HAMON MARTIN QUINTET – Les Métamorphoses

Print Friendly, PDF & Email
HAMON MARTIN QUINTET – Les Métamorphoses
(Coop Breizh – 2007)

Les voyages forment la jeunesse, dit-on, et cet album témoigne des métamorphoses du HAMON MARTIN QUINTET. Avec trois albums en six ans, le groupe prend le temps de peaufiner son œuvre et l’attente de son auditoire est, cette fois encore, largement récompensée par un disque au son résolument nouveau et une esthétique à la fois radieuse et poétique, à l’instar des illustrations de son étui cartonné et de son livret, tout en finesse, avec des arrangements plus denses -et toujours danses-. Erwan HAMON (flûte traversière en bois et bombarde), Janick MARTIN (accordéons diatoniques), Mathieu HAMON (chant), Erwan VOLANT (basse) et Ronan PELLEN (cistre) ont invité le guitariste de jazz Jacques PELLEN et le batteur percussionniste Jean-Marie NIVAIGNE qui apportent à ces Métamorphoses des couleurs supplémentaires à la palette du quintet.

L’une des grandes surprises de l’album est une adaptation tout à fait originale de The Winding Way, une longue pièce de 12 minutes du célèbre contrebassiste et compositeur de jazz Dave HOLLAND (du disque Dream of the Elders, sorti en 1995 sur le label ECM), qui se trouve ici métamorphosée en ridée 6 temps dont le texte a été collecté par le chanteur. Ce morceau-phare du CD, nommé Les Métamorphoses / The Winding Way, est décliné en deux parties. La première ouvre magistralement le bal avec des arrangements tellement lumineux qu’ils pourraient éclairer un grand parquet de fest-noz ! La seconde ridée ferme (presque) l’album avec un jazz-rock progressif de haute volée, avec les invités à la batterie et à la guitare 12 cordes.

Le Grand Voyageur qui lui succède est un texte écrit avec humour par le chanteur. Ce laridé en deux parties s’inspire autant du jazz-rock progressif, avec les invités et la guitare électrique de Ronan PELLEN, que de la musique gnawa (transe du Maroc). Jean-Marie NIVAIGNE, en plus d’y jouer de la batterie, fait sonner ses qarqabù et guembri (castagnettes et basse gnawas) et la bombarde d’Erwan HAMON avec l’accordéon tremblant de Janick MARTIN accentuent le côté transe du morceau.

Deux traditionnels énergiques et enivrants, Les Palétuviers (rond paludier électrifié) et La Nousille (rond de Saint-Vincent), ainsi que l’unique composition instrumentale inspirée de la musique irlandaise et tout aussi dansante, Banian’s Jig, avec le renfort de la batterie et de la mandoline de Jacky MOLARD, s’imposent d’ores et déjà en futurs classiques du quintet.

Au milieu du disque vient se glisser un raga arrangé par Ronan PELLEN, L’Autre Jour, sur lequel Mathieu HAMON explore le chant traditionnel indien de manière particulièrement convaincante avec un texte qui fut collecté en Haute-Bretagne. L’accompagnement musical fait aussi merveille avec Jean-Marie NIVAIGNE aux tablas, percussions indiennes, Jacques PELLEN à la guitare 12 cordes et ses nappes de guitare électrique, sans oublier la bombarde qui rappelle le shehnai (hautbois indien). Superbe et étonnant. La Danse de la pluie qui lui succède, dont le texte (une belle ode à la pluie!) est co-écrit par Mathieu HAMON et Sylvain GIRAULT, nous emporte avec légèreté dans un hanter-dro avec la flûte traversière en bois, le cistre et l’accordéon diatonique ensorcelants et la basse veloutée d’Erwan VOLANT.

Après la seconde ridée 6 temps, Les Métamorphoses / The Winding Way, une superbe Polka rehaussée par les congas du percussionniste vient en final du CD.

Avec Les Métamorphoses, HAMON MARTIN QUINTET nous emporte dans un fabuleux voyage musical nourri à la fois de musiques du monde, de jazz et de rock. Du grand art !

Sylvie Hamon

Site : http://duohamonmartin.com

Label : https://www.coop-breizh.fr/

Note : ce disque est épuisé et est disponible uniquement en format numérique.

Ecouter sur Deezer : https://www.deezer.com/fr/album/678062

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.