GUICHEN – Dreams of Brittany

Print Friendly, PDF & Email
GUICHEN – Dreams of Brittany
(Label Productions / Coop Breizh)

La Bretagne, ses phares battus par la houle, ses côtes illuminées par les derniers soubresauts du soleil, ses reliefs de granit, ses dolmens endormis sur la lande… Je sais, ça fait très évocation naturaliste tendance nouvel âge, mais c’est pourtant ces paysages qui sont présentés sur les photos incluses dans l’écrin de luxe qui renferme ce CD, et force est d’admettre qu’on se laisse facilement prendre à cette imagerie poétique, même si elle a des accents de déjà-vu-et-revu. Le titre choisi pour cet album, Dreams of Brittany (Rêves de Bretagne), renvoie encore davantage vers le type de produit qu’on trouve dans les rayons relaxation-new age. Et pourtant, le contenu musical est à des kilomètres de cela !

C’est des frères GUICHEN dont il est question ici, ceux qui, depuis leurs années « YAOUANK », enflamment et irradient les festoù-noz de Bretagne, de France, du Canada, et même de la Chine ! C’est qu’ils en ont fait du chemin, les GUICHEN, tant sur leur Terre nourricière qu’aux antipodes, et c’est sans doute pour rappeler d’où ils viennent et ce qu’ils sont qu’ils ont dédié leur troisième opus sous leur nom à l’évocation de cette Bretagne qui active la moindre touche de l’accordéon diatonique de Fred et frotte la moindre corde de la guitare de Jean-Charles, au point de générer une véritable télépathie musicale.

Une fois de plus, le sens rythmique, la limpidité mélodique et l’épure harmonique dont savent faire preuve les deux frères battent leur plein et ouvrent sur un univers sensoriel et une mémoire (vive) culturelle faits de visions fortes, de climats impressionnistes et vivaces tout à la fois. Les treize morceaux que renferment Dreams of Brittany sont tous des compositions, on n’y trouvera pas de reprise arrangée de thème traditionnel. Et pourtant, la tradition bretonne est là, tapie derrière chaque note, chaque pulsation rythmique, comme un grain indéfectible, indélébile qui marquent inévitablement l’inspiration des GUICHEN.

Fred et Jean-Charles se sont partagés l’écriture des compositions, mais l’interprétation reste toujours une affaire de groupe. Comme dans les deux disques précédents des GUICHEN, la basse d’Etienne CALLAC, toujours fidèle au poste, impose sa touche, tandis que Philippe TURBIN ajoute ça et là quelques couches de claviers ; Hervé LE LU (ex-CARRÉ MANCHOT) renforce la couleur locale de ses chaleureuses bombardes, et la batterie et les percussions sont tenues avec beaucoup d’à-propos par l’Irlandais Ray FEAN (L’HÉRITAGE DES CELTES, CAPERCAILLIE…).

Pour qui a déjà vu les GUICHEN sur scène, le déferlement d’énergie dont ils sont coutumiers paraîtra sur ce disque plus canalisé, mais non moins habité par le groove, l’esprit des danses bretonnes. Cela n’empêche nullement les frères GUICHEN de s’octroyer des passages plus contemplatifs, et de nous propulser ainsi de moments aériens en moment plus chavirés, alternant avec d’autres plus terrestres. Entre puissance et nuances, la Bretagne rêvée par les GUICHEN se pare de visages-paysages multiples traversés de vibrations toujours intenses. Des « rêves de Bretagne » comme ceux-là, on aimerait en faire toutes les nuits, et tant qu’à faire aussi tous les jours.

Druidix

Site : www.freresguichen.com

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.