Forum Rythmes Croisés

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Sarı gəlin

Bonjour

La situation actuelle est beaucoup trop présente dans ma tête pour parvenir à en faire abstraction.
J'ai donc beaucoup de mal à choisir qui vous présenter.

Plutôt que vous présenter un artiste, je vous invite à faire un voyage avec un chant.

Il s'agit d'un chant traditionnel. On le trouve avec des variations dans les paroles, et aussi les instrumentations.

Pour vous le présenter, je vais commencer par l'Arménie, car c'est sur une instrumentation avec un Duduk que je l'ai entendu la première fois.
La musique arménienne avec ce hautbois est envoûtante.

Sari Gelin ou Sari Aghjik.

La mariée de la montagne ou la fille de la montagne.
Sari: la montagne en arménien. Et gelin est un emprunt au turc signifiant mariée.
Sari Gelin en turc donc signifie mariée jaune ou blonde ou à la peau claire.
On trouve ce chant dans l'est de l'Anatolie.
Mais il est aussi présent en Iran sous le titre Dāman Kešān.
Au Kurdistan avec le nom Ser Ser Le Rani.

On continue notre voyage avec le Kirghizistan et ses voisins Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan.
Jusqu'au Kazakhstan. Il s'invite lors des soirées de mariage. Il arrive parfois qu'une jeune personne habillée en mariée jaune dense pour l'assemblée.

Après ce petit tour de la Caspienne par le sud, il nous restait à la retraverser pour arriver en Azerbaïdjan.

Même si les paroles changent, le fond reste le même.
La fille vient des montagnes: dans les versions arméniennes.
Elle est sur le marché d'Erzurum près de la montagne Palandöken dans les versions turques.
Elle s'appelle "la plus grande de la vallée" dans la version azerbaïdjanaise.
Elle est blonde.

L'histoire raconte l'amour d'un jeune musulman pour une chrétienne (plus souvent blondes que les musulmans).
Elle est grande.
Le garçon dit "aman!" qui signifie "aidez-moi/s'il vous plaît/sécurisez-moi" il est porteur d'une grande et longue détresse.

C'est un amour contrarié: en Azerbaïdjanais "ils ne vous donneront pas / laissez-moi vous épouser", en arménien "Je ne pourrais pas avoir celle j'ai aimé", en turc "Je ne te livrerai pas aux autres".

Elle s'appelle Leyli, en turc "Leylim", en perse "Leyla" et en arménien "Leyli janin yar".

Dans les versions turques et arméniennes, le garçon dit "que ta grand-mère meure" qui laisse supposer qu'une malédiction est la cause de leur séparation.
Le garçon est musulman de langue turque, il est amoureux d'une Arménienne blonde et chrétienne des montagnes, probablement près de Palandöken.
Mais ils sont séparés, la fille méchante est emmenée, ce qui amène le garçon à se lamenter et à maudire fréquemment.

Ce chant s'est ancré dans les cultures. Il est très présent en Arménie qui l'a présenté plusieurs fois à l'Eurovison. Il est conservé par la diaspora comme un élément identitaire. Il est tout aussi présent en Azerbaïdjan où il a aussi été présenté à l'Eurovison.

Lara Fabian l'a chanté dans une de ces versions. En Iran sur un album de musique traditionnelle ce chant a été nominé au Grammy Awards. En Turquie aussi, mais là, il est sujet de polémique en raison de ses liens avec l'Arménie.

Il a aussi parcouru le monde. Toto Cutugno l'a interprété. Mais aussi en Hongrie, et les pays baltes.
Fort probablement dans bien d'autres dont je n'ai connaissance.

Il n'y a pas si longtemps les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan m'ont rappelé ce chant. J'ose espérer que les peuples sauront retrouver ce qui au fond les unit.

Je ne savais où trouver en ligne un enregistrement. Alors je vous propose une vidéo qui a été commanditée par l'Azerbaïdjan pour faire sa promo identitaire, et qui en même temps a demandé à de jeunes gens du monde de l'interpréter.

Cordialement, Sekajin