FANFARE POURPOUR & Lars HOLLMER – Karusell Musik

Print Friendly, PDF & Email
FANFARE POURPOUR & Lars HOLLMER –
Karusell Musik (Monsieur Fauteux
M’entendez-vous / DAME / Orkhêstra Int.)

 

La musique de Lars HOLLMER est un vrai cirque ambulant et convivial, qui a le pouvoir de réconcilier chacun avec ce que l’on appelle communément la « joie de vivre » et l’esprit de fête, sans pour autant sonner ringarde. C’est dire si elle peut apparaître décalée dans le milieu des musiques nouvelles et expérimentales qui ne jurent que par la « sombritude » chaotique et l’élégie apocalyptique ! Mais après tout, BEGNAGRAD, Nino ROTA, le PENGUIN CAFE ORCHESTRA, JULVERNE, l’ENSEMBLE AYÉ et Albert MARCŒUR ont eux aussi ramé à contre-courant de cette tendance…

La convivialité, Lars HOLLMER l’a aussi cultivée dans son parcours artistique, participant à diverses formations et invitant à l’occasion quelques potes à venir fleurir son terrain, au point de donner naissance à de nouveaux collectifs. Ainsi du LOOPING HOME ORCHESTRA (albums Tönoga et Live 1992-93, Door Floor Something Window), du GLOBAL HOME PROJECT (album Sola) conçu avec des étudiants japonais, sans parler de l’apport roboratif de Tatsuya YOSHIDA à la reformation de SAMLA MAMMAS MANNA dans les années 2000 (le live Dear Mamma).

Plus récemment, ce sont les Québécois de la FANFARE POURPOUR qui se sont approprié les thèmes de Lars HOLLMER, avec la bénédiction et la contribution de ce dernier. Ce projet a bien entendu bénéficié de la direction éclairée d’un connaisseur, à savoir le souffleur Jean DERÔME en personne, qui avait partagé l’aventure du LOOPING HOME ORCHESTRA et connaît donc bien l’esthétique hollmérienne. Fondée en 1995, héritière de L’ENFANT FORT et du POUET POUET BAND, la FANFARE POURPOUR réunit dix-sept artistes d’horizons divers, musiciens de rue et figures de la scène avant-jazz montréalaise, et joue une musique aux couleurs vives et aux mouvements amples, à la fois ludique, divertissante, recherchée et audacieuse.

Tiens mais, tant qu’on y pense, ces qualificatifs pourraient très bien aussi convenir à la musique de Lars ! On comprend dès lors pourquoi la rencontre a eu lieu : joyeux turlurons dans l’âme, les « Pourpouriens » ne pouvaient que trouver l’écho de leur propre inclinaison à l’exubérance chez Lars HOLLMER. Empruntant son titre à une fameuse composition de ce dernier, l’album Karusell Musik concrétise à merveille ce croisement de grands esprits libres.

Avec ses allures de groupe de bal-world, la FANFARE POURPOUR a épaissi et ragaillardi, s’il fallait encore le faire, les compositions du Suédois, en rameutant un capharnaüm instrumental indéniablement apte à faire battre en retraite les dépressions les plus revêches. Saxophones, clarinettes, trompettes, flûtes, accordéons (dont celui de Lars, of course !), violons, percussions, grosses caisses, contrebasses, banjos, euphoniums, guitares et bricoles diverses donnent une épaisseur et des contours neufs à 17 perles hollmériennes, certaines assez anciennes, datant de XII Sibiriska Cyclar, d’autres plus récentes, tirées d’Andetag.

Le ton est donné dès le premier morceau, Ännu Ingen Pelle : l’ébriété radieuse sera reine ! La démarche de la FANFARE POURPOUR est d’autant plus jouissive qu’elle reconfigure totalement des pièces qui, à l’origine, étaient entièrement jouées par Lars HOLLMER uniquement, avec moult overdubs, et qui, ici, se retrouvent arrangées comme des compositions de groupe.

Réadaptées pour cette configuration fanfare, les originaires inspirations folkloriques scandinaves de Lars se laissent narquoisement confondre avec des effluves est-européennes, évidemment balkaniques, ou encore de la Nouvelle-Orléans, sans perdre leurs singulières syncopes rythmiques, leurs arabesques sophistiquées, leurs contrepoints sournois, ni même leurs épanchements tortueux et leurs chavirements dissonants.

Les morceaux les plus jubilatoires et dansants de Lars dominent évidemment le répertoire, mais les reprises du plus aérien Eyeliner et du doux-amer Boeves Psalm (comment passer à côté de ce « tube » ?) créent aussi la surprise, sans parler de la rythmique claudicante de l’éthylique Experiment, des incursions en territoire free sur l’intro de Cirkus 1, ou du climat solennel et inquiétant au début de Karusell Musik, qui donne l’impression d’être dans un train fantôme, pour peu à peu se métamorphoser en manège obsédant de plus en plus incontrôlable.

En plus de sa large palette instrumentale, la FANFARE POURPOUR se métamorphose aussi à l’occasion en chorale, spartiate sur Det Maste Bli Gjort, ou spectrale sur Arvevals. À l’accordéon et à la voix lead, Lars HOLLMER s’implique avec une évidente jubilation (écoutez son chant cyclothymique sur Avlägsen Strandvals), heureux d’être entouré par des musiciens en phase avec sa syntaxe musicale. Karusell Musik plonge l’auditeur dans une célébration pleine d’allégresse qu’il souhaitera sûrement faire tourner en boucles.

Stéphane Fougère

Label : monsieurfauteux.com

(Chronique originale publiée dans
TRAVERSES n°25 – mars 2009)

 

 

 

 

Laisser un commentaire