transe soufie d’Alep
(Le Chant du Monde / Harmonia Mundi)

L’ENSEMBLE AL KINDÎ fut fondé en 1983 par un musicien à la destinée peu commune : Julien Jalâl Eddine WEISS, français d’origine alsacienne et suisse, découvrit la musique arabe savante en 1976 grâce à un disque de Mounir BACHIR (maître irakien du oud) ; il suivit dès 1977 des cours de qânûn (cithare sur table) auprès de plusieurs maîtres au gré de ses voyages en Égypte, en Tunisie, en Turquie, au Liban, en Irak et en Syrie. Converti à l’Islam depuis 1986, il a vécu à Alep en Syrie du Nord dans un palais ancien.

La Syrie faisait autrefois partie de la Grande-Syrie (avec le Liban, la Jordanie, la Palestine et Israël) qui était la “Terre des prophètes” où l’Islam s’est développé. Alep est considérée comme la capitale au Proche-Orient de la musique et de la gastronomie. Alep, carrefour culturel, est également un lieu important du soufisme, qui représente “la tendance mystique de l’Islam”. On ne s’étonne donc pas que Julien Jalâl Eddine WEISS ait choisi ce lieu, où il organise régulièrement des salons de musique traditionnels.L’ENSEMBLE AL KINDÎ donne de nombreux concerts dans le monde.

Le spectacle tiré de ce double album, Transe soufie d’Alep, est une création mondiale pour le Théâtre de la Ville de Paris (qui soutient tous ses projets et où l’ensemble s’est régulièrement produit) et le Festival International de Baalbek au Liban. Autour de Julien Jalâl Eddine WEISS, au qanûn et à la direction artistique, on retrouve trois musiciens qui l’accompagnent depuis une dizaine d’années : Muhammad QADRI DALAL au oud, Ziad QUADI AMIN à la flûte nay et Adel SHAMS EDDINE au riqq.

Ils sont entourés par cinq munshid (chanteurs soufis) de la Quadiriya d’Alep, l’une des confréries soufies les plus importantes et du Sheikh HABBOUSH (le sheikh détenant l’autorité religieuse). Les voix des munshid s’élèvent et enveloppent jusqu’à la transe les prières, les chants classiques et populaires, les poèmes et les improvisations vocales du Sheikh HABBOUSH, tandis que Yahyah HAMAMI, de la confrérie soufie Mawlawiyya (plus connus sous le nom des Derviches Tourneurs), tournoie avec grâce autour du Sheikh.

Ainsi qu’il est indiqué dans le livre accompagnant le double CD, extrêmement bien documenté sur le soufisme, ses confréries et l’ensemble des coutumes s’y rapportant, « cette danse tournante représente le mouvement des planètes autour du soleil qui symbolise Dieu. Pendant qu’il tourne dans sa longue robe blanche, le derviche a les bras ouverts, une main tournée vers le ciel pour recevoir la bénédiction divine et l’autre tournée vers la terre afin de renvoyer cette bénédiction à tous les participants… ».

En attendant de (re)voir L’ENSEMBLE AL KINDÎ sur scène, la bénédiction se transmet également par ce double CD, Transe soufie d’Alep, qui vient d’être réédité en format digipack, de même que les autres albums parus entre 1998 et 2006.

Facebook : https://www.facebook.com/alkindiensemble

Sylvie Hamon
(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS en mars 2012)

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.