Getatchew MEKURIA + THE EX & Guests – Moa Anbessa

Print Friendly, PDF & Email
Getatchew MEKURIA + THE EX & Guests – Moa Anbessa
(Terp Records)

GetatchewMekuria+TheEx_MoaAnbessaLa collection Éthiopiques a permis d’exhumer quelques trésors cachés en provenance de la corne d’Afrique et d’en révéler des personnalités artistiques légendaires, tel Mahmoud AHMED, Jimmy Mohammed JIMMY ou encore le monumental saxophoniste Getatchew MEKURA, à qui est consacré le volume 14 de la collection intitulé, à juste titre, The Negus of Ethiopian Sax, réédition d’un album daté de 1972.

Ce disque a fait de nombreux adeptes, parmi lesquels la bande des Hollandais de THE EX, véritables globe-trotters toujours désireux de se coltiner à des genres à priori éloignés de leur bastion punk d’origine, notamment le free et l’improvisation.

L’idée leur est venue de contacter le saxophoniste éthiopien, pourtant âgé de quelque 70 ans, pour participer à leur « party » célébrant leur 25 ans de carrière en compagnie de la crème des improvisateurs hollandais du collectif Instant Composers Pool. Et surprise, MEKURIA a accepté avec un bonheur ineffable. Il s’est même senti avec eux comme un poisson dans l’eau ! Lui qui n’avait jamais quitté son pays, il s’est littéralement régénéré au contact des Hollandais, et a suivi THE EX en tournée en France, laquelle est notamment passée par le festival Banlieues Bleues en 2006.

Qui aurait pu croire que ce géant du saxophone, qui a joué dans les fanfares municipales et dans l’orchestre de la police, se trouverait des affinités esthétiques avec des fers de lance de l’underground contestataire ?

Il faut dire que Getatchew MEKURIA est le dépositaire d’un style tout à fait personnel, le « shellele », inspiré par un genre traditionnel vocal à consonance guerrière, dont il a transposé l’exubérance déclamatoire au saxophone. MEKURIA est ainsi réputé pour avoir introduit ce style dans les orchestres d’Addis-Abeba… c’était en 1947 ! Les MINGUS, COLEMAN, AYLER et autres COLTRANE n’avaient pas encore inventé le free-jazz que Getatchew MEKURIA en avait déjà lancé les prémices sur un autre continent !

Riffs sauvages, rythmes lancinants, vibrato électrisant : on comprend pourquoi le phrasé de Getatchew MEKURIA a fasciné le quartet hollandais, lui aussi peu avare d’assauts hystériques flamboyants. Flanqués de cinq musiciens additionnels (trois souffleurs, un bassiste et un organiste), Getatchew MEKURIA et THE EX ont donc couché sur bande leurs tonitruantes frasques musicales à partir d’un répertoire de chants traditionnels éthiopiens (et occasionnellement soudanais) dont ils ont dynamité les tendances virulentes, martiales, jubilatoires et parfois plus nonchalantes.

L’album est paru sur Terp, le label initié par le guitariste Terrie EX, grand passionné de musique est-africaines qu’il contribue lui aussi à révéler ou à faire redécouvrir. Le CD est accompagné d’un généreux livret dans lequel Getatchew MEKURIA raconte sans fausse modestie son histoire, son pays, son style musical et évoque les origines des morceaux choisis pour le disque. C’est à une plongée radicale dans une culture encore mal connue que nous sommes conviés, le tout étant illustré par de splendides photos d’époque et de concert. Du très beau travail en vérité !

Enregistré mi-studio, mi-live, Moa Anbessa est le manifeste d’une alliance transcontinentale aussi éloquente que convaincante. C’est bien plus que de la fusion réussie, c’est de l’effusion extatique !

Site label : www.terprecords.nl

Stéphane Fougère

Laisser un commentaire