ENSEMBLE LABYRINTHUS – Carmina De Morte

Print Friendly, PDF & Email
ENSEMBLE LABYRINTHUS – Carmina De Morte
(Sketis Music)

ensemble-labyrinthus-carmina-de-morteSi on traduit Carmina De Morte, cela donne littéralement Chant De Mort, chanson à propos de la mort. Bon, ok, ça peut paraître morbide a priori, limite un peu glauque. Ne fuyez pas, amis lecteurs et amies lectrices, car l’idée de la mort au moyen-âge n’était pas du tout celle qui prime aujourd’hui. Au moyen-âge, la mort, pour aussi radicale et définitive qu’elle puisse être, faisait partie de la vie, du quotidien. Mieux, elle était la porte ouvrant l’accès aux Cieux, au Paradis. Alors non, ce genre de chant ne pouvait pas, ne devait pas être triste.

Et les chants que propose l’ENSEMBLE LABYRINTHUS sur ce Carmina De Morte ne sont pas lugubres, au contraire. Ils sont comme une préparation à la lumière des Cieux, à la joie qui règne au Paradis. C’est une promesse, un bonheur chanté avant le bonheur vécu. Alors, non, ne fuyez pas cet album. Il est beau, lumineux, joyeux, de quoi illuminer votre journée et le reste de votre vie.

Il faut dire aussi que l’ENSEMBLE LABYRINTHUS n’est pas le premier venu. Fondé à Moscou en septembre 2009, son répertoire est celui de la musique paraliturgique du 12e au 14e siècle, et leurs concerts font salle comble à tous coups. Conduit par Danil RYABCHIKOV qui dirige entre autres Anna MIKLASHEVICH et Witte-Maria WEBER au chant, cet ensemble a de fait acquis une telle maîtrise de son répertoire et de leurs instruments anciens qu’il nous transporte immédiatement au temps des preux chevaliers, des belles dames et des bâtisseurs de cathédrales.

La splendeur des mélodies, l’entrelacement des voix, la magie des luths et des rebecs, tout fait merveille dans ce Carmina De Morte.

Vous ne connaissez pas la musique du moyen-âge ? Vous pensez qu’elle n’est pas pour vous ? N’ayez pas peur, laissez vous faire, l’ENSEMBLE LABYRINTHUS changera tout ça. Vous allez adorer…

Site : https://ru-ru.facebook.com/labyrinthus

Label : www.sketis-music.com

Frédéric Gerchambeau

Laisser un commentaire