GWENDAL – War-Raog

41 vues
Print Friendly, PDF & Email
GWENDAL – War-Raog
(Tempo Maker / Sterne / Sony)

Au début des années 2000, la vague celtique des années 1990 est royalement retombée, elle accuse tant bien que mal le contre-coup de son ressac, les artistes celtiques ont presque tous été remerciés par les major compagnies, les célébrations en musique de la Saint-Patrick et de Halloween se sont mises en veilleuse, les « nuits celtiques » ne sont plus si blanches, les festivals celtiques sont à cours de Kilkenny et de chouchen ; bref, il ne fait plus bon arborer le triskell par les temps qui courent. Et regardez qui pointe le bout de sa bombarde : GWENDAL !!! Si, si, celui-là même qui est né avec la première vague celtique des années 1970 et qui a somptueusement fait le mort durant la deuxième vague ! On le croyait disparu, et le voilà qui refait surface en plein désert celtique, après la bataille… Ahurissant ! Son précédent disque (Pan ha Diskan) datant de dix ans déjà, on peut dire que GWENDAL ne nous a pas envahi de son actualité débordante ! De plus, il a le front d’intituler son nouvel album War-Raog, autrement dit « en avant ! », l’air de ne rien vouloir savoir…

Après trente ans de service, GWENDAL se paye une nouvelle cure de jouvence, avec une formation partiellement remaniée. Youenn LE BERRE (flûtes, bombarde, bagpipe) en est toujours l’indéfectible pilier (de pub ?), et l’on retrouve encore autour de lui Jérôme GUEGUEN aux claviers, Pascal SARTON à la basse et David RUSAOUËN à la batterie.

Les deux nouveaux membres sont Jean-Claude PHILIPPE au violon et Ludo MESNIL aux guitares acoustiques et électriques. Tiens, Robert LE GALL a quitté le navire ? Officiellement oui, il semble, mais il a quand même co-composé un morceau pour ce disque, et il intervient au ueillean pipe, aux guitares, aux mandolines et aux percussions sur une bonne moitié des morceaux ; il est donc encore très présent. D’autres musiciens ont également été invités ici et là, ce qui donne l’impression que l’album a dû être enregistré sur différentes périodes, en fonction des disponibilités des uns et des autres, puisque chacun est, on le sait, fort pris par ailleurs…

Pourtant, ce côté “auberge espagnole” ne nuit pas à la cohésion sonore d’ensemble, et le son GWENDAL est reconnaissable entre mille. N’était-ce la production plus moderne, le premier morceau, Joke, très acoustique, paraîtrait même issu des sessions d’Irish Jig, le premier album (d’où le titre, sans doute) !

Changement radical avec la deuxième pièce : bombarde et guitare électrique jouent en kan ha diskan une Gave Hot fiévreuse. Et la suite de l’album décline toutes les facettes que l’on connaît de GWENDAL, entre acousticité et électricité, Irlande et Bretagne, reel, jig et gavotte, tradition et fusion, contemplations et festoiements, paysages sereins et indémodables et airs de danse dynamisés par des rythmiques rock, et jeux de mots légers, légers…

War-Raog contient même une chanson, une vraie, un peu décalée dans le contexte mais fort belle, La Niňa del Norte. C’est la deuxième à figurer dans le répertoire de GWENDAL (après Danse la musique), mais la première interprétée par une voix féminine, celle de Bénédicte LĒCROART, qui parvient sans peine à installer un climat poétique imbibé d’embruns de Galice. Il est vrai que GWENDAL a toujours connu un grand succès en Espagne.

Hommage est également rendu à l’ancien “Gwendalien” François OVIDE, trop tôt disparu, avec l’inclusion d’une de ses pièces pour guitare acoustique (Arane) qu’il avait écrite pour IGWAN, une formation plus acoustique et réduite de GWENDAL qui n’a laissé qu’un mini-CD promotionnel à la postérité en 1998.

La celtitude de GWENDAL n’a donc pas changé d’un iota, toujours déterminée et inspirée, et elle fait rudement plaisir à entendre en ces temps de disette celtique. Qui sait ? War-Raog pourrait même relancer l’intérêt pour le genre. Et maintenant, vite, des concerts, des concerts… !

Druidix

(Chronique originale publiée dans
ETHNOTEMPOS n° 17 – juin 2005)

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.