FAEST – Les Métamorphoses

60 vues
Print Friendly, PDF & Email

FAEST – Les Métamorphoses
(Autoproduction / Coop Breizh)

Les Métamorphoses, ce n’est pas seulement une chanson populaire maintes fois adaptée, c’est aussi le témoignage de l’évolution de la chanteuse Faustine AUDEBERT dont on reconnaît la jolie voix enfantine dès les premières paroles a capella du Rossignolet du vert bocage qui ouvre l’album de sa nouvelle formation en duo : FAEST.

Point ici de chant en breton auquel Faustine nous avait habitués, en fest-noz comme au sein du 2collectif de la Kreiz Breizh Akademi (IZHPENN 12), de BAYATI et de CHARKHA, ni de chant en anglais comme sur l’album éponyme de son groupe FAUSTINE. Les dix morceaux qui illustrent ce disque, issus pour la plupart du répertoire populaire de Haute-Bretagne (excepté La Bague des tranchées de Théodore BOTREL et Quasimodo d’André DRUMEL, célèbre chanteur traditionnel du Pays de Pontivy), sont interprétés exclusivement en français et “métamorphosés” d’une manière inédite qui bouscule les codes établis tout en relevant d’une démarche à la fois féministe et novatrice.

Féministe car si, en Bretagne dans le milieu des musiques traditionnelles, peu de femmes chantent en s’accompagnant d’un instrument (généralement une harpe), Faustine utilise déjà régulièrement le piano Fender Rhodes dans ses formations y compris au sein de ce nouveau duo. Dans FAEST, elle a choisi cependant de mettre davantage en valeur ses talents à la guitare électrique, un instrument que l’on voit rarement entre les mains des femmes.

La seconde moitié de FAEST, c’est un musicien bien connu de la scène bretonne, notamment pour sa participation au sein de BADUME’S BAND, DOUR / LE POTTIER QUARTET, HAMON MARTIN (Fest-Noz symphonique), FAUSTINE, etc. : le percussionniste et contrebassiste Antonin VOLSON. Ce dernier réalise un coup de maître en élaborant un son tout à fait inédit pour ces Métamorphoses. En effet, son rôle ne se résume pas à accompagner simplement Faustine AUDEBERT à la contrebasse. Il a aussi conçu une mise en espace sonore pour envelopper d’ambiances intemporelles ces chants anciens qui parlent d’une société paysanne et qui sont malgré tout encore d’actualité avec leurs histoires d’amour heureuses et malheureuses, d’infanticides, de buveurs de vin ou d’amants partis à la guerre.

Si la guitare de Faustine se fait tour à tour mélodieuse ou agressive, mélancolique ou étrange, emprunte parfois d’un blues qui convient parfaitement aux paroles, l’habillage d’Antonin est présent à la fois par les vibrations, les attaques ou la douceur de sa contrebasse et par la présence d’habiles boucles électro-acoustiques qu’il a préenregistrées, avec une large palette de percussions (peaux, bois, minérales, métalliques) ainsi que des sons inhabituels qui se relèvent ici de fabuleux instruments de musique : verres, grincements, feuilles et papiers froissés et autres objets méconnaissables traités avec de divins effets.

Sur le superbe et hypnotique Quasimodo, la voix d’Antonin fait écho à celle de Faustine sur des boucles évoquant les cloches étourdissantes de Notre-Dame, assorties de quelques grincements métalliques. Le son cristallin des verres domine sur l’histoire de l’ivrogne Sans-souci ; un inquiétant bruit de chaînes sur la demande en mariage interdite de Derrière chez nous y’a t’un jardin… Ces effets impressionnants par leur diversité sonore, qu’ils soient discrets, bruitistes voire “indus” (sur Derrière chez nous…), s’intègrent parfaitement à l’ensemble sans toutefois être envahissants ni altérer les mélodies, mais en mettant en valeur toute la poésie des textes et la voix de FAUSTINE. Un pur régal sonore et sensoriel !

Car Les Métamorphoses, c’est surtout une histoire de magie bien dosée qui opère en maintenant l’auditoire dans un état d’envoûtement prolongé. Rappelons-nous que le duo s’est d’abord appelé FAUST avant de transformer son nom. Avec FAEST, ces chansons anciennes sont assurées de conserver leur jeunesse éternelle sans avoir à vendre leur âme aux modes éphémères.

Sylvie Hamon

Site : https://www.faustineaudebert.com/faust
En vente sur le site de Coop Breizh : https://www.coop-breizh.fr/9342-faest-les-metamorphoses-3359340163676.html

 

Laisser un commentaire