GANGA PROCESSION

Print Friendly, PDF & Email
GANGA PROCESSION
(Coop Breizh)

gangaprocessionLe Gange compte parmi les sept rivières sacrées de l’Inde, c’est même le fleuve le plus sanctifié de ce pays. Il est vrai qu’il en impose avec ses quelques 2500 à 3000 km de long, et le fait qu’il soit sacrément (si l’on peut dire…) pollué n’empêche pas qu’il soit un espace privilégié pour les ablutions purificatrices. Prenant sa source aux confins de l’Himalaya tibétain, il traverse plusieurs états indiens avant de se jeter dans le Golfe du Bengale. Mais on ne se doutait pas que l’un de ses confluents secrets se jetait… dans la mer d’Iroise, à l’ouest de la Bretagne !

C’est pourtant cette image qu’évoque l’écoute de ce CD qui réunit en nombre égal des musiciens indiens et bretons tentés par la grande aventure du rapprochement qu’autorise le système modal commun aux musiques indienne et bretonne.

Nulle plastronnade « universalo-globalisante » ici, juste l’envie d’élaborer une musique commune qui illustre plusieurs années de rencontres, d’apprentissage et d’échanges entre les artistes impliqués, à savoir le joueur de cistre (instrument ancien cousin du luth) Ronan PELLEN, le guitariste Jacques PELLEN, le flûtiste Sylvain BAROU, le violoniste (et chanteur) Sukhdev MISHRA, et les percussionnistes Satish KRISHNAMURTHY (mridangam, kanjira) et Prabhu EDOUARD (tabla, kanjira).

Chacun a déjà fait un bout de chemin avec un autre dans diverses configurations, mais c’est la première fois qu’ils se retrouvent tous pour faire route ensemble. À eux six, ils forment la GANGA PROCESSION, en écho à une certaine CELTIC PROCESSION initiée par le même Jacques PELLEN au crépuscule des années 1980 et animée par le même esprit d’ouverture entre musique traditionnelle et jazz contemporain. La procession s’est donc déplacée toujours plus à l’est, fondant l’approche des Armoricains dans les eaux troubles mais magiques du plus long fleuve indien et dans les fragrances de Varanasi.

En mode strictement acoustique, la GANGA PROCESSION trace son fil d’Ariane entre Inde et Bretagne en fonction des humeurs fluviales, cultivant la nonchalance du long fleuve tranquille ou la turbulence des rapides bouillonnants. Chacun a mis la main à la pâte pour permettre à cette procession indo-armoricaine de naviguer dans les entrelacs et interstices des échelles modales.

Sukhdev MISHRA lègue deux compositions (Silent Love, Homage to Kashi/Tandava Groove) écrites bien évidemment selon les règles des ragas ; Ronan PELLEN (HAMON-MARTIN QUINTET, KEJAJ, ISTAN TRIO, ex-SKEDUZ, DIBENN…) « indianise » encore plus le propos avec Sagar, en s’inspirant lui aussi d’un raga peu couru (le raga Deshi), et Jacques PELLEN apporte des pièces de son cru précédemment explorées avec la CELTIC PROCESSION (I Can Get No Sleep), avec Riccardo DEL FRA (Maro Song) ou avec le THALI GANG (Thali), et ajoute même une composition de la regrettée harpiste Kristen NOGUÈS (Sklerijenn). On se délecte des nouveaux visages que prennent ces compositions dans ce contexte.

Mais c’est cependant sur une composition de Joni MITCHELL que s’ouvre ce voyage sur le Gange, une pièce dénommée Woodstock, écrite évidemment en hommage au légendaire festival… Et quand on sait que la musique indienne a été en partie découverte en Occident lors de ce festival, à la faveur de la performance donnée par un certain sitariste qui gravait alors son nom dans l’histoire, on se dit que l’hommage offert par la GANGA PROCESSION est probablement à double fond, comme l’est sa musique…

Cependant, il n’est nul besoin de prendre des substances vaporeuses (ni de confondre « ganga » avec « ganja ») pour s’imprégner des circonvolutions de cordes, de vents et de peaux à l’œuvre dans cet album. Il s’agit d’une procession « bio », garantie sans colorants ni artifices.

Voici un Gange aux couleurs à la fois fortes et suaves dans lequel on peut se baigner sans craindre de contracter quelque maladie, et on en ressort régénéré, voire converti… aux bienfaits du sain dialogue musical entre les cultures. Comptant d’ores et déjà parmi les plus belles découvertes de l’année, le pèlerinage musical auquel nous invite la GANGA PROCESSION est en tout cas à suivre de près.

Site : http://ronanpellen.com

Label : www.coop-breizh.fr

Stéphane Fougère

Laisser un commentaire